Une étude révèle les effets nocifs des polluants atmosphériques courants sur les femmes enceintes et leurs enfants à naître

Une exposition légère aux polluants courants du smog, tels que les particules inhalables en suspension dans l’air et le monoxyde de carbone pendant la grossesse, entraîne des effets néfastes sur la santé maternelle et fœtale, selon une nouvelle étude sur des femmes en Chine. La recherche, publiée dans Open Medicine de De Gruyter, a été menée par des chercheurs du Hebei Medical University First Hospital à Shijiazhuang, en Chine.

La Chine a connu une croissance économique importante au cours des dernières décennies. Bien que cela ait accru la prospérité, cela a eu un coût sous la forme de pollution industrielle. La qualité de l’air dans de nombreuses villes chinoises est très mauvaise par rapport à la plupart des villes des pays développés, avec moins de 1 % des plus grandes villes chinoises répondant à des normes de qualité de l’air acceptables. Le smog menace gravement la santé humaine, et les femmes enceintes et les fœtus sont plus sensibles à ses effets que la population générale.

L’auteur principal Yijing Zhai et ses collègues ont étudié les effets des polluants courants du smog sur les résultats de la grossesse à Baoding, Hebei, une région de Chine qui connaît une pollution atmosphérique importante. Ils ont corrélé les niveaux de différents contaminants avec les résultats de la grossesse chez 842 femmes sur une période de trois ans. Ces polluants comprenaient des particules inhalables en suspension dans l’air, du monoxyde de carbone, du dioxyde de soufre et du dioxyde d’azote.

Lire aussi  Les caractéristiques phénotypiques paternelles, le mode de vie ne jouent pas de rôle dans la susceptibilité à la prééclampsie de leurs partenaires.

Les chercheurs ont découvert qu’une légère exposition à des particules inhalables tout au long de la grossesse augmentait le risque de faible poids à la naissance, et qu’une légère exposition au monoxyde de carbone au cours du troisième trimestre avait le même effet. De même, une légère exposition à des particules inhalables augmentait le risque d’hypertension artérielle pendant la grossesse, avec une sensibilité particulière au cours des premier et troisième trimestres. L’exposition au dioxyde d’azote au cours du deuxième trimestre a eu un effet similaire. Enfin, l’exposition aux particules en suspension dans l’air au cours du troisième trimestre a augmenté le risque de rupture prématurée des eaux.

L’étude brosse un tableau sombre des effets nocifs des polluants atmosphériques courants sur les femmes enceintes et leurs enfants à naître, et souligne la nécessité de combiner la croissance économique et l’industrialisation avec la protection de l’environnement.

« Les résultats de notre analyse peuvent aider les décideurs à développer des politiques et des mesures environnementales spécifiques pour réduire les risques sanitaires de la pollution de l’air », concluent les auteurs.

Police de caractère:

De Gruyter

Référence magazine :

Zhaï, Y. et coll. (2022).Smog et risque d’issues maternelles et fœtales : une étude rétrospective à Baoding, en Chine. De Gruyter Open Access. doi.org/10.1515/med-2022-0489.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *