La transmission du VIH de la mère à l’enfant peut être arrêtée grâce aux médicaments antiviraux modernes

Selon une nouvelle étude menée en Le lancette VIH par des chercheurs du Karolinska Institutet. Cette découverte suscite l’espoir d’atteindre l’objectif de l’Organisation mondiale de la santé d’éliminer la propagation de l’infection de la mère à l’enfant.

L’organisation des Nations Unies ONUSIDA estime que onze pour cent des enfants nés de mères séropositives en Tanzanie sont infectés par le VIH in utero, pendant l’accouchement ou par le lait maternel. Mais ce nombre est probablement nettement inférieur en réalité, selon la nouvelle étude.

Les chercheurs ont examiné plus de 13 000 femmes enceintes séropositives dans divers centres de santé de l’une des plus grandes villes d’Afrique, Dar es Salaam, en Tanzanie. Les femmes se sont vu proposer un traitement antiviral par le biais des soins de maternité entre 2015 et 2017.

Seuls 159 bébés ont été infectés.

Les femmes ont été suivies pendant 18 mois après l’accouchement alors que la plupart d’entre elles avaient cessé d’allaiter. Lorsque les chercheurs ont examiné les enfants des mères, ils ont découvert que seulement 159 des plus de 13 000 bébés avaient été infectés par le VIH à l’âge de 1,5 an. Compte tenu de la marge d’erreur, cela signifie un risque de 1,4 %.

Le risque d’infection était plus que doublé chez les femmes qui consultaient en fin de grossesse ou qui avaient un stade avancé du VIH. En revanche, le risque d’infection n’était que de 0,9 % chez celles qui avaient déjà reçu un traitement contre le VIH lorsqu’elles sont tombées enceintes.

En principe, la transmission du VIH de la mère à l’enfant peut être entièrement stoppée avec des médicaments antiviraux modernes. Mais jusqu’à présent, cela n’a pas été démontré dans les pays à faible revenu d’Afrique où l’incidence de l’infection à VIH est élevée. »

Goodluck Willey Lyatuu, médecin et chercheur postdoctoral au Département de santé publique mondiale du Karolinska Institutet et premier auteur de l’étude

Un diagnostic précoce est important

L’objectif de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est d’éliminer la transmission de l’infection par le VIH de la mère à l’enfant et, depuis 2012, de nouvelles recommandations ont été introduites, selon lesquelles toutes les femmes enceintes séropositives devraient commencer un traitement antiviral à vie. Cela a entraîné une forte réduction du risque de transmission mère-enfant de l’infection, même dans les pays pauvres en ressources.

« Cependant, il est toujours important d’améliorer le diagnostic précoce du VIH, d’optimiser les mesures de suivi et d’offrir un soutien spécialisé aux jeunes mères », déclare Anna Mia Ekström, professeure clinicienne d’épidémiologie mondiale des maladies infectieuses avec un accent sur le VIH au Département de la santé publique mondiale. Santé. Santé au Karolinska Institutet et auteur correspondant de l’étude.

L’étude est limitée par les défis qui peuvent être typiques dans les systèmes de santé sous-financés, tels qu’un suivi incomplet et le manque de données, et que les facteurs de risque tels que la stigmatisation liée au VIH sont rarement, voire jamais, étudiés efficacement de manière routinière.

« Mais c’est l’une des plus grandes études de cohorte publiées en Afrique sur le risque de transmission du VIH de la mère à l’enfant, où le bébé est suivi jusqu’à la fin de la période d’allaitement », précise Anna Mia Ekström.

L’étude a été financée par Sida.

Fontaine:

Institut Karolinska

Référence magazine :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *