Des chercheurs découvrent un processus clé impliqué dans la perte de vision liée au diabète

Des chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast ont découvert un processus clé qui contribue à la perte de vision et à la cécité chez les personnes atteintes de diabète. Les résultats pourraient conduire à de nouveaux traitements pouvant être utilisés avant que ne se produise une perte de vision irréversible.

La rétinopathie diabétique est une complication courante du diabète et survient lorsque des taux élevés de sucre dans le sang endommagent les cellules situées à l’arrière de l’œil, appelées rétine. Il n’existe aucun traitement actuel qui empêche la progression de la rétinopathie diabétique de ses stades précoces à ses stades tardifs, au-delà d’un contrôle minutieux du diabète lui-même. En conséquence, une proportion importante de personnes atteintes de diabète évoluent toujours vers des complications de la maladie menaçant la vision.

Alors que le nombre de personnes atteintes de diabète continue d’augmenter dans le monde, il existe un besoin urgent de nouvelles stratégies de traitement, en particulier celles qui ciblent les premiers stades de la maladie pour prévenir la perte de vision.

La rétine a besoin d’un apport élevé en oxygène et en nutriments pour fonctionner correctement. Ceci est accompli par un réseau élaboré de vaisseaux sanguins qui maintiennent un flux sanguin constant même pendant les fluctuations quotidiennes de la pression sanguine et oculaire. La capacité des vaisseaux sanguins à maintenir le flux sanguin à un niveau constant est appelée autorégulation du flux sanguin. La perturbation de ce processus est l’un des premiers effets du diabète sur la rétine.

Lire aussi  Une petite molécule thérapeutique peut restaurer les fonctions visuelles après une lésion du nerf optique

La percée des chercheurs de l’Université Queen’s de Belfast identifie la cause de ces changements précoces de la rétine. L’étude, publiée dans la revue américaine JCI Insight, a révélé que la perte d’autorégulation du flux sanguin pendant le diabète est due à la perturbation d’une protéine appelée TRPV2. De plus, ils montrent que la perturbation de l’autorégulation du flux sanguin, même en l’absence de diabète, provoque des dommages très similaires à ceux observés dans la rétinopathie diabétique.

L’équipe de recherche espère que ces résultats seront utilisés pour éclairer le développement de nouveaux traitements qui préservent la vision chez les personnes atteintes de diabète.

Nous sommes enthousiasmés par les nouvelles informations fournies par cette étude, expliquant comment la rétine est endommagée au cours des premiers stades du diabète.

En identifiant TRPV2 comme une protéine clé impliquée dans la perte de vision liée au diabète, nous avons une nouvelle cible et une opportunité de développer des traitements qui arrêtent la progression de la rétinopathie diabétique. »

Professeur Tim Curtis, auteur correspondant, directeur adjoint du Wellcome-Wolfson Institute for Experimental Medicine, Queen’s University Belfast

L’étude a été financée par le Conseil de recherche en biotechnologie et en sciences biologiques et le programme de bourses d’études supérieures du Département d’économie.

Police de caractère:

Université Queen’s de Belfast

Référence du magazine :

O’Hare, M. et coll. (2022).La perte de l’autorégulation du flux sanguin médiée par TRPV2 récapitule la rétinopathie diabétique chez le rat. Point de vue JCI. doi.org/10.1172/jci.insight.155128.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *