Rattraper le sommeil du week-end peut minimiser le risque d’hyperuricémie chez les femmes ménopausées

Le manque de sommeil, particulièrement courant pendant la postménopause, a été lié à un certain nombre de problèmes de santé, notamment l’hyperuricémie (acide urique sérique élevé), qui peut souvent entraîner la goutte, et d’autres affections potentiellement mortelles, telles que les maladies cardiaques. Une nouvelle étude suggère que rattraper le sommeil pendant le week-end peut minimiser le risque d’hyperuricémie chez les femmes ménopausées. Les résultats de l’étude sont publiés aujourd’hui en ligne sur Ménopausele journal de la North American Menopause Society (NAMS).

L’hyperuricémie est le plus souvent associée à la goutte, une forme d’arthrite de plus en plus courante caractérisée par une douleur intense, des rougeurs et une sensibilité des articulations. La douleur et l’inflammation surviennent lorsqu’une trop grande quantité d’acide urique se cristallise et se dépose dans les articulations. De plus, l’hyperuricémie est associée au syndrome métabolique, au diabète, à l’hypertension et aux maladies rénales et cardiovasculaires.

La prévalence de l’hyperuricémie augmente avec l’âge dans toutes les populations et surtout chez les femmes après la ménopause. En effet, selon des études antérieures, l’hyperuricémie est inversement liée aux niveaux d’œstrogène.

Une approche suggérée pour réduire le risque d’hyperuricémie est une durée de sommeil adéquate, qui devient malheureusement plus difficile pendant la phase postménopausique. Le sommeil est connu pour être essentiel à la réponse immunitaire, à la cognition, à la performance, à l’état psychologique et à l’état pathologique de nombreuses personnes. Plusieurs études ont montré que trop peu ou trop de sommeil est lié à des problèmes de santé tels que l’hyperuricémie, l’hyperlipidémie, l’hypertension, le diabète de type 2, l’obésité, les maladies cardiovasculaires et même la mortalité.

Lire aussi  Cours normalisés PedMSUS pour aider à évaluer les enfants souffrant d'arthrite

Dans cette dernière étude portant sur près de 1 900 participantes, les chercheurs ont émis l’hypothèse que rattraper son sommeil le week-end pourrait être une solution pour rattraper la perte de sommeil de la semaine et réduire efficacement le risque d’hyperuricémie chez les femmes ménopausées, qui ont souvent du mal à en avoir assez. dormir. Il s’agit de la première étude connue à étudier la relation entre la récupération du sommeil le week-end et l’hyperuricémie chez les femmes ménopausées.

Les résultats de l’étude suggèrent que le rattrapage du sommeil le week-end est associé à une prévalence plus faible d’hyperuricémie chez les femmes ménopausées qui ne dorment pas suffisamment. D’autres études sont nécessaires pour identifier les relations causales entre la récupération du sommeil et l’hyperuricémie chez les femmes ménopausées.

Les résultats de cette étude sont publiés dans l’article « Association entre la récupération du sommeil le week-end et l’hyperuricémie insuffisante en sommeil chez les femmes coréennes ménopausées : une étude transversale à l’échelle nationale ».

Des taux élevés d’acide urique sérique sont associés à de multiples facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, tandis qu’un sommeil suffisant et de bonne qualité a des effets bénéfiques avérés sur la santé. Cette étude montre qu’un sommeil réparateur de seulement 1 à 2 heures le week-end était associé à une prévalence plus faible d’hyperuricémie chez les femmes ménopausées en manque de sommeil. Bien que les mécanismes responsables de ces découvertes restent flous, une sieste le week-end peut être exactement ce que le médecin a prescrit. »

Dr Stéphanie Faubion, directrice médicale NAMS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *