Moins de la moitié des vidéos YouTube sur la rhinite allergique fournissent des informations utiles, selon une étude

Vous souhaitez construire une étagère à épices pour votre cuisine ? Ouvrez une vidéo YouTube pour voir comment cela peut être fait. Avez-vous des symptômes de rhinite allergique (rhume des foins) qui ne disparaissent tout simplement pas ? N’effectuez pas de recherche aléatoire sur YouTube, car les informations que vous y trouverez sont très probablement inexactes. Une nouvelle étude en Annales d’allergie, d’asthme et d’immunologieLa revue scientifique de l’American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI) a montré qu’un contenu trompeur générait une plus grande quantité d’interaction de l’utilisateur en termes de likes et de commentaires que les vidéos avec un contenu utile.

Selon les recherches, 70 % des patients atteints de maladies chroniques sont influencés par les informations qu’ils obtiennent de sources en ligne, et un quart des internautes ont regardé une vidéo en ligne sur un problème médical ou de santé. Notre étude a révélé que les téléspectateurs de YouTube peuvent être incapables de distinguer les informations scientifiques de la désinformation. En examinant les vidéos YouTube sur le thème de la rhinite allergique, nous avons constaté que moins de la moitié des vidéos fournissaient des informations utiles. »

Celine Lund-Nielsen Remvig, BSc, auteur principal de l’étude

Les auteurs de l’étude ont analysé 86 vidéos YouTube : 33 « rhinite allergique », 31 « rhume des foins » et 22 « allergie ». Le contenu a été classé comme utile (transmettant des informations scientifiquement correctes), trompeur (transmettant au moins un détail scientifiquement non prouvé) ou ni utile ni trompeur (non trompeur, mais ne fournit pas d’informations utiles sur l’épidémiologie, les symptômes ou le diagnostic). Seulement 17,5 % des vidéos ont été mises en ligne par un spécialiste, un médecin ou un prestataire de soins de santé, tandis que 39,5 % ont été mises en ligne à partir d’une émission de télévision ou d’une chaîne YouTube.

Lire aussi  Des voies respiratoires pulmonaires plus petites chez les femmes peuvent entraîner un risque accru de MPOC

« Si nos patients recherchent en ligne des informations sur leurs allergies, nous voulons que les informations qu’ils trouvent soient fiables », déclare l’allergologue David Stukus, MD, rédacteur en chef adjoint de Annales. Le Dr Stukus n’a pas participé à la recherche. « Cette étude a révélé que les associations de santé/médicales ont tendance à être la source d’information la plus fiable, tandis que les émissions de télévision et les chaînes YouTube sont responsables des vidéos les plus trompeuses. Toutes les vidéos téléchargées par les associations ont été classées comme utiles, alors que seulement 32 % des vidéos téléchargées par les émissions de télévision/chaînes YouTube ont été classés comme utiles. »

Police de caractère:

Collège américain d’allergie, d’asthme et d’immunologie (ACAAI)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.