Bhavana Kunkalikar

Des chercheurs étudient les anomalies congénitales après l’infection au COVID-19 et la vaccination

Dans une étude récente publiée dans communication natureles enquêteurs ont comparé les anomalies congénitales significatives observées après l’infection et la vaccination par la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : Une étude de cohorte appariée basée sur la population des anomalies congénitales majeures après la vaccination par le COVID-19 et l'infection par le SRAS-CoV-2.  Crédit d'image : CKA/Shutterstock
Étude : Une étude de cohorte appariée basée sur la population des anomalies congénitales majeures après la vaccination par le COVID-19 et l’infection par le SRAS-CoV-2. Crédit d’image : CKA/Shutterstock

L’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) pendant la grossesse est associée à des symptômes graves de COVID-19 et à de mauvais résultats périnataux et maternels. Cependant, les taux de vaccination contre le COVID-19 restent faibles dans de nombreux contextes chez les femmes enceintes. Les problèmes de sécurité des vaccins sont parmi les principaux obstacles à la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse. Il existe de nombreuses études indiquant l’innocuité de la vaccination contre la COVID-19 pendant la grossesse en termes d’événements périnataux, tels que les résultats précoces de la grossesse tels que les fausses couches et les mortinaissances. Cependant, il n’y a pas suffisamment de preuves établissant un lien entre l’infection au COVID-19 ou la vaccination en début de grossesse et le risque de malformations congénitales.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont estimé la relation entre l’infection au COVID-19 et la vaccination séparément, entre six semaines avant la conception et 19 semaines et six jours de gestation.

L’équipe a utilisé la cohorte de grossesse COVID-19 mise à jour en Écosse (COPS) qui contient des données sur toutes les grossesses terminées et en cours en Écosse au 1er janvier 2015. Les grossesses se terminant par une grossesse ont été incluses dans cette cohorte, à n’importe quel stade de gestation et avec n’importe quel résultat. L’équipe a extrait les données relatives à la date approximative de conception, à l’âge gestationnel à la fin de la grossesse et à l’issue de la grossesse pour chaque grossesse. Les données nationales sur la vaccination contre le COVID-19 et les infections confirmées au SARS-CoV-2 ont été intégrées dans la cohorte de l’étude COPS pour identifier les expositions pertinentes.

Lire aussi  La découverte de biomarqueurs jette les bases de la prédiction de la prééclampsie

Dans l’étude, l’exposition primaire consistait à recevoir n’importe quel vaccin contre le SRAS-CoV-2 entre 6 semaines avant la conception et 19 + 6 semaines de gestation ou jusqu’à la fin de la grossesse, selon la première éventualité. Les bébés ont été classés comme exposés au vaccin COVID-19 si leurs mères recevaient n’importe quel type de vaccin disponible en Écosse de n’importe quelle dose et n’importe quel nombre de doses pendant la période d’exposition.

Résultats

Pour l’analyse de la vaccination contre le SRAS-CoV-2, l’équipe a trouvé 53 914 nourrissons qui avaient un temps de suivi adéquat pendant la période d’exposition au vaccin à l’étude. Près de 8 785 de ces 53 914 bébés sont nés de femmes qui avaient reçu un vaccin COVID-19 dans la période allant de six semaines avant la conception à 19 + 6 semaines de gestation. Les nouveau-nés nés de mères vaccinées étaient plus susceptibles d’être nés de mères de régions moins défavorisées, qui ne fumaient pas et avaient des problèmes médicaux antérieurs, par rapport aux bébés nés de mères non vaccinées. Sur les 6 731 bébés nés de mères vaccinées, 153 ont été reconnus comme ayant une anomalie. Chez 120 bébés, il n’y avait aucune base génétique confirmée pour leur anomalie. De plus, 467 des 20 193 enfants nés de femmes non vaccinées avaient un certain type de défaut, tandis que 375 avaient une anomalie non génétique.

Dans les études qui ne tenaient compte que des variables d’appariement dans le modèle ou qui tenaient compte de toutes les covariables cliniques et sociodémographiques, il n’y avait aucune preuve d’un lien entre la vaccination contre la COVID-19 et toute anomalie. De même, l’équipe n’a trouvé aucune preuve d’un lien entre la vaccination et les aberrations non génétiques lorsque les variables d’appariement et les facteurs de confusion sociodémographiques et cliniques ont été pris en compte.

Lire aussi  Le phénotypage métabolique des femmes enceintes, au-delà de l'obésité pré-grossesse ou du statut de diabète gestationnel, peut-il améliorer l'évaluation du risque d'adiposité chez la progéniture ?

Dans les analyses qui incluaient des nourrissons de grossesses de toute durée, les résultats étaient similaires. Lorsque la cohorte vaccinée a été restreinte aux nourrissons de mères vaccinées qui ont été immunisées dans la fenêtre de conception à risque tératogène jusqu’à et y compris la gestation 9 + 6, aucune preuve d’une quelconque corrélation entre la vaccination contre le COVID-19 et l’incidence du COVID-19 n’a été trouvés anomalies. L’odds ratio (OR) ajusté pour la relation entre la vaccination et l’incidence d’une anomalie était de 0,76 et celui pour les anomalies non génétiques était de 0,66. La plupart des femmes enceintes qui ont été immunisées pendant la période d’exposition ont été vaccinées avec un vaccin à ARNm; 18,2 % ont reçu le vaccin ChAdOx1-s/nCoV-19, tandis que 0,2 % ont reçu plus d’un type de vaccin.

Comparés aux nouveau-nés nés de mères non infectées, les bébés exposés à l’infection par le SRAS-CoV-2 étaient plus susceptibles d’être nés de femmes de régions plus pauvres et de régions urbaines. Parmi les 1 574 bébés qui ont été exposés au SRAS-CoV-2, 32 présentaient une anomalie, tandis que 26 présentaient une anomalie non génétique. Sur les 4 722 nourrissons qui n’ont pas été exposés à une infection vérifiée par le SRAS-CoV-2, près de 71 présentaient une anomalie non génétique et 85 nourrissons présentaient une anomalie. De plus, il n’y avait aucune indication d’un lien entre le COVID-19 et une quelconque anomalie, que les analyses aient inclus des variables coïncidentes ou des facteurs de confusion cliniques et sociodémographiques. De plus, aucun lien n’a été trouvé entre l’infection au COVID-19 et l’anomalie non génétique.

Lire aussi  La doxycycline prise après un rapport sexuel ne prévient pas les IST bactériennes chez les femmes cisgenres

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré qu’il n’y a aucun lien entre la vaccination contre l’infection au COVID-19 ou au SRAS-CoV-2 et la probabilité de malformations congénitales importantes. Les chercheurs pensent que l’étude contribue à un nombre croissant d’informations sur la sécurité de la vaccination contre le COVID-19 pendant la grossesse et fournit une assurance cruciale sur la sécurité de la vaccination immédiatement avant ou au début de la grossesse.

Référence magazine :
  • Calvert, C., Carruthers, J., Denny, C. et al. (2023). Une étude de cohorte appariée basée sur la population des anomalies congénitales majeures après la vaccination avec COVID-19 et l’infection par le SRAS-CoV-2. communication nature. faire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *