Imagerie 3D peropératoire plus efficace pour confirmer la précision du placement des vis pédiculaires pendant la chirurgie rachidienne

Une étude menée à l’Hospital for Special Surgery (HSS) a révélé que l’imagerie tridimensionnelle (3D) peropératoire était supérieure aux radiographies bidimensionnelles pour confirmer la précision du placement des vis pédiculaires pendant la chirurgie de la colonne vertébrale. La recherche a été présentée aujourd’hui lors de la réunion annuelle de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons (AAOS) à Las Vegas.

De nombreuses chirurgies de la colonne vertébrale nécessitent l’utilisation d’implants appelés vis pédiculaires pour stabiliser la colonne vertébrale. Le positionnement précis de ces vis est essentiel pour un résultat réussi.

Radiographies bidimensionnelles biplanaires [BPR] sont depuis de nombreuses années l’étalon-or pour confirmer le placement des vis pédiculaires dans la chirurgie de fusion vertébrale. Cependant, lorsque le BPR est utilisé, il est possible qu’une image bidimensionnelle seule ne démontre pas de manière adéquate le placement réussi de la vis. Comme alternative, des systèmes d’imagerie peropératoire tridimensionnels sont désormais disponibles et offrent une meilleure visualisation. »

Darren Lebl, MD, chirurgien de la colonne vertébrale HSS et chercheur principal de l’étude

Le Dr Lebl et ses collègues ont entrepris de comparer la précision du BPR par rapport à l’imagerie 3D lors de l’évaluation du placement peropératoire des vis pédiculaires. « Notre étude est la première à comparer les différences entre la radiographie biplanaire peropératoire et l’imagerie 3D pour la précision des vis pédiculaires dans les cas thoraciques et lombaires à l’aide de la technologie robotique », a noté le Dr Lebl.

Les chercheurs ont analysé les données de 103 patients qui ont subi une fusion vertébrale par un seul chirurgien entre 2019 et 2022. Le placement de la vis pédiculaire a été évalué avec un BPR peropératoire et une imagerie 3D dans chaque cas.

Lire aussi  Marcher pour faire de l'exercice peut aider les personnes souffrant d'arthrose du genou à prévenir les douleurs fréquentes au genou

« Les tomodensitogrammes effectués après la chirurgie ont été comparés aux résultats du BPR peropératoire et de l’imagerie 3D pour détecter les lectures faussement positives ou faussement négatives », a expliqué Fedan Avrumova, BS, coordinateur de la recherche clinique HSS qui a présenté l’étude lors de la réunion de l’AAOS. « Les faux positifs sont des cas où l’imagerie BPR suggère que la vis n’était pas dans une position acceptable, alors qu’en fait, une imagerie 3D plus avancée (scan 3D peropératoire ou scanner postopératoire) a montré que la vis était en revanche, un faux 3D Un exemple négatif d’imagerie était celui où une image BPR laissait croire ou donner l’impression que la vis était dans une position acceptable, alors qu’en fait une imagerie 3D plus avancée ou une tomodensitométrie postopératoire a montré qu’elle n’était en fait pas acceptable. »

Les images CT postopératoires ont révélé un nombre cliniquement significatif de patients qui avaient des lectures de placement de vis faussement négatives et faussement positives sur le BPR. Cependant, la position de la vis indiquée sur les images 3D peropératoires s’est avérée beaucoup plus précise, a ajouté Avrumova.

« Selon notre étude, l’imagerie BPR peut amener à penser qu’une vis est acceptable alors qu’en fait elle ne l’est pas, et peut également manquer de nombreuses vis qui ne sont en fait pas acceptables. Dans notre étude, c’était environ un pour cent de Cependant, pour les chirurgiens et les centres qui implantent des centaines et des milliers de vis par an, cela aura un impact clinique significatif pour de nombreuses personnes », a noté le Dr Lebl. « Même une vis mal placée peut avoir un impact significatif pour un patient, un chirurgien et un système hospitalier. Par conséquent, sur la base de ces résultats, nous suggérons que pour la confirmation peropératoire de la position de la vis, l’imagerie 3D pourrait bientôt représenter une nouvelle norme de soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *