Dr Priyom Bose, Ph.D.

Manger du poisson et des crustacés réduit le risque de polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est l’une des maladies les plus courantes chez les femmes, touchant environ 1 % de la population mondiale. Cette maladie auto-immune provoque une inflammation chronique et systémique du tissu synovial, des douleurs, une érosion osseuse, une destruction progressive du cartilage et éventuellement des lésions articulaires permanentes.

La PR affecte la qualité de vie du patient, augmente le recours aux soins médicaux et affecte l’espérance de vie. À ce jour, la cause exacte de la PR n’est pas bien comprise ; cependant, les chercheurs ont indiqué que certains facteurs génétiques et environnementaux sont associés à la pathogenèse de la PR.

Étude : La relation entre la consommation d'aliments à base de viande animale et la polyarthrite rhumatoïde : une étude cas-témoin.  Crédit d'image : Doucefleur / Shutterstock.com

Étudier: La relation entre la consommation d’aliments à base de viande animale et la polyarthrite rhumatoïde : une étude cas-témoins. Crédit d’image : Doucefleur / Shutterstock.com

Arrière plan

Des études antérieures ont rapporté certains des facteurs de risque environnementaux qui influencent la progression de la PR, notamment le stress, les virus, le tabagisme et l’alimentation. Le régime alimentaire, par exemple, peut déclencher la polyarthrite rhumatoïde et agir comme modérateur de la réponse inflammatoire.

Plusieurs études ont rapporté la contribution des composants alimentaires à la modification du degré d’inflammation et de l’activité de la maladie chez les patients atteints de PR. Ces études ont indiqué qu’un régime à base d’animaux, comme celui qui comprend des produits laitiers et de la viande rouge, pourrait aggraver la polyarthrite rhumatoïde en raison de ses propriétés pro-inflammatoires.

Lire aussi  De longues périodes dans l'espace peuvent faire vieillir les os jusqu'à dix ans prématurément

Par rapport à d’autres parties du monde, les maladies auto-immunes sont plus répandues dans les pays occidentaux, ce qui pourrait être dû à leurs habitudes alimentaires. Les régimes alimentaires occidentaux se composent généralement de grandes quantités de graisses saturées et trans, de boissons sucrées, de glucides raffinés et de faibles niveaux d’acides gras oméga-3, qui augmentent tous le risque de PR.

À propos de l’étude

Une précédente étude cas-témoins a rapporté qu’une consommation élevée de viande rouge augmente le risque de polyarthrite inflammatoire. Cependant, une autre étude menée en Chine a contredit ce résultat et a déclaré qu’il n’y avait pas de relation entre la consommation de viande rouge et le risque de PR.

Comme diverses études ont fourni des résultats contradictoires, les scientifiques dans une étude récente journal nutritionnel L’étude visait à résoudre ce problème et à déterminer la relation exacte entre la consommation de viande et la PR.

Dans cette étude cas-témoins, des patients atteints de PR nouvellement diagnostiqués qui ont visité une clinique de rhumatologie à Ispahan, en Iran, ont été inscrits. Tous les patients recrutés n’ont pas reçu de diagnostic de PR depuis plus de 12 mois.

Certains des critères d’éligibilité des participants comprenaient l’absence de maladie chronique antérieure, le fait de ne pas être enceinte ou d’allaiter, l’absence d’antécédents d’allergies alimentaires et l’absence de consommation d’alcool signalée.

Le régime alimentaire des participants a été évalué à l’aide de données obtenues à partir d’un questionnaire semi-quantitatif sur la fréquence des aliments (FFQ), qui comprenait des informations relatives à la fréquence, au type et à la quantité de l’apport alimentaire. Des données anthropométriques telles que le poids corporel, la taille, l’indice de masse corporelle (IMC) et le tour de taille ont également été obtenues. Les auteurs ont également recueilli des données liées au statut socio-économique (SSE) et aux caractéristiques démographiques des participants.

Lire aussi  Les chercheurs identifient une nouvelle voie moléculaire qui supprime la propagation du glioblastome

Résultats de l’étude

Une relation inverse entre la consommation de poisson et la PR a été rapportée, tandis qu’une association significative a été observée entre la consommation de viande animale et le risque de PR.

Fait important, un lien direct a été observé entre la consommation de viande transformée et un risque accru de PR. Plusieurs études ont rapporté que la consommation de viande transformée améliore les médiateurs inflammatoires, y compris la protéine C-réactive (CRP).

Fait intéressant, d’autres types de viande, comme la viande rouge, la volaille et les abats, n’ont montré aucune association significative avec la manifestation de la PR.

Les personnes consommant davantage de poisson étaient moins susceptibles de contracter la PR. Cette découverte est conforme aux études précédentes indiquant une forte relation entre la consommation de poisson et le risque réduit de PR.

Une étude précédente a révélé que la consommation de poissons gras réduit considérablement la probabilité de développer une PR. Cependant, la prise de suppléments d’huile de poisson ne semble pas produire de résultats bénéfiques.

Une étude suédoise antérieure sur la mammographie prospective a révélé que les femmes qui mangent une à trois portions de poisson par jour sont moins susceptibles de contracter la polyarthrite rhumatoïde. Les scientifiques pensent que la consommation de poisson réduit le risque de PR en raison des propriétés anti-inflammatoires de l’huile de poisson. Ils ont indiqué qu’une réaction complexe d’autres acides gras déclenche également une activité pro-inflammatoire ou anti-inflammatoire.

Forces et limites

L’un des principaux points forts de cette étude est le recrutement de patients atteints de PR nouvellement diagnostiqués, ce qui réduit le changement potentiel de régime alimentaire depuis le diagnostic.

Lire aussi  La consommation d'alcool n'apporte aucun bénéfice pour la santé, présente de nombreux risques pour les jeunes

Une des principales limites de cette étude est la petite taille de son échantillon. De plus, les informations sur l’apport alimentaire des participants ont été autodéclarées, ce qui a augmenté le risque d’erreur.

La plupart des participants venaient d’Ispahan ; par conséquent, l’ensemble de la population iranienne n’était pas bien représentée. De plus, les résultats de l’étude pourraient avoir été influencés par des facteurs de confusion potentiels, tels que des facteurs génétiques et des niveaux de stress, qui n’ont pas été pris en compte.

conclusion

L’étude actuelle indique clairement qu’une consommation plus élevée de poissons et de crustacés réduit le risque de PR. À l’inverse, une consommation élevée de viande transformée peut augmenter considérablement le risque de développer une PR. À l’avenir, ces résultats doivent être validés à l’aide d’un échantillon de grande taille représentant diverses ethnies et emplacements géographiques.

Référence du magazine :
  • E. Hatami, M. Aghajani, M. Pourmasoumi, et coll. (2022). La relation entre la consommation d’aliments à base de viande animale et la polyarthrite rhumatoïde: une étude cas-témoins. journal nutritionnel vingt-et-un(51). doi : 10.1186/s12937-022-00800-1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.