La recherche pourrait mener à une nouvelle option thérapeutique pour les patients atteints d’un cancer de la vessie

Les chercheurs de Mount Sinai ont fait deux découvertes importantes sur le mécanisme par lequel les cellules cancéreuses de la vessie contrecarrent les attaques du système immunitaire. La recherche, publiée dans cellule cancéreuse en septembre, pourrait déboucher sur une nouvelle option thérapeutique pour les patients atteints de ce type de tumeur.

Le cancer de la vessie avancé est agressif et les patients ont généralement un mauvais pronostic. La Food and Drug Administration a approuvé plusieurs inhibiteurs de points de contrôle immunitaires pour le cancer de la vessie, mais ils ne maintiennent de bonnes réponses que chez environ 20 % des patients.

Lorsque les gens contractent un cancer, un type de cellule immunitaire appelé «cellule tueuse naturelle» entre en action pour tenter de tuer les cellules tumorales. Cependant, les cellules tumorales peuvent souvent contrecarrer les attaques des cellules tueuses naturelles. Les chercheurs de Mount Sinai ont rapporté qu’ils avaient trouvé un sous-ensemble de cellules T CD8 qui s’adaptent aux stratégies d’évasion tumorale en s’appropriant des propriétés innées traditionnellement attribuées aux cellules tueuses naturelles, offrant une stratégie pour réduire la capacité des cellules tumorales à les combattre.

Pour créer des cellules tueuses supplémentaires, les chercheurs ont montré qu’ils pouvaient inciter les cellules T CD8+ à exprimer une molécule connue sous le nom de NKG2A à leur surface, leur permettant de se comporter davantage comme des cellules tueuses naturelles. Cette étude a montré que NKG2A est associé à une amélioration de la survie et de la réactivité à une immunothérapie anticancéreuse connue sous le nom de blocage du point de contrôle PD-L1.

Lire aussi  Moins de la moitié des vidéos YouTube sur la rhinite allergique fournissent des informations utiles, selon une étude

La deuxième découverte concerne la capacité des cellules cancéreuses à résister à la thérapie par blocage du point de contrôle PD-L1. Les chercheurs ont noté que les tumeurs peuvent maintenir l’expression d’une protéine appelée HLA-E à leur surface qui peut résister aux cellules T parce que HLA-E se lie à la molécule NKG2A et désactive la capacité de combat des cellules T. Une immunothérapie ciblant spécifiquement le HLA -L’axe E/NKG2A pourrait être un moyen efficace de cibler les cancers chez ces patients, ont déclaré les chercheurs.

« Ces résultats suggèrent que les anticorps qui bloquent à la fois NKG2A et PD-L1 pourraient constituer une stratégie de traitement plus efficace pour les patients dont les tumeurs cancéreuses de la vessie présentent des niveaux élevés de lymphocytes T CD8+ positifs pour HLA-E et NKG2A », ont déclaré l’auteur principal et co- auteur Amir Horowitz, PhD, professeur adjoint de sciences oncologiques au Tisch Cancer Institute du mont Sinaï et membre de l’Institut d’immunologie de précision de la faculté de médecine Icahn du mont Sinaï. « Ces résultats fournissent un cadre pour de futurs essais cliniques combinant une thérapie bloquant NKG2A avec d’autres immunothérapies dans ces tumeurs. »

Le blocage des points de contrôle immunitaire est un type majeur d’immunothérapie anticancéreuse qui cible la voie PD1-PDL1 pour réengager les lymphocytes T CD8+ « appauvris » dans la lutte contre les tumeurs. Dans cet article, nous montrons que les réponses au blocage de PD-L1 chez les patients atteints d’un cancer de la vessie sont influencées par un axe supplémentaire de contrôle immunitaire récemment identifié dans d’autres types de cancer : NKG2A-HLA-E. »

Nina Bhardwaj, MD, PhD, co-auteure correspondante, directrice de l’immunothérapie, codirectrice du programme d’immunologie du cancer et professeure de médecine (hématologie et oncologie médicale) au Tisch Cancer Institute du mont Sinaï

Pour mener l’étude, les chercheurs ont dressé le profil des tumeurs et du sang des patients atteints d’un cancer de la vessie à différents stades de la maladie et ont étudié tous les échantillons immédiatement après l’ablation chirurgicale des patients pour s’assurer qu’ils pouvaient capturer des cellules immunitaires vivantes et examiner son fonctionnement. L’étude a intégré plusieurs technologies unicellulaires de pointe et exploité des ensembles de données accessibles au public via The Cancer Genome Atlas (TCGA) et l’essai ImVigor210 d’atezlumab, une immunothérapie anti-PDL1.

Plusieurs collaborateurs ont contribué à cette étude, dont l’Université de Columbia, le Karolinska Institutet, le Frederick National Laboratory for Cancer Research des National Institutes of Health, le Ragon Institute du Massachusetts General Hospital, le Massachusetts Institute of Technology, l’Université de Harvard, l’Université de Gênes, l’Université de Lausanne, l’Université d’Oslo, Sema4, Genentech et Astra Zeneca. Le financement du département américain de la Défense, du Parker Institute for Cancer Immunotherapy, du National Cancer Institute et du National Institute of Allergy and Infectious Diseases a soutenu ce travail.

Police de caractère:

Système de santé du mont Sinaï

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *