Des chercheurs mettent en lumière les fonctions clés des cellules immunitaires innées

L’inflammation et l’augmentation de la production de mucus sont des symptômes typiques des infections par les vers et des allergies. Cette réponse immunitaire implique nos cellules immunitaires innées, mais leurs fonctions exactes ne sont pas encore entièrement comprises. Une équipe de recherche de la Charité – Universitätsmedizin Berlin a maintenant mis en lumière les tâches clés de ces cellules. Dans l’étude publiée dans la revue La natureles chercheurs identifient également des approches thérapeutiques possibles pour le traitement des allergies.

Le système immunitaire humain est composé de deux branches interconnectées : le système immunitaire adaptatif, qui apprend quelque chose de nouveau à chaque infection et se développe constamment tout au long de la vie, et le système immunitaire inné, qui est moins spécialisé mais réagit particulièrement vite et efficacement. Les cellules du système immunitaire inné se trouvent dans les muqueuses des voies respiratoires et de l’intestin, où elles forment une première ligne de défense au point d’entrée des agents pathogènes. Ces cellules comprennent des cellules lymphoïdes innées du groupe 2 (ILC2 en abrégé), qui sont actives dans l’intestin en cas de maladies parasitaires et dans les voies respiratoires en cas d’allergies.

« Les cellules lymphoïdes innées ont été découvertes il y a une dizaine d’années et nous en savons déjà beaucoup sur elles, mais leur rôle exact dans la machinerie du système immunitaire n’est toujours pas entièrement compris », explique le Dr Christoph Klose, qui dirige l’Emmy Noether Independent. Groupe de recherche junior sur la régulation des réponses immunitaires de type 2 par les neuropeptides et les neurotransmetteurs à l’Institut Charité de Microbiologie, Infectiologie et Immunologie. « Il existe un groupe de cellules immunitaires adaptatives, à savoir les cellules T, qui remplissent certaines fonctions similaires dans le cadre de la réponse immunitaire de type 2, on pensait donc auparavant que le rôle des ILC2 pourrait être redondant et pourrait être facilement repris par T cellules ».

Lire aussi  Conseils pratiques pour gérer la dermatite atopique chez les bébés

Cependant, l’étude récemment publiée a réfuté cette théorie. En utilisant un modèle animal et des méthodes moléculaires de pointe, telles que le séquençage unicellulaire, qui permet aux scientifiques de zoomer sur des cellules individuelles et d’analyser leur état moléculaire, ils ont mis en lumière les fonctions centrales de l’ILC2.

Un certain type de cellules immunitaires appelées éosinophiles ne pouvait pas se développer correctement en l’absence d’ILC2. Cette relation était auparavant inconnue et a été une énorme surprise. »

Dr Christoph Klose, Charité – Universitätsmedizin Berlin

Les éosinophiles sont impliqués dans les processus inflammatoires des tissus. Les scientifiques ont également découvert que les ILC2 ont un effet majeur sur la capacité des cellules épithéliales à favoriser la production de mucus et à expulser les parasites, tels que les vers, du corps. « L’absence d’ILC2 a été clairement notée dans nos tests examinant la réponse immunitaire aux infections par les vers. Il n’y avait qu’une production limitée de mucus dans les tissus et les parasites ne pouvaient plus être combattus efficacement », déclare le Dr Klose, résumant les résultats de l’étude. . .

Dans des expériences ultérieures, les chercheurs ont examiné les symptômes de l’asthme allergique et ont constaté qu’ils s’amélioraient lorsque les ILC2 étaient absents. « Cela pourrait être un point de départ pour de futures études visant à développer des thérapies anti-allergiques potentielles », explique le Dr Klose. « Grâce à notre étude, nous avons pu montrer que les cellules lymphoïdes innées du groupe 2 sont des rouages ​​essentiels de la machinerie du système immunitaire et ne peuvent être remplacées sans compromettre la réponse immunitaire. » Dans de futurs projets de recherche, le Dr Klose et son équipe aimeraient déterminer si les cellules lymphoïdes innées régulent d’autres aspects de la réponse immunitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *