Bhavana Kunkalikar

La consommation de cacao et de fruits rouges peut-elle améliorer les biomarqueurs cardiovasculaires ?

Dans une étude récente publiée dans la revue Nutrients, les chercheurs ont exploré les avantages potentiels de la consommation de cacao et de baies dans l’amélioration des biomarqueurs cardiovasculaires.

Étude : Consommation régulière de cacao et de baies comme stratégie pour améliorer les biomarqueurs cardiovasculaires grâce à la modulation du métabolisme du microbiote chez les adultes vieillissants en bonne santé.  Crédit d'image : NatashaBreen/Shutterstock.comÉtude: La consommation régulière de cacao et de baies comme stratégie pour améliorer les biomarqueurs cardiovasculaires grâce à la modulation du métabolisme du microbiote chez les adultes vieillissants en bonne santé. Crédit d’image : NatashaBreen/Shutterstock.com

Arrière-plan

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la deuxième cause de mortalité dans le monde, la plupart des cas survenant chez les personnes de plus de 60 ans, après le cancer.

Le vieillissement entraîne un dysfonctionnement de l’endothélium vasculaire et une augmentation de la rigidité et de l’épaississement des artères. De plus, le vieillissement diminue l’activité de l’oxyde nitrique synthase endothéliale (eNOS), qui est responsable de la production d’oxyde nitrique (NO).

Le NO est un vasodilatateur essentiel qui contrôle le tonus vasculaire et prévient l’inflammation vasculaire. Les polyphénols présents dans l’alimentation humaine se sont avérés efficaces pour lutter contre les effets négatifs du vieillissement.

Ils sont particulièrement utiles pour prévenir la détérioration des fonctions cognitives et l’apparition de maladies cardiovasculaires.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné comment les anthocyanes de baies et les flavanols de cacao affectent les biomarqueurs cardiovasculaires, notamment l’homocystéine, le NO, la vasodilatation médiée par le flux (FMD), l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE), la pression artérielle et le profil lipidique.

L’étude était un essai randomisé, en simple aveugle, en groupes parallèles d’une durée de 12 semaines. L’étude consistait à répartir les volontaires en trois groupes en fonction de leur produit consommé. Le groupe un a consommé un mélange de fruits rouges (RB) à raison de 5 g/jour, tandis que le groupe deux a consommé de la poudre de cacao riche en polyphénols (C) à raison de 2,5 g/jour.

Lire aussi  Les enfants obèses qui ont récemment perdu du poids sont plus susceptibles de montrer une activité cérébrale liée à la faim après un repas

Le groupe trois a consommé une combinaison de cacao et de fruits rouges (RB+C) à raison de 7,5 g/jour. Les candidats potentiels à l’étude ont été sélectionnés parmi des adultes âgés de 45 à 85 ans, y compris des hommes et des femmes ménopausées.

Les volontaires ont visité l’unité de nutrition humaine de l’ICTAN-CSIC à trois reprises pour fournir des échantillons et des données. Une vérification de l’éligibilité a été effectuée par le biais d’un entretien personnel lors de la visite initiale. La ligne de base de l’étude était la deuxième visite, tandis que l’intervention de 12 semaines s’est terminée à la troisième visite.

Diverses mesures ont été prises lors de chaque visite, y compris un échantillon de sang, l’urine du matin, la taille, le poids, la pression artérielle, le tour de taille et des enregistrements de régime alimentaire sur 24 heures. L’équipe a également mesuré les niveaux plasmatiques d’oxyde nitrique et la vasodilatation médiée par le flux (FMD).

Résultats

L’étude n’a trouvé aucune variation notable entre les groupes en termes d’âge, de sexe, de taille ou de proportion de fumeurs au début de l’étude. La population étudiée avait un taux de tabagisme chronique de 20 %.

Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes dans les concentrations de protéines sériques totales, d’homocystéine, de NO, d’ACE et d’activité de N-oxyde de triméthylamine (TMAO). Entre les visites, l’équipe a noté une augmentation statistiquement significative des valeurs de fièvre aphteuse au sein de la cohorte de poudre de cacao et une réduction des niveaux de TMAO après l’intervention de 12 semaines dans le groupe cacao.

Lire aussi  Le péruvoside composé à base de plantes peut prévenir jusqu'à 12 virus médicalement importants

Aucun changement significatif n’a été observé dans aucune des caractéristiques testées entre la ligne de base et 12 semaines par rapport à n’importe quel régime.

Aucune différence significative n’a été trouvée entre les groupes dans les paramètres analysés au début de l’étude, ainsi que les paramètres cardiovasculaires. Aucune variation notable entre les groupes ou les visites n’a été observée pour aucun paramètre au point final.

Après une intervention de 12 semaines, le groupe cacao a montré une plus grande augmentation des niveaux de polyphénols que le groupe RB+C. Cela a entraîné des différences significatives entre les deux groupes.

Une augmentation significative des taux de polyphénols plasmatiques a été observée dans le groupe C, alors que dans le groupe RB, l’élévation des polyphénols totaux était presque significative lors de l’examen des différences au sein des groupes.

L’intervention de 12 semaines a entraîné des différences significatives dans les concentrations sanguines d’acide chénodésoxycholique (CDCA) entre les groupes RB et C. Le groupe mixte RB a montré la plus forte augmentation des concentrations de CDCA.

Des différences statistiquement significatives n’ont été observées que dans le groupe RB, où les concentrations de DCA ont augmenté après l’intervention avec le mélange RB. Il y avait également une différence presque significative de CDCA dans la cohorte RB, avec une augmentation marquée après l’intervention.

L’étude n’a trouvé que des différences significatives entre les groupes d’acide isovalérique (ISOV) et caproïque (CAP). Le groupe C avait une concentration ISOV plus élevée que le groupe RB+C, tandis que le groupe RB avait une concentration CAP plus élevée que le groupe RB+C.

Lire aussi  Une étude suggère que la vitamine C et le nitrate alimentaires pourraient être prometteurs pour améliorer la fonction endothéliale et réduire le risque de maladie cardiovasculaire

L’intervention sur les produits alimentaires a entraîné une légère augmentation de tous les SCFA à l’exception de l’acide butyrique (SFA) dans les cohortes C et RB+C.

La consommation d’anthocyanes de baies a entraîné une augmentation significative du rapport de l’indice de fermentation A (FIA) dans les groupes RB et C et une élévation presque significative de l’ACE et du SCFA totaux.

conclusion

Les résultats de l’étude ont montré que la consommation régulière de flavanols de cacao peut améliorer la santé cardiovasculaire en abaissant les niveaux de TMAO et d’acide urique, en améliorant les valeurs de fièvre aphteuse et en corrélant avec les niveaux de polyphénols sériques. Les niveaux de polyphénols se sont avérés corrélés négativement avec les concentrations de TMAO.

Les flavanols de cacao et les anthocyanes RB améliorent le métabolisme du microbiote intestinal en favorisant la fermentation des glucides, augmentant ainsi la production d’AGCC. Inclure plus d’aliments riches en polyphénols dans l’alimentation pourrait effectivement retarder ou prévenir les maladies cardiovasculaires liées à l’âge.

Des études supplémentaires contrôlées par placebo sont nécessaires pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans les effets protecteurs prébiotiques et cardiovasculaires potentiels des flavanols de cacao et des anthocyanes RB.

Référence magazine :
  • Garcia-Cordero, J. et al. (2023) « La consommation régulière de cacao et de baies comme stratégie pour améliorer les biomarqueurs cardiovasculaires en modulant le métabolisme du microbiote chez les adultes vieillissants en bonne santé », nutriments, 15(10), p. 2299. faire: 10.3390/nu15102299.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *