Tarun Sai Lomté

Comment les différentes étapes du sommeil affectent l’amélioration ou la détérioration des souvenirs émotionnels

*Nouvelles importantes: bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Dans une étude récente publiée dans le bioRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont étudié quelle étape du sommeil est impliquée dans la consolidation de la mémoire émotionnelle.

La contribution des différentes phases du sommeil à la consolidation de la mémoire est mal comprise. Traditionnellement, la consolidation des souvenirs émotionnels a été attribuée au sommeil à mouvements oculaires rapides (REM). Certaines études ont soutenu cette notion et ont montré que les mesures REM étaient corrélées avec une plus grande rétention du contenu émotionnel. Cela a conduit à l’hypothèse que le REM offre un environnement unique pour faciliter la consolidation des expériences émotionnelles.

Cependant, plusieurs études n’ont pas observé de telles corrélations, remettant en cause l’hypothèse. Dernièrement, des preuves impliquent le sommeil non-REM (NREM) dans la consolidation de la mémoire émotionnelle. De plus, des études ont révélé des corrélations entre les avantages de la mémoire émotionnelle et la durée du sommeil NREM. Des études sur la réactivation dirigée de la mémoire (TMR) fournissent des preuves supplémentaires du rôle du sommeil NREM dans la consolidation de la mémoire émotionnelle.

Étude : Les souvenirs émotionnels sont améliorés lorsqu'ils sont réactivés en sommeil lent, mais détériorés lorsqu'ils sont réactivés en REM.  Crédit d'image : Studio de Minerva/ShutterstockÉtude : Les souvenirs émotionnels sont améliorés lorsqu’ils sont réactivés en sommeil lent, mais détériorés lorsqu’ils sont réactivés en REM. Crédit d’image : Studio de Minerva/Shutterstock

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont appliqué la TMR pour identifier la ou les phases de sommeil impliquées dans la consolidation de la mémoire émotionnelle. Ils ont recruté des personnes jeunes et en bonne santé sans antécédents de troubles neurologiques/psychiatriques et de schémas de sommeil anormaux. Les participants ont été chargés d’assurer un cycle de sommeil régulier pendant trois nuits avant l’expérience et de s’abstenir d’alcool/drogues récréatives pendant 48 heures et de caféine le matin.

Lire aussi  Le port de lunettes ne réduit pas le risque de COVID-19

Les participants ont été répartis au hasard dans les groupes de sommeil Emotional Slow Wave (E-SWS), Emotional REM (E-REM) et Neutral SWS (N-SWS). Les participants E-SWS et E-REM ont appris des éléments émotionnels et ont été sujets à une réactivation pendant le sommeil SWS et REM, respectivement. En revanche, les groupes N-SWSS ont appris des éléments neutres suivis d’une réactivation dans SWS.

Lors de la première visite au laboratoire, les participants ont rempli des questionnaires sur la qualité et les habitudes de sommeil et ont complété l’échelle de somnolence d’Epworth. Une tâche TMR modifiée a été appliquée, comprenant des phases de pratique et une formation à la relève. Pendant la formation, les participants ont visionné 50 images négatives/neutres qui sont apparues au hasard à différents endroits sur la grille avec un son d’une seconde associé à cette image.

Pendant la pratique, les images ont été présentées au centre de la grille et les participants ont été invités à déplacer l’image vers ses emplacements d’origine. Peu de temps après l’apprentissage, un test de référence (T1) a été réalisé, similaire à la pratique. Le sommeil était autorisé pendant deux heures après le test de base pendant que du bruit blanc était joué. La moitié des sons ont été présentés au hasard avec des intervalles entre les stimuli de cinq secondes. Les sons ont continué jusqu’à la fin de REM ou SWS.

De même, un retest (T2) a été effectué après T1. La deuxième visite était prévue une semaine plus tard pour un retest différé (T3). Avant la formation/le nouveau test, les participants ont rempli l’échelle de somnolence de Stanford. L’analyse de la variance (ANOVA) a été utilisée pour examiner l’effet de la réactivation. Une ANOVA multivariée unidirectionnelle (MANOVA) a comparé les compositions des stades de sommeil entre les groupes. Les corrélations entre les mesures du sommeil et les avantages des signaux ont été examinées.

Lire aussi  Une nouvelle technique de dépistage non invasive détecte la sténose de l'artère carotide

recommandations

L’échantillon final était composé de 24 individus dans le groupe E-SWS, 26 dans E-REM et 29 dans N-SWS. Le bénéfice de la signalisation T2 était significativement corrélé avec %SWS. De plus, le produit de %SWS et %REM (%SWS x %REM), ou le temps passé à la fois en REM et SWS, était significativement corrélé avec les avantages des signaux T3 dans le groupe N-SWS. Aucune corrélation supplémentaire entre les paramètres du sommeil et les avantages des signaux n’a été identifiée dans l’un ou l’autre groupe à T2 ou T3.

Dans les analyses mixtes de covariance 2 x 2 (ANCOVA), les chercheurs ont observé une interaction significative entre la réactivation et le groupe, avec plus d’avantages pour les éléments réactivés à T2 dans l’E-SWS que chez les participants à l’E-REM. Une simple analyse de suivi des effets principaux a révélé que la réactivation était associée à une plus faible augmentation de l’erreur pour les éléments réactivés parmi les participants à l’E-SWS, mais à une augmentation plus significative de l’erreur au sein du groupe E-REM.

Enfin, l’équipe a examiné les corrélations entre les avantages des signaux T2 et l’indice d’éveil, l’indice de fragmentation du sommeil et la durée du temps de réveil après le début du sommeil dans le groupe E-REM. Cette analyse n’a trouvé aucune association significative. De plus, aucune association significative n’a été trouvée pour les autres groupes de réactivation.

conclusions

Les chercheurs ont examiné si la consolidation de la mémoire émotionnelle se produisait pendant le sommeil paradoxal et ont découvert que la réactivation des stimuli émotionnels pendant le sommeil paradoxal provoquait une moins bonne mémorisation. En revanche, il y avait une forte corrélation entre le bénéfice de la réactivation de la mémoire pendant SWS et le produit des temps de sommeil REM et SWS.

Lire aussi  Un partenariat entre le Royaume-Uni et l'Ukraine développe une intelligence artificielle pour soigner les personnes blessées par des éclats d'obus

La réactivation a considérablement amélioré la mémoire lorsqu’elle est réglée pour %SWS x %REM. Il n’y avait aucune différence dans les avantages des signaux pour les éléments émotionnels et neutres. Les résultats suggèrent que la consolidation des souvenirs émotionnels nécessitait une réactivation pendant le SWS et dépendait des processus se produisant à la fois dans le sommeil paradoxal et le SWS.

*Nouvelles importantes: bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Rapport scientifique préliminaire.
    Yuksel C, Denis D, Coleman J, et al. Les souvenirs émotionnels sont améliorés lorsqu’ils sont réactivés en sommeil lent, mais détériorés lorsqu’ils sont réactivés en REM. bioRxiv, 2023, DOI : 10.1101/2023.03.01.530661,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *