Bhavana Kunkalikar

Tendances de la prévalence des facteurs de risque individuels pour la santé : comment le risque de mortalité a-t-il évolué au fil du temps ?

Dans une étude récente publiée dans PLOS ONE Journal, les chercheurs ont exploré la prévalence des facteurs de risque pour la santé et leur corrélation avec la mortalité toutes causes confondues.

Étude : Quelqu'un est-il vraiment en bonne santé ?  Tendances de la prévalence des facteurs de risque pour la santé et changements dans leurs associations avec la mortalité toutes causes confondues.  Crédit d'image : gbeerredhot/Shutterstock.comÉtude: Quelqu’un est-il vraiment en bonne santé ? Tendances de la prévalence des facteurs de risque pour la santé et changements dans leurs associations avec la mortalité toutes causes confondues. Crédit d’image : gbeerredhot/Shutterstock.com

Arrière-plan

La santé publique et la recherche ont pour objectif commun de surveiller les facteurs de risque connus par la surveillance. Le cancer et les maladies cardiovasculaires (MCV) restent les principales causes de décès aux États-Unis. Cependant, l’incidence de la mortalité par MCV a diminué au fil des ans.

Des facteurs sociaux et liés au mode de vie ont été associés au risque de développer un cancer et des maladies cardiovasculaires. Cependant, l’évolution possible de la corrélation entre les facteurs de risque, la mortalité et la morbidité au fil du temps a reçu peu d’attention.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont identifié des tendances dans l’apparition de facteurs de risque pour la santé au fil du temps et ont examiné si leur corrélation avec la mortalité avait changé.

L’étude a comparé deux échantillons représentatifs à l’échelle nationale de 1988-1994 et 1999-2014 avec un suivi de la mortalité de cinq ans de manière transversale.

Les données des enquêtes nationales sur la santé et la nutrition (NHANES) III ont été utilisées pour obtenir des informations sur les participants, qui ont été collectées en continu de 1999 à 2014 pour assurer un suivi de la mortalité sur cinq ans. Les données ont été recueillies par le biais d’entretiens avec les ménages et d’évaluations sanitaires réalisées dans les centres d’examen mobiles (MEC).

Les personnes de 20 ans ou plus étaient éligibles pour être incluses dans l’échantillon analytique. Les facteurs de risque ont été classés comme la présence ou l’absence de l’un des facteurs de risque de ces quatre catégories :

  1. Mode de vie : alimentation riche en graisses, pas d’activité physique, consommation d’alcool, tabagisme actuel ;
  2. physiologiques : hyperglycémie, hypertension artérielle, dyslipidémie, maladies cardiovasculaires, cancer et problèmes pulmonaires ;
  3. une faible éducation sociale ou mentale, le manque d’assurance maladie, l’insécurité alimentaire, les faibles revenus et la dépendance aux médicaments pour la santé mentale ;
  4. physique – l’utilisation d’analgésiques, l’arthrite, l’obésité, les limitations dans l’exécution des activités quotidiennes.

Résultats

L’équipe a noté que 18 des 19 facteurs de risque pour la santé chez les hommes et/ou les femmes ont signalé des changements de prévalence au fil du temps. À tous les moments, plus de 97 % des personnes ont signalé au moins un des 19 facteurs de risque, et il n’y a eu aucun changement dans la prévalence de l’un ou l’autre des facteurs de risque au fil du temps.

La prévalence de la « mauvaise » santé autodéclarée a légèrement diminué au cours de la période d’étude entre les hommes et les femmes, sans différence entre les sexes.

De 1988-1994 à 2011-2014, il y a eu une augmentation de la survenue de facteurs de risque physiques, sociaux/mentaux et liés au mode de vie. Cependant, la prévalence des facteurs de risque physiologiques a diminué au cours de la même période.

Dans l’ensemble, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de présenter des facteurs de risque physiques et liés au mode de vie. En revanche, il n’y avait pas de différences liées au sexe pour les facteurs de risque physiologiques, sociaux/mentaux ou autres. La prévalence de l’inactivité physique et de la consommation excessive d’alcool a augmenté chez les individus en termes de facteurs liés au mode de vie.

Lire aussi  Composés phénoliques riches en antioxydants : une clé pour la prévention des maladies, la santé intestinale et l'homéostasie cérébrale

Cependant, le tabagisme a diminué chez les hommes et les femmes, tandis que la consommation d’un régime riche en graisses est passée de 49 % à 44 % chez les hommes seuls.

L’hypertension artérielle, l’hyperglycémie et la prévalence du cancer ont augmenté parmi les facteurs de risque physiologiques, tandis que les taux élevés de lipides ont diminué. La prévalence des maladies cardiovasculaires a diminué entre la NHANES III et la NHANES continue 1999-2000 avant d’augmenter et d’être généralement inférieure en 2011-2014 à la NHANES III chez les femmes.

En revanche, la prévalence des maladies pulmonaires n’a pas changé au fil du temps. La plupart des personnes sans assurance maladie ont connu une insécurité alimentaire et une utilisation accrue de médicaments pour la santé mentale. En même temps, il y a eu une réduction de la prévalence des personnes ayant moins qu’un diplôme d’études secondaires.

La prévalence des facteurs de risque physiques tels que l’utilisation d’analgésiques, l’arthrite et l’obésité a considérablement augmenté au fil du temps, tant chez les hommes que chez les femmes. Cependant, il y avait une réduction des problèmes d’ADL chez les adultes de plus de 60 ans.

Au cours de la période de suivi de cinq ans, un total de 1 319 décès sont survenus. Les personnes qui ne présentaient aucun des 19 facteurs de risque n’ont connu aucun décès. Dans la NHANES continue, la présence de tout facteur de risque était associée à une diminution de 30 % de la probabilité de mortalité à 5 ans par rapport à la NHANES III.

conclusion

L’étude a révélé que des changements dans les programmes sociaux, les soins de santé et l’environnement bâti peuvent avoir affecté la relation entre les facteurs de risque traditionnels et la santé/mortalité.

Lire aussi  Une nouvelle plateforme permettant un accès universel aux cellules NK et T prêtes à l'emploi montre un potentiel pour les immunothérapies

Les changements rendent difficile l’analyse des tendances au fil du temps et nécessitent donc une interprétation prudente des tendances en matière de santé sur la base des données de surveillance. Les chercheurs pensent que les futures études devraient se concentrer sur l’évolution de la prévalence des facteurs de risque conventionnels et analyser comment ces facteurs sont liés à la maladie et à la mort.

Référence magazine :
  • Yu, W. et al. (2023) « Est-ce que quelqu’un est vraiment en bonne santé? Tendances de la prévalence des facteurs de risque pour la santé et changements dans leurs associations avec la mortalité toutes causes confondues », UN DE PLUS, 18(6), p. e0286691. faire: 10.1371/journal.pone.0286691.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *