Neha Mathur

L’impact des comorbidités spécifiques et de la multimorbidité générale dans les trois phases mécanistiquement distinctes de COVID-19

Dans une étude récente publiée dans Médecine naturelle, les chercheurs ont étudié l’impact des comorbidités, c’est-à-dire la présence de maladies préexistantes, sur les trois phases distinctes de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV) phase de réplication -2), inflammation , lésions pulmonaires et séquelles post-aiguës de COVID-19 (PASC). De plus, ils ont examiné l’effet de la multimorbidité, c’est-à-dire la présence de deux maladies ou plus à long terme, sur la modification de la gravité et des résultats du COVID-19.

Étude : Comorbidités, multimorbidité et COVID-19.  Crédit d'image : Nhemz/Shutterstock
Étude : Comorbidités, multimorbidité et COVID-19. Crédit d’image : Nhemz/Shutterstock

Étant donné que de multiples facteurs et la variabilité au niveau du patient confondent également l’influence des comorbidités sur les résultats du COVID-19, les chercheurs ont également discuté de la question de savoir si la génétique de l’hôte (en plus de l’âge et du sexe du patient) pourrait aider à faire ces inférences en l’absence de facteurs de confusion.

Arrière-plan

Bien que tous ne soient pas évidents chez tous les patients, le COVID-19 se manifeste par plusieurs mécanismes pathologiques différents. Par conséquent, une enquête plus approfondie sur les mécanismes des interactions entre la maladie et l’état pourrait aider à stratifier les approches thérapeutiques et à améliorer les résultats pour les patients COVID-19. Ces études sont également urgentes car la comorbidité et la multimorbidité sont des défis croissants pour la santé publique, puisque 22% de la population mondiale a au moins une comorbidité qui pourrait augmenter le risque de contracter le COVID-19.

Établir une relation causale entre les comorbidités et les résultats de la COVID-19 en plus des facteurs de confusion

De nombreuses études observationnelles à grande échelle ont exploré les mécanismes biologiques par lesquels les comorbidités rendent les personnes susceptibles d’évoluer vers un COVID-19 sévère. Cependant, des associations déformées peuvent survenir en raison de la conception de l’étude, de l’échantillonnage et de l’interprétation des résultats. De même, son statut de comorbidité pourrait déterminer la probabilité d’exposition au SRAS-CoV-2.

Lire aussi  Les enfants obèses qui ont récemment perdu du poids sont plus susceptibles de montrer une activité cérébrale liée à la faim après un repas

Cependant, les comorbidités pourraient prédisposer les personnes à l’hospitalisation et à l’admission en unité de soins intensifs (USI). Fait intéressant, cela pourrait être dû à presque toutes les maladies aiguës, pas seulement au COVID-19. Bien que les médecins comprennent cela, il est presque impossible de quantifier en termes biologiques. Par exemple, la fibrose pulmonaire, quantifiée par une réduction apparente du test de la fonction pulmonaire, amplifie l’impact proportionnel d’une nouvelle agression (ici, COVID-19). De même, les personnes mal nourries, fragiles et souffrant de maladies chroniques (sans dysfonctionnement organique) ne peuvent pas tolérer un facteur de stress physiologique relativement mineur.

Il existe des preuves que les comorbidités courantes et graves n’ont pas d’effets substantiellement variables sur le risque de mortalité. Cependant, des comorbidités spécifiques (par exemple l’obésité) méritent d’être prises en compte dans le COVID-19 en raison de leurs implications mécanistes. Par conséquent, les études de randomisation mendélienne ont systématiquement trouvé une corrélation entre l’obésité et le COVID-19 critique.

Impact des comorbidités au cours des trois phases de la COVID-19 : maladie virale aiguë, lésion pulmonaire inflammatoire et PASC

L’essai RECOVERY évaluant la dexaméthasone a fourni la preuve la plus frappante des différences mécanistes entre les phases de la maladie aiguë et des lésions pulmonaires inflammatoires, deux des trois phases de la COVID-19 abordées dans cette étude.

Leurs résultats ont montré un bénéfice global du traitement à la dexaméthasone chez les patients COVID-19 hypoxiques et non hypoxiques. Cependant, l’analyse des sous-groupes a indiqué que ceux qui avaient besoin d’une ventilation invasive avaient une mortalité plus faible que ceux qui n’en avaient pas besoin.

Lire aussi  IRM cardiaque des personnes atteintes de COVID-19 aiguë ou post-aiguë

Une autre observation était que pendant la phase aiguë de la maladie virale, l’impact de la plupart des comorbidités était une conséquence générique de la faiblesse et de la diminution de la réserve physiologique. Passant à la troisième phase de COVID-19, c’est-à-dire le PASC, les chercheurs ont admis qu’il n’était pas reconnu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis près de deux ans depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Cependant, les données se sont maintenant accumulées sur la façon dont des comorbidités spécifiques entraînent le développement du PASC. Une étude récente a révélé que l’incidence du PASC variait de 2,8 % à 5,5 % contre 1,8 % chez les personnes avec et sans comorbidités. De plus, des études ont décrit un ensemble spécifique de nouveaux symptômes après une COVID-19 aiguë, définis comme des cas hospitalisés et non hospitalisés et ceux nécessitant des soins intensifs.

Une vaste étude utilisant des données du département américain des anciens combattants a révélé que le COVID-19 amplifiait le risque de maladie cardiovasculaire (MCV) de 1,6 fois, entraînant un fardeau supplémentaire de nouvelles MCV pour 45/1000 personnes au cours du suivi d’un an . au-dessus de.

Impact de la multimorbidité sur les résultats de la COVID-19

On estime qu’un tiers de la population adulte mondiale a plus d’une comorbidité préexistante, tandis que ce chiffre s’élève à plus des deux tiers chez les personnes âgées (> 65 ans). Une vaste étude sur des patients hospitalisés atteints de COVID-19 au Royaume-Uni a révélé que la mortalité approximative chez les patients atteints de multimorbidité était le double de celle de ceux sans multimorbidité après prise en compte des facteurs démographiques. De même, la combinaison du diabète et de la maladie rénale chronique a augmenté le risque de COVID-19 sévère.

Lire aussi  Un nouveau test facile à utiliser pourrait diagnostiquer rapidement les crises cardiaques et les cancers

Plus intrigant, la multimorbidité pourrait augmenter le risque grâce à des interventions cliniques, ce qui pourrait réduire les chances de survie et affecter la qualité de vie du survivant. Ensemble, ces résultats ont exigé que les directives cliniques pour la gestion du COVID-19 soient adaptées aux circonstances individuelles, en particulier lors de l’examen de traitements invasifs.

conclusion

L’étude actuelle a accentué plusieurs aspects importants de la corrélation entre la comorbidité, la multimorbidité, et l’incidence de COVID-19. Premièrement, cette corrélation est complexe, mais comprendre toute sa complexité pourrait aider à trouver des mécanismes qui entraînent de mauvais résultats pour le COVID-19. Deuxièmement, certaines comorbidités, comme l’obésité, sont modifiables.

Bien que difficile, il reste crucial d’identifier les relations causales entre les comorbidités et les résultats du COVID-19 d’un point de vue scientifique, car cela pourrait révéler de nouvelles opportunités d’interventions thérapeutiques.

Par conséquent, les chercheurs devraient poursuivre leurs efforts concertés pour définir les aspects mécanistes de cette relation, en particulier dans le contexte de la génétique de l’hôte et de la recherche en laboratoire, en éliminant simultanément la confusion dans ces relations.

À mesure que le SRAS-CoV-2 continue d’évoluer, les schémas de COVID-19 continueront de changer. Par conséquent, l’effet des comorbidités et de la multimorbidité sur leur devenir doit rester une priorité de recherche.

Référence magazine :
  • Russell, C., Lone, N. et Baillie, J. (2023) « Comorbidités, multimorbidité et COVID-19 », Médecine naturelle29(2), p. 334-343. est ce que je: 10.1038/s41591-022-02156-9.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *