Pooja Toshniwal Paharia

Composés phénoliques riches en antioxydants : une clé pour la prévention des maladies, la santé intestinale et l’homéostasie cérébrale

Les phénols alimentaires sont des composés phytochimiques comprenant des flavones, des flavonols, des flavanones, des flavanonols, des isoflavones, des anthocyanidines, des stilbénoïdes, des lignanes, des tanins et des curcuminoïdes. Ces composés, obtenus à partir de diverses sources naturelles, peuvent être utilisés pour prévenir et contrôler les maladies en conjonction avec le microbiome intestinal.

Dans une récente revue publiée dans la revue AntioxydantsLes chercheurs rapportent les avantages cardioprotecteurs, neuroprotecteurs, immunoprotecteurs, antiulcéreux, hormonaux et métaboliques de la consommation de phénols alimentaires et leur relation avec le microbiome intestinal.

Étude : Composés phénoliques alimentaires : leurs bienfaits pour la santé et leur association avec le microbiote intestinal.  Crédit d'image : Danijela Maksimovic / Shutterstock.com Étude: Composés phénoliques alimentaires : leurs bienfaits pour la santé et leur association avec le microbiote intestinal. Crédit d’image : Danijela Maksimovic / Shutterstock.com

Avantages pour la santé des composés phénoliques

Les polyphénols peuvent améliorer la polyarthrite rhumatoïde par l’inhibition de la protéine kinase activée par les mitogènes (MAPK). De plus, les polyphénols d’origine végétale peuvent réduire la dépression, l’inflammation et le stress oxydatif.

La quercétine et l’épicatéchine (EC) diminuent l’athérosclérose en augmentant l’activité de l’oxyde nitrique (NO) et en diminuant les taux sérologiques d’endothéline-1. La quercétine, qui peut être obtenue à partir d’oignon rouge ou de poudre de raisin, peut réduire l’obésité et la résistance à l’insuline médiée par les macrophages adipocytaires en remodelant le tissu adipeux.

Cocoa/EC profite aux patients cardiovasculaires en améliorant la microcirculation, la vasodilatation et en augmentant les niveaux de NO. La CE régule l’expression des protéines et des gènes dans les cellules endothéliales du cerveau et, par conséquent, peut être utilisée pour contrôler les maladies neurodégénératives.

Les extraits de thé vert peuvent bénéficier aux patients atteints de stéatose hépatique alcoolique (AFLD) en abaissant les taux sérologiques de triacylglycérides (TG), en réduisant l’activité des aminotransférases hépatiques, en prévenant la stéatose hépatique, en réduisant l’inflammation et le stress oxydatif et en modulant le microbiote intestinal. Chez les personnes sans AFLD (NAFLD), l’épigallocatéchine gallate (EGCG) a rétabli l’équilibre du microbiome intestinal, empêché l’absorption hépatique des TG et amélioré l’activité du gène de la sirtuine.

Lire aussi  Une étude compare les conséquences à long terme du COVID-19 entre des patients atteints de maladies inflammatoires rhumatismales et des témoins sains

Chez les patients atteints de colite, l’EGCG réduit les niveaux de cyclooxygénase-2 (COX-2), augmente la prolifération cellulaire, facilite la réparation épithéliale médiée par le facteur de croissance épidermique (EGF), réduit les lésions coliques, réduit les niveaux de malondialdéhyde et augmente l’activité enzymatique antioxydante.

Dans la maladie d’Alzheimer, l’épigallocatéchine (EGC) et le gallate d’épicatéchine (ECG) diminuent l’accumulation de β-amyloïde, l’inflammation microgliale, la production d’espèces réactives de l’oxygène (ROS) et la neurotoxicité. Les extraits de cacao diminuent l’oligomérisation de l’amyloïde-β. De plus, l’EGCG protège la microglie en inhibant la voie du facteur nucléaire kappa B (NF-κB) et en activant la voie du facteur nucléaire 2/hème oxygénase 1 (NRF-2/HO-1).

Les flavanols de cacao aident à maintenir une vasodilatation normale dépendante de l’endothélium, réduisant ainsi le risque de maladie coronarienne. Les tanins de kaki, obtenus à partir des fruits astringents du kaki, limitent la digestion de l’amidon, inhibent l’absorption et le transport du glucose et réduisent les taux sérologiques de lipoprotéines de basse densité (LDL).

En plus de se lier à la protéine de pointe du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), la rutine, présente dans le sarrasin et les asperges, régule les voies moléculaires dans les cellules tumorales et peut réduire l’hyperglycémie et l’hypercholestérolémie postprandiale. Les protéines de soja réduisent le cholestérol LDL sérologique, les taux de protéine C-réactive (CRP) et les taux urinaires de créatinine et de désoxypyridinoline.

Lire aussi  Durée de l'infectiosité, prédicteurs de l'infectiosité individuelle en cours et tests de diagnostic pour l'infection aiguë par le SRAS-CoV-2

La sésamine, dérivée du sésame, a démontré des effets cardioprotecteurs, neuroprotecteurs et anti-inflammatoires en régulant la phosphatidylinositol 3-kinase (PI3K)/protéine kinase B (AKT) kinase-1/2 (ERK-1/2 ), p38, interleukine-6 ​​(IL-6), p53, facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α) et signalisation NF-κB.

Le resvératrol, obtenu à partir de vin rouge, réduit la cytotoxicité associée au peptide amyloïde-β1-42, régule l’expression de l’α-synucléine et inhibe la réactivité plaquettaire. L’huile de pépins de raisin a des propriétés cicatrisantes, anti-inflammatoires et hépatoprotectrices et peut réduire la teneur en TG dans le sang.

La curcumine exerce des effets anti-inflammatoires et anticancéreux en inhibant NF-κB, transducteur de signal et activateur de la transcription-3 (STAT-3), facteur-2 lié au facteur érythroïde nucléaire-2 (NRF-2), ROS, COX-2, et les voies du récepteur de type péage-4 (TLR-4), et l’inversion des changements épigénétiques. D’autres composés comme la génistéine, l’acide protocatéchuique, l’acide ellagique et l’acide chlorogénique favorisent également la santé et le bien-être.

Association entre les polyphénols alimentaires et le microbiote intestinal

Les extraits de thé vert modulent le microbiome intestinal en activant Akkermansia muciniphila. Les polyphénols de raisin Concord aident à contrôler l’obésité en augmentant Akkermansia muciniphila l’abondance et altérant la firmicutes pour Bacteroidetes relation.

La poudre de cacao enrichie en flavonoïdes élève bifidobactéries et Lactobacille compte, modulant ainsi l’expression du marqueur de l’immunité au niveau intestinal. La consommation de cacao améliore la fonction du tissu lymphoïde associé à l’intestin (GALT) et modifie l’abondance des organismes bactériens recouverts d’immunoglobuline A (IgA) dans le microbiote intestinal.

Le cacao est bénéfique pour les personnes atteintes de diabète en restaurant l’intégrité de la barrière intestinale et en réduisant l’inflammation intestinale. Kaki tanné inférieur Mycobactérie avium complexe (MAC) et diminuent l’inflammation du côlon en modulant les réponses immunitaires par une modification de la composition du microbiome intestinal.

Lire aussi  Les adultes américains atteints d'une maladie post-COVID-19 sont plus susceptibles de faire face à des problèmes d'accès aux soins de santé et d'abordabilité

La quercétine rétablit l’équilibre du microbiome intestinal après l’utilisation d’antibiotiques. L’acide chlorogénique améliore l’intégrité de la barrière intestinale et peut inverser la dysbiose du microbiome.

Le café altère la flore intestinale en augmentant l’abondance de bifidobactéries espèces et Clostridium coccoidesEubactérie rectale groupe et peut sélectivement améliorer la croissance des microbes probiotiques.

La sésamine perturbe la flore intestinale en augmentant l’indice d’adhérence des probiotiques et en augmentant l’expression de la β-cadhérine et de la cadhérine E. Comparativement, le sésamol exerce des effets neuroprotecteurs en médiant l’axe microbe intestinal-acides gras à chaîne courte (SCFA)-cerveau.

Le resvératrol active le métabolisme des microbes intestinaux, inhibe l’expression de l’acide ribonucléique messager CB2 (ARNm) du côlon et restaure la fonction de barrière intestinale, augmentant ainsi la sensibilité à l’insuline. La curcumine peut entraîner des améliorations symptomatiques Helicobacter pylori-gastrite infectée, peut prévenir la formation de calculs biliaires et favoriser les réponses à la cytarabine par la modulation du microbiote intestinal.

conclusion

Les résultats de la revue mettent en évidence la contribution des composés phénoliques alimentaires à la santé et leur association avec le microbiome intestinal. Ces résultats pourraient éclairer la formulation de politiques et l’élaboration de stratégies visant à améliorer la santé de la population grâce à des interventions alimentaires.

Référence magazine :
  • Matsumura, Y., Kitabatake, M., Kayano, S.-i. et Ito, T. (2023). Composés phénoliques alimentaires : leurs bienfaits pour la santé et leur association avec le microbiote intestinal. Antioxydants 12(880). doi:10.3390/antiox12040880

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *