L’algie vasculaire de la face et la migraine sont fortement liées au système circadien

Les céphalées en grappe et la migraine ont toutes deux des liens étroits avec le système circadien, l’horloge interne qui régule les processus corporels, selon une méta-analyse publiée en ligne dans le numéro du 29 mars 2023 Neurologie®Le journal médical de l’Académie américaine de neurologie.

La méta-analyse comprenait toutes les études disponibles sur l’algie vasculaire de la face et la migraine qui comprenaient des caractéristiques circadiennes. Cela comprenait des informations sur le moment où les maux de tête se sont produits pendant la journée et pendant l’année, ainsi que des études visant à déterminer si les gènes associés à l’horloge circadienne sont plus fréquents chez les personnes souffrant de ces maux de tête.

Les chercheurs ont également examiné des études sur les céphalées en grappe et la migraine et les hormones liées au système circadien, notamment le cortisol et la mélatonine.

Les données suggèrent que ces deux troubles de la céphalée sont hautement circadiens à plusieurs niveaux, en particulier les céphalées en grappe. Cela renforce l’importance de l’hypothalamus, la zone du cerveau qui abrite l’horloge biologique primaire, et son rôle dans l’algie vasculaire de la face et la migraine. Cela soulève également la question de la génétique des déclencheurs, tels que les changements du sommeil, qui sont des déclencheurs connus de la migraine et sont des signaux du rythme circadien du corps. »

Mark Joseph Burish, MD, PhD, auteur de l’étude du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston, Texas, et membre de l’Académie américaine de neurologie

Pour les céphalées en grappe, la méta-analyse a révélé un schéma circadien de crises de céphalées chez 71 % des personnes. Les attaques ont culminé tard dans la nuit jusqu’aux petites heures du matin. Au cours de l’année, les gens ont eu plus d’attaques au printemps et à l’automne. Au niveau génétique, l’algie vasculaire de la face était associée à deux gènes circadiens majeurs, et cinq des neuf gènes qui augmentent la probabilité d’algie vasculaire de la face sont des gènes avec un schéma d’expression circadien.

Lire aussi  Ils l'appellent "silencieux", et cela rend les drogues de rue encore plus dangereuses

Les personnes souffrant d’algie vasculaire de la face avaient également des niveaux de cortisol plus élevés et des niveaux de mélatonine inférieurs à ceux des personnes sans algie vasculaire de la face.

Pour la migraine, la méta-analyse a montré un schéma circadien d’attaques chez 50 % des personnes. Bien que le pic de crises diurnes soit large, de la fin de la matinée au coucher du soleil, il y avait un creux circadien pendant la nuit où peu de crises se produisaient. La migraine était également associée à deux gènes circadiens principaux, et 110 des 168 gènes associés à la migraine étaient des gènes avec un modèle d’expression circadien.

Les personnes souffrant de migraine avaient des niveaux inférieurs de mélatonine dans leur urine que les personnes sans migraine. De plus, les niveaux de mélatonine étaient plus faibles lors d’une crise de migraine.

« Ces résultats augmentent la possibilité d’utiliser des traitements basés sur le rythme circadien pour les troubles de la céphalée », a déclaré Burish. « Cela pourrait inclure à la fois des traitements basés sur le rythme circadien, tels que la prise de médicaments à certains moments de la journée, et des traitements qui déclenchent des changements circadiens, ce que certains médicaments peuvent faire. »

L’une des limites de l’étude était que les chercheurs ne disposaient pas d’informations sur les facteurs susceptibles d’influencer le cycle circadien, tels que les médicaments, d’autres troubles tels que le trouble bipolaire ou des problèmes de rythme circadien tels que le travail de nuit.

Lire aussi  Étude : Le corps humain peut prédire l'heure des repas réguliers

L’étude a été soutenue par la Will Erwin Headache Research Foundation.

Fontaine:

Académie américaine de neurologie

Référence magazine :

Sutherland, H. & Griffiths, L., (2023). Tout est une question de timing : facteurs circadiens dans l’algie vasculaire de la face et la migraine. Neurologie. doi.org/10.1212/WNL.0000000000207329.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *