Pooja Toshniwal Paharia

Des mortinaissances et des naissances prématurées significativement plus faibles chez les femmes vaccinées contre le COVID

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv* Serveur de préimpression, les chercheurs ont déterminé l’association entre les vaccins contre la maladie à coronavirus de l’acide ribonucléique messager (ARNm) 2019 (COVID-19) et les résultats périnataux, y compris les anomalies congénitales, les mortinaissances et les naissances prématurées en Australie.

Des études ont rapporté que la vaccination COVID-19 des femmes enceintes réduit les mortinaissances ; cependant, l’association entre les vaccins COVID-19 et l’accouchement prématuré est incertaine. De plus, la plupart des études sur la vaccination contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) pendant la grossesse présentaient des limites dans leurs méthodologies, telles que des expositions variant dans le temps et un biais de cohorte fixe (rétrospectif).

Étude : Réduction des mortinaissances et des naissances prématurées chez les femmes vaccinées contre le COVID-19 : une étude de cohorte multicentrique sur l'acceptation de la vaccination et les résultats périnatals.  Crédit d'image : Photographie d'Unai Huizi/Shutterstock​​​​​​​Étude : Réduction des mortinaissances et des naissances prématurées chez les femmes vaccinées contre le COVID-19 : une étude de cohorte multicentrique sur l’acceptation de la vaccination et les résultats périnatals. Crédit d’image : Unai Huizi Photography/Shutterstock

À propos de l’étude

Dans l’étude de cohorte rétrospective et multicentrique actuelle, les chercheurs ont évalué le rôle des vaccins à ARNm contre le COVID-19 dans l’amélioration des résultats de la grossesse en réduisant les naissances prématurées et les mortinaissances.

Des données ont été recueillies auprès de 12 hôpitaux publics de la ville de Melbourne, en Australie, sur les naissances après 20 semaines de gestation, entre le 1er juillet 2021 et le 31 mars 2022, dans le cadre du tableau de bord collaboratif maternité et nouveau-né pour le projet de recherche sur la pandémie COVID-19. (CoMaND). . Les accouchements planifiés à domicile, les accouchements dans des hôpitaux privés et ceux qui ne font pas partie de programmes d’accouchement à domicile financés par l’État n’ont pas été inclus dans l’analyse.

Lire aussi  Les anticorps transmis par le lait maternel persistent six mois après la vaccination par l'ARNm du COVID

La semaine de la dernière période menstruelle (cLMP) a été utilisée pour l’analyse au lieu de la semaine de naissance pour définir les groupes exposés et non exposés aux vaccins COVID-19 afin de s’assurer que toute femme accouchant entre la semaine 20 et la semaine 43 de gestation est inclus dans l’analyse. De plus, les femmes ayant des grossesses multifœtales ont été exclues de l’étude.

L’équipe a analysé les caractéristiques sociodémographiques des femmes enceintes et a comparé les issues de grossesse pour les femmes enceintes vaccinées et non vaccinées, pour lesquelles la semaine de gestation 20 à la semaine 43 se situait dans la période d’extraction des données de neuf mois. L’équipe a également généré un indice socio-économique pour les zones (SEIFA) et des cartes choroplèthes du statut vaccinal pour analyse.

Le principal résultat de l’étude était le taux d’anomalies congénitales chez les bébés uniques nés après 20 semaines de gestation chez les femmes qui ont reçu des vaccins COVID-19 pendant la grossesse. Les critères de jugement secondaires de la grossesse comprenaient la mortinaissance, la naissance prématurée (iatrogène et spontanée), le retard de croissance fœtale indiqué par un poids fœtal à la naissance inférieur au troisième centile, et les admissions en unité néonatale de soins intensifs (USIN) pour les nourrissons uniques nés après 24 semaines de gestation sans congénitale anomalies.

Lire aussi  Selon une étude, le programme intensif de visites à domicile d'infirmières n'a pas amélioré les résultats à la naissance pour les mères à faible revenu

Les rapports de cotes ajustés (aOR) pour la mortinaissance, la naissance prématurée et les admissions à l’USIN ont été calculés pour les nourrissons nés de mères qui ont reçu des vaccins COVID-19 pendant la grossesse en effectuant des ajustements de régression pondérés par la propension inverse (IPTWRA). ). De plus, une analyse de sensibilité a été réalisée en analysant uniquement les femmes initialement vaccinées à moins de 20 semaines de gestation.

Résultats

L’analyse a été réalisée pour 32 536 femmes enceintes qui ont donné naissance à 33 018 nouveau-nés, dont 53,4 % (n = 17 365) femmes ont été vaccinées, tandis que 47,6 % (n = 15 171) femmes n’ont pas reçu de vaccins ARNm COVID-19 pendant la grossesse. Les femmes qui ont été vaccinées contre la COVID-19 étaient plus susceptibles d’être plus âgées, non-fumeuses, nullipares, de ne pas avoir besoin d’interprète, de vivre dans des zones à revenu élevé et d’être vaccinées contre la grippe et la coqueluche.

Des différences substantielles dans les taux de vaccination ont été observées selon la région de naissance. Les aOR de vaccination étaient les plus faibles chez les femmes qui avaient accouché au Moyen-Orient, en Europe de l’Est, en Europe du Sud, en Océanie et en Afrique. Les femmes qui ont reçu des vaccins COVID-19 pendant la grossesse étaient nettement moins susceptibles d’accoucher d’enfants présentant des malformations congénitales importantes par rapport aux femmes non vaccinées (2,4 % contre 3,0 % et aOR 0,7 ). La découverte était cohérente même après avoir limité l’analyse aux femmes qui ont reçu des vaccins COVID-19 avant 20 semaines de gestation.

Lire aussi  Une étude suggère un outil potentiel pour aider à améliorer les résultats du traitement de la fertilité

Les femmes enceintes vaccinées contre la COVID-19 présentaient des taux de mortinaissance nettement inférieurs (0,2 % contre 0,8 % et aOR 0,2), d’accouchements prématurés à moins de 37 semaines de gestation (5,1 % contre 9 0,2 % et aOR 0,6), d’accouchements prématurés spontanés ( 2,4 % contre 4,0 % et aOR 0,7) et les naissances prématurées iatrogènes (2,7 % contre 5,2 % et aOR 0,5) . Aucune augmentation substantielle du poids à la naissance en dessous du troisième centile n’a été observée chez les femmes vaccinées contre la COVID-19, ce qui indique que les vaccins contre la COVID-19 n’ont pas d’effets indésirables sur la croissance et le développement du fœtus.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que les mortinaissances et les naissances prématurées étaient plus faibles chez les femmes vaccinées contre le COVID-19 et que les vaccins à ARNm contre le COVID-19 pourraient avoir des implications biologiques bénéfiques pendant la grossesse en plus de diminuer la gravité du COVID-19.

*Nouvelles importantes

medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence du magazine :
  • Réduction des mortinaissances et des naissances prématurées chez les femmes vaccinées contre le COVID-19 : une étude de cohorte multicentrique sur l’acceptation de la vaccination et les résultats périnataux. Lisa HUI, Melvin Barrientos Marzan, Daniel L. Rolnik, Stephanie Potenza, Natasha Pritchard, Joanne M. Said, Kirsten R Palmer, Clare L. Whitehead, Penelope M. Sheehan, Jolyon Ford, Ben W. Mol, Susan P. Walker. Préimpression medRxiv 2022, DOI : https://doi.org/10.1101/2022.07.04.22277193,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.