Pooja Toshniwal Paharia

Explorer le dysfonctionnement du goût et de l’odorat en tant que prédicteurs puissants des infections par le SRAS-CoV-2

Dans une étude récente publiée dans un de plusLes enquêteurs ont cherché à savoir si les perturbations chimiosensorielles associées à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) étaient prédictives des réponses sérologiques contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) chez les résidents des États-Unis (US). .).

Étude : Les déficits chimiosensoriels sont le meilleur prédicteur de la réponse sérologique chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2.  Crédit d'image : ibreakstock/Shutterstock
Étude : Les déficits chimiosensoriels sont le meilleur prédicteur de la réponse sérologique chez les personnes infectées par le SRAS-CoV-2. Crédit d’image : ibreakstock/Shutterstock

Antécédents

Les troubles du goût et de l’odorat sont étroitement associés au COVID-19 et pourraient être liés à une évolution plus indolente de l’infection. Cependant, les données sur les taux de réponse immunitaire sérologique chez les patients atteints de COVID-19 léger sont limitées.

À propos de l’étude

Dans la présente étude transversale, les chercheurs ont caractérisé le développement de titres d’IgM (immunoglobuline M) ou d’IgG de protéine de pointe (S) anti-SRAS-CoV-2 chez des individus positifs pour le SRAS-CoV-2 avec une perte de goût et d’olfaction pour explorer symptômes de COVID-19 qui pourraient prédire plus fortement des réponses sérologiques robustes.

L’étude a été menée entre avril et juin 2020 sur 306 adultes en convalescence du COVID-19 qui se sont portés volontaires pour donner du sang après avoir été infectés par le SRAS-CoV-2. Les personnes inscrites au CPT (Convalescent Plasma Trials) au NewYork-Presbyterian/Columbia University Irving Medical Center suite à une histoire récente de COVID-19.

Le statut sérologique du SRAS-CoV-2 confirmé par la réaction en chaîne par polymérase (PCR), les symptômes cliniques du COVID-19 ressentis au moment de l’infection et le déroulement du traitement ont été documentés au moment des tests sérologiques. La fonction chimiosensorielle a été évaluée sur la base des déficits perçus par le patient. Les titres d’IgG et d’IgM anti-S ont été mesurés à l’aide de dosages immuno-enzymatiques (ELISA) et représentaient respectivement les réponses humorales primaires et de longue durée.

Lire aussi  Des chercheurs mettent en lumière les fonctions clés des cellules immunitaires innées

Les personnes incluses avaient des antécédents de COVID-19, étaient ≥ 2,0 semaines après la résolution des symptômes aigus de COVID-19 et ne présentaient pas de signes d’infections actives par le SRAS-CoV-2 au moment du don de sang, sur la base des radiographies pulmonaires, les résultats de l’oxymètre de pouls ou les besoins en ventilation mécanique. Les participants à l’étude étaient séronégatifs pour les infections transmises par transfusion sanguine. [such as those caused by HBV (hepatitis B virus), HIV (human immunodeficiency virus), WNV (west Nile virus), hepatitis C viruses (HCV), HTLV-I/II (human T-lymphotropic virus types I and II), Zika virus, and Trypanosoma cruzi).

The team excluded individuals who had received antiviral therapy within 24.0 hours of blood donation, needed extracorporeal membrane oxygenation or mechanical ventilation for ≥5.0 days, had severe multiorgan dysfunction, pregnancy, IgA deficiency, or prior history of allergy reactions after blood transfusions. All participants filled out surveys evaluating (i) the subjective taste and smell function at baseline and during SARS-CoV-2 infection; (ii) symptoms included in SNOT-22 (Sino-nasal Outcome Test-22) rhinology domain; (iii) COVID-19-associated symptom history; and (iv) SARS-CoV-2 testing history.

Results

Initially, 2,915 individuals were screened from the convalescent plasma trial cohort, of which 1,556 were eligible to fill out chemosensory dysfunction questionnaires. However, 1,495 individuals consented to participate and filled out the questionnaires, of which only 306 individuals were eligible for blood donation and successfully donated blood.

Among the 306 study participants, 196, 195, and 177 individuals documented reported subjective smell, taste, and simultaneous chemosensory (smell and taste) dysfunction, respectively, during the initial 14 days of SARS-CoV-2 infection. The median value for the participants was 39 years, 64% (n=196) of them were women, and 86% were Whites.

Lire aussi  Début de l'essai clinique de phase 1 d'un nouveau vaccin antigrippal au NIH Clinical Center de Bethesda

Prior to data adjustments, the odds of developing suprathreshold IgG titers were 2.0-fold greater among individuals who documented smell alterations and 2.02-fold greater among individuals who documented taste alterations in comparison to individuals with normal taste and smell. Multivariable logistic modeling with data adjustments for age, sex, age, ethnicity/race, duration of symptoms, smoking habits, and comorbidities index scores showed that altered taste, and smell could significantly predict positive anti-S IgG humoral response [smell odds ratio (OR) = 1.9; taste OR = 2.0].

Parmi 187 réponses valides à l’évaluation de la dysfonction olfactive, 135 (72 %), 37 (20 %), trois (2,0 %) et 10 (cinq %) réponses faisaient référence à des perceptions olfactives absentes, majeures, mineures, déformées et étranges, respectivement. . Parmi 266 individus avec des données complètes sur les IgG, des titres détectables d’IgG anti-S ont été observés chez 66 % (n = 176). Une proportion significativement plus élevée de femmes (79 %) étaient séronégatives pour le SRAS-CoV-2.

Une proportion significativement plus élevée de participants (72 %) présentant un dysfonctionnement olfactif et gustatif (71 %) a montré des titres d’IgG anti-S positifs que des réponses séronégatives au SARS-CoV-2. Le sexe masculin était un facteur prédictif significatif de réponses humorales anti-IgG positives (OR = 2,8) après ajustements olfactifs. Les réponses humorales ne différaient pas significativement selon l’âge, l’ethnicité/la race, les admissions à l’hôpital, les habitudes tabagiques et la durée de la COVID-19.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré qu’un dysfonctionnement chimiosensoriel subjectif, tel qu’un dysfonctionnement auto-documenté du goût ou de l’odorat, pouvait fortement prédire les réponses sérologiques au SRAS-CoV-2. Les résultats pourraient être utiles pour conseiller les patients. Cependant, de futures études longitudinales devraient être menées pour améliorer la compréhension de l’apparition des symptômes et de la durée des réponses sérologiques chez les personnes positives au SARSC-CoV-2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *