De nouveaux « garde-fous » pourraient considérablement renforcer les soins de haute qualité grâce à la télésanté

Les fournisseurs de télémédecine d’aujourd’hui ne font qu’effleurer la surface de ce qui est possible pour fournir des soins de santé de haute qualité à ceux qui en ont le plus besoin, et en particulier aux personnes âgées qui bénéficient grandement de son accessibilité, selon les chercheurs et experts West Health Clinicians.

Selon eux, la solution est que les prestataires de télémédecine placent la barre plus haut en suivant des directives garantissant que les soins à distance sont dispensés de la meilleure façon possible aux personnes âgées.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière l’immense valeur de la télémédecine pour connecter à distance les patients et les médecins pour un large éventail de besoins en soins de santé. Mais lors du traitement de patients plus âgés, nous constatons que la télémédecine est insuffisante à bien des égards. Le problème est que la prestation de soins de santé à distance n’a tout simplement pas été conçue en tenant compte des besoins des personnes âgées. »

Liane Wardlow, Ph.D., directrice principale de la recherche clinique et de la télésanté chez West Health

Dans un éditorial publié dans le dernier numéro du Journal de la société américaine de gériatrieWardlow et West Health Chief Medical Officer Zia Agha, MD, ainsi que des collaborateurs de l’Université de Caroline du Nord et de l’Université de Pittsburgh, commentent un nouveau rapport évalué par des pairs montrant que les personnes de 65 ans et plus apprécient la commodité de la télémédecine et le veulent pour rester disponibles, mais ont rencontré des défis techniques frustrants et d’autres problèmes qui ont entravé leur expérience.

Lire aussi  Le rôle de la caféine dans la prévention de la rétinopathie diabétique

« La pandémie nous a appris que notre système de santé est vulnérable et doit adopter des capacités telles que la télésanté pour fournir des soins sûrs et efficaces à l’avenir », écrivent les auteurs.

Pour résoudre les problèmes qui freinent la télémédecine, affirment-ils, un cadre est nécessaire pour garantir que les prestataires peuvent offrir des soins qui répondent à trois exigences clés. Premièrement, la télésanté doit être centrée sur la personne pour permettre des visites où les patients se sentent connectés et entendus. Il doit également être équitable et accessible aux personnes de tous horizons, ainsi qu’aux personnes présentant d’éventuels troubles cognitifs et à celles qui vivent dans des zones où l’accès à Internet rapide n’est pas acquis. Enfin, la télémédecine doit être intégrée et coordonnée avec les plans de soins généraux des patients ; Les prestataires doivent également comprendre la structure de soutien social du patient et sa capacité à obtenir les médicaments prescrits.

« Sans ces garde-fous, la télésanté peut segmenter davantage les soins, augmentant ainsi les chances de soins de faible valeur et exacerbant davantage les inégalités en matière de santé », écrivent les auteurs. « Cependant, grâce à ces mesures préventives, la télésanté a le potentiel de tenir sa promesse d’améliorer l’accès à des soins de grande valeur, équitables, sûrs, opportuns et pratiques pour les personnes âgées. »

Lire aussi  Une étude explore l'association entre la dysbiose du microbiome intestinal et l'uvéite

Además, dicen que es imperativo que los proveedores estén capacitados en habilidades únicas para ofrecer atención remota a adultos mayores: « El simple hecho de que un proveedor esté bien capacitado para brindar atención en persona no significa que el mismo proveedor sea capaz de brindar atención de haute qualité ». soins de télésanté », disent-ils.

Les auteurs sont parmi les principaux moteurs de la création d’un Centre national d’excellence pour la télésanté et le vieillissement, qui élabore les premières lignes directrices de l’industrie pour la télésanté inclusive.

Police de caractère:

Institut de santé occidental

Référence magazine :

Biese, K. et coll. (2022).Télésanté avec les personnes âgées : bien faire les choses. Journal de la société américaine de gériatrie. doi.org/10.1111/jgs.18090.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *