Neha Mathur

Facteurs influençant la perception des patients lors de la récupération de COVID-19

Dans une étude récente publiée dans medRxiv*, une équipe de chercheurs a caractérisé la perception de la maladie au niveau individuel, à la fois cognitive et émotionnelle, après la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : Les symptômes somatiques persistants sont essentiels à la perception individuelle de la maladie un an après la COVID-19.  Crédit d'image : fizkes/Shutterstock
Étude : Les symptômes somatiques persistants sont essentiels à la perception individuelle de la maladie un an après la COVID-19. Crédit d’image : fizkes/Shutterstock

Arrière plan

Des études ont montré que la perception individuelle de la maladie après un COVID-19 aigu influence la façon dont on fait face plus tard, s’adapte aux symptômes chroniques persistants et aux conditions de santé, et adhère aux pratiques de prévention, de traitement et de réadaptation. De même, en termes de population générale, les patients atteints de COVID-19 ont toutes les perceptions d’une maladie grave, y compris l’anxiété, la dépression et le stress.

Le syndrome post-COVID-19 présente un large éventail de manifestations rapportées par les patients. Une fraction importante des patients COVID-19 déclarent avoir des symptômes somatiques, une pathologie cardiopulmonaire et des troubles de santé mentale. Bien que ces caractéristiques ne soient pas toujours cohérentes ; cependant, il est crucial de les caractériser car ils entraînent des coûts de soins de santé et des charges socio-économiques importants.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné une population transversale de convalescents de COVID-19 pour étudier la gravité de la perception globale de la maladie et les composants de la perception de la maladie. Tous les participants présentaient des symptômes somatiques ou une pathologie pulmonaire et cardiaque non résolus liés au COVID-19 jusqu’à un an après le début de la maladie. L’aspect cognitif de la perception de la maladie couvrait les symptômes de la maladie auto-perçus, les conséquences, la durée et l’effet attendus du traitement COVID-19, le contrôle personnel et la compréhension de la maladie. Les composantes émotionnelles comprenaient la peur, la colère ou la détresse liées à la COVID-19.

Lire aussi  Signatures glycaniques dans les maladies rhumatismales et leurs implications fonctionnelles associées

L’équipe a recruté des participants à l’étude entre avril et juin 2020. Tous les participants éligibles étaient âgés de 18 ans ou plus et avaient un syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SARS-CoV-2) confirmé par transcription inverse-amplification en chaîne par polymérase (RT-PCR). symptomatique. infection. L’équipe a prévu des visites de suivi pour tous les participants à deux, trois, six mois et un an après le diagnostic de COVID-19.

En particulier, l’étude a examiné les symptômes somatiques persistants suivants liés au COVID-19 : performances physiques, dyspnée, toux autodéclarée, sueurs nocturnes, troubles du sommeil, anosmie, fatigue, perte de cheveux et symptômes dermatologiques et gastro-intestinaux. En outre, les chercheurs ont examiné les anomalies des scores de gravité du test de la fonction pulmonaire (LFT), de la tomodensitométrie thoracique (CT) et de l’échocardiographie transthoracique (TTE). Les critères d’évaluation primaires et secondaires de l’étude étaient les valeurs du score de perception de la maladie et les scores des composants du questionnaire de perception de la maladie (BIPQ), respectivement. L’équipe a utilisé la régression multiparamètre pénalisée et le regroupement non supervisé pour identifier les facteurs influençant ces paramètres.

Résultats de l’étude

Au total, 145 personnes ont été inscrites à l’étude ; cependant, la population finale de l’étude était composée de 74 personnes en raison du taux élevé d’abandon des patients. La majorité des participants (65 %) étaient des hommes, avec un âge médian de 56 ans. Les chercheurs les ont classés en fonction de la gravité du COVID-19 comme survivants ambulatoires, modérés et sévères du COVID-19, le premier sous-ensemble comprenant les 20% de participants qui avaient l’âge médian le plus bas, le moins de fumeurs et la plus faible fréquence de comorbidité.

Lire aussi  Les lymphocytes T tueurs voyous associés à la leucémie entraînent des maladies auto-immunes

Les chercheurs ont discerné quatre facteurs, dont le score de fatigue, une performance physique réduite, la perte de cheveux et une comorbidité respiratoire préexistante, qui expliquent 47 % de la variation globale de la perception de la maladie un an après la COVID-19. L’effet de l’âge, du sexe, de la gravité du COVID-19 ou des lésions pulmonaires résiduelles était négligeable sur les résultats de la TDM et du LFT. De même, les auteurs ont observé des anomalies cardiaques négligeables ou nulles en TTE. Notamment, tous les participants présentant de multiples symptômes somatiques résiduels et un COVID-19 aigu modéré à sévère présentaient des niveaux élevés de préoccupations émotionnelles liées au COVID-19.

Les auteurs ont utilisé les échelles de fatigue bimodale de Likert et Chalder (CFS) pour évaluer la fatigue lors d’une visite de suivi d’un an. Ils ont identifié la fatigue comme une covariable forte du score global de perception de la maladie chez les survivants du COVID-19. Des études ont établi des effets similaires de la fatigue chronique dans l’arthrite et les hémopathies malignes. En outre, l’analyse par grappes a identifié trois sous-ensembles de participants qui différaient sur les éléments clés de la perception de la maladie lors du suivi d’un an. Près de 50 % de ce sous-ensemble ont montré une faible sévérité de la perception globale de la maladie, 27 % des participants ont montré un niveau de fatigue persistante tout aussi bas, et le petit groupe restant souffrait de multiples problèmes somatiques.

Le dernier sous-ensemble de participants à l’étude présentait des lésions pulmonaires résiduelles au scanner, une évolution sévère du COVID-19, une fatigue importante, des troubles du sommeil et une perte de cheveux, qui indiquaient tous une représentation émotionnelle intense. Ces personnes pourraient bénéficier davantage d’interventions psychologiques et psychiatriques pour le syndrome post-COVID-19.

Lire aussi  Une nouvelle technique de modélisation peut aider à mieux comprendre le développement de la polyarthrite rhumatoïde

conclusion

La littérature antérieure a établi un lien entre la perception de la maladie et d’autres affections chroniques, telles que la maladie pulmonaire obstructive chronique. Cependant, selon les auteurs, il s’agit de la première étude à évaluer la gravité et les composantes de la perception de la maladie chez les convalescents du COVID-19. Il a montré que les perceptions négatives de la maladie pouvaient perpétuer les symptômes des troubles somatoformes, entraînant une augmentation des dépenses de santé à l’avenir.

De plus, l’étude a mis en évidence la nécessité de combiner les symptômes somatiques persistants et les résultats de l’évaluation clinique pour montrer une image complète du syndrome post-COVID-19. Plus important encore, il a souligné qu’une réadaptation appropriée et l’allocation de ressources psychiatriques pour gérer cette condition nécessitent une compréhension approfondie de l’interaction entre les symptômes somatiques persistants et les perceptions individuelles de la maladie.

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Hufner, K. et al. (2022).« Les symptômes somatiques persistants sont essentiels à la perception individuelle de la maladie un an après la COVID-19. » medRxiv. est ce que je: 10.1101/2022.09.05.22279602.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *