Tarun Sai Lomté

Quelle est l’efficacité du vaccin bivalent à ARNm SARS-CoV-2 pour prévenir les hospitalisations et les décès dus au COVID-19 ?

Dans une étude récente publiée dans Prépublications avec The Lancet*, les chercheurs ont examiné l’efficacité du vaccin bivalent à acide ribonucléique messager (ARNm) contre les conséquences graves de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : Efficacité du vaccin bivalent à ARNm dans la prévention des conséquences graves du COVID-19 : une étude de cohorte observationnelle.  Crédit d'image : Jo Panuwat D/Shutterstock
Étude : Efficacité du vaccin bivalent à ARNm dans la prévention des conséquences graves du COVID-19 : une étude de cohorte observationnelle. Crédit d’image : Jo Panuwat D/Shutterstock

Bas

Les vaccins bivalents à ARNm contiennent des composants de la souche ancestrale du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) et des sous-lignées Omicron BA.4/5. La Food and Drug Administration des États-Unis (États-Unis) a approuvé les rappels des vaccins bivalents Pfizer et Moderna pour une utilisation chez les adultes en août 2022. Les vaccins bivalents ont été approuvés pour la vaccination de rappel en Israël pour les personnes à haut risque de COVID-19 sévère.

Les données sur l’efficacité clinique des vaccins bivalents manquent dans les essais contrôlés randomisés. Cependant, des preuves préliminaires provenant des États-Unis indiquent une protection significative avec des rappels bivalents contre les maladies graves, avec des estimations d’efficacité allant de 38 % à 73 %. Pourtant, l’efficacité des rappels bivalents pour prévenir l’hospitalisation et la mortalité dues au COVID-19 est inconnue.

Lire aussi  Un programme éducatif lié à la culture profite à la santé et au bien-être de la jeunesse amérindienne

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué l’efficacité des boosters d’ARNm bivalents pour prévenir les hospitalisations et les décès associés au COVID-19 en Israël. Ils ont utilisé les données des dossiers médicaux électroniques d’une grande organisation de soins de santé (Clalit Health Services, CHS) couvrant les deux tiers de la population d’Israël âgée de ≥ 65 ans.

La cohorte était composée de membres de la SCH âgés de 65 ans ou plus qui étaient admissibles à la vaccination bivalente. Les personnes infectées ou vaccinées au cours des trois derniers mois et celles qui n’ont pas terminé la primovaccination ont été exclues. Les critères d’évaluation primaires et secondaires de l’étude étaient respectivement l’hospitalisation et le décès induits par le COVID-19.

L’équipe a extrait des informations sur la démographie des sujets, les dates et les résultats des tests COVID-19, les dates de vaccination, les hospitalisations et la mortalité. Des données sur les facteurs de risque de maladies graves ont également été recueillies. Ils ont testé toutes les covariables pour les interactions avec la vaccination bivalente. Les variables qui répondaient aux critères du test ont été incluses dans l’analyse de régression multivariée.

Un modèle multivarié de risques proportionnels de Cox avec des covariables dépendant du temps a été utilisé pour estimer l’association des covariables avec l’absorption de rappel bivalent et l’hospitalisation et la mortalité liées au COVID-19. Les modèles ont été ajustés en fonction des facteurs sociodémographiques et des maladies concomitantes.

recommandations

Les chercheurs ont identifié 622 701 personnes qui répondaient aux critères d’inclusion. Parmi ceux-ci, 85 314 ont reçu un rappel avec le vaccin bivalent à ARNm de Pfizer. Les individus renforcés étaient plus susceptibles d’être plus âgés et de sexe masculin que les autres membres de la cohorte. L’âge moyen des vaccinés bivalents était de 77,2 ans. La vaccination était significativement plus élevée chez les adultes de plus de 75 ans et ceux de statut socio-économique plus élevé, mais plus faible chez les Juifs et les Arabes ultra-orthodoxes.

Lire aussi  Mount Sinai est le premier à New York à offrir des services de télésanté aux patients de faible gravité qui appellent le 911

Des hospitalisations liées au COVID-19 sont survenues chez six receveurs de vaccins bivalents et 297 personnes qui n’en ont pas reçu. Le taux brut d’événements était de 0,27 pour 100 000 jours-personnes à risque et le rapport de risque ajusté était de 0,19. Le sexe masculin et l’âge étaient associés à un taux plus élevé d’hospitalisation pour COVID-19 ; à l’inverse, les Arabes avaient un taux d’hospitalisation plus faible.

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), l’insuffisance rénale chronique (IRC), l’insuffisance cardiaque chronique (ICC) et des antécédents d’accident vasculaire cérébral étaient significativement associés à un risque accru d’hospitalisation. Les décès liés au COVID-19 sont survenus chez un receveur du vaccin bivalent et chez 73 autres qui n’ont pas été stimulés par le vaccin bivalent. L’âge, la MPOC, l’ICC et les antécédents d’AVC étaient significativement associés à un risque élevé de mortalité.

conclusion

En résumé, les enquêteurs ont découvert que la vaccination de rappel bivalente dans la population éligible était associée à une diminution de 81 % des hospitalisations liées au COVID-19. Il a également été associé à une diminution de 86 % de la mortalité. En particulier, il y avait un faible taux de réponse à la vaccination bivalente (14 %) parmi les sujets éligibles, peut-être en raison d’informations erronées sur le vaccin, de la conviction que la vaccination n’était pas nécessaire ou de rapports d’effets secondaires.

Ensemble, ces résultats indiquent que la vaccination bivalente est associée à une diminution du risque de COVID-19 sévère chez les personnes âgées et que les efforts pour encourager la vaccination parmi les populations éligibles devraient être accrus.

Lire aussi  Une étude fournit de nouvelles informations sur la biologie cellulaire et moléculaire de l'insuffisance cardiaque humaine

*Nouvelles importantes

Les prépublications du Lancet publient des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Arbel, Ronen et Peretz, Alon et Sergienko, Ruslan et Friger, Michael et Beckenstein, Tanya et Yaron, Shlomit et Hammerman, Ariel et Bilenko, Natalya et Netzer, Doron, Efficacité du vaccin bivalent à ARNm pour prévenir les conséquences graves de la COVID-19.19 : Une étude de cohorte observationnelle. Prétirage à la lancette.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *