Livre électronique sur l'industrie des anticorps

Les médicaments anticancéreux offrent un nouvel espoir pour le traitement de la septicémie

La recherche dirigée par l’IGC révèle comment ces médicaments limitent l’inflammation, les positionnant comme des traitements potentiels de la septicémie.

L’étude, publiée dans eLife, révèle que cette classe de médicaments utilisés dans le traitement du cancer limite la production galopante de médiateurs inflammatoires par le système immunitaire. La découverte positionne ces médicaments comme des traitements potentiels pour les maladies inflammatoires, telles que la septicémie, qui tuent autant ou plus que le cancer. Les données révèlent également des mécanismes jusque-là inconnus qui contribuent probablement à l’efficacité de ces médicaments en chimiothérapie.

La réponse extrême du corps à l’infection, une condition appelée septicémie, tue 11 millions de personnes chaque année. En effet, pour survivre à une infection grave, il ne suffit pas de se débarrasser de l’agent infectieux, ce qui se fait actuellement avec une relative efficacité ; il est également nécessaire de limiter les dommages que ceux-ci et la réponse immunitaire provoquent dans les organes. Le groupe de recherche Immunité Innée et Inflammation de l’IGC se concentre sur ce deuxième aspect, qui ne fait pas encore partie de l’intervention thérapeutique dans le sepsis.

La solution pourrait être une classe de médicaments couramment utilisés pour traiter le cancer : les anthracyclines. Dans le passé, l’équipe a montré que ces médicaments prévenaient les défaillances d’organes chez les souris atteintes de septicémie sans affecter la charge de l’agent infectieux. Cette découverte a inspiré un essai clinique en Allemagne qui évalue si l’utilisation d’anthracyclines améliore l’évolution de la septicémie et réduit le risque de décès pour les patients. Mais pour tirer le meilleur parti de ces médicaments, nous devons comprendre comment ils confèrent une tolérance aux infections.

Lire aussi  Les résidus chimiques des lave-vaisselle commerciaux endommagent la barrière épithéliale intestinale

Pour explorer cela, les chercheurs ont testé différentes anthracyclines dans des cellules du système immunitaire de souris. Les résultats ont été surprenants : ces médicaments anticancéreux ont limité les niveaux de médiateurs pro-inflammatoires produits par les cellules lorsqu’ils étaient administrés à faible dose. Cet effet a été maintenu lorsque les chercheurs ont traité des souris atteintes de septicémie avec ces médicaments.

Le défi suivant était de comprendre comment ces médicaments contrôlent l’inflammation.

Nous avons découvert que les anthracyclines contrôlent les gènes inflammatoires pertinents dans les cellules du système immunitaire. »

Ana Neves-Costa, chercheuse IGC et co-auteur de l’étude

En formant un complexe avec l’ADN de la cellule, ces médicaments empêchent la liaison des facteurs qui pilotent l’expression de ces gènes. En conséquence, les cellules produisent moins de molécules inflammatoires. « Ce nouveau mécanisme est particulièrement important car il est dépourvu des effets secondaires provoqués par l’administration de fortes doses de ces composés en chimiothérapie », ajoute le chercheur.

« Avec ce travail, nous avons trouvé une nouvelle solution possible pour traiter plus efficacement les maladies causées par une inflammation exagérée, telles que la septicémie et la polyarthrite rhumatoïde », explique Luís Moita, médecin de formation et chercheur principal à l’IGC qui dirige l’étude. « Étant donné que ces médicaments sont déjà approuvés pour une utilisation dans les cliniques, il sera beaucoup plus facile de les réutiliser pour de nouveaux traitements que de repartir de zéro », ajoute-t-il. La régulation de l’expression des gènes et la limitation de l’inflammation décrites dans cette étude, jusque-là non reconnues, sont également susceptibles de contribuer à l’efficacité des anthracyclines dans le traitement du cancer.

Lire aussi  Les adultes ayant un faible taux d'urate sanguin peuvent être plus à risque d'avoir une faible masse musculaire squelettique

Cette étude a été développée par l’Instituto Gulbenkian de Ciência en collaboration avec plusieurs institutions nationales et internationales, notamment l’Institut de médecine moléculaire (IMM) au Portugal, l’Institut de biologie structurale et le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) en Allemagne, et le centre médical universitaire de Leiden aux Pays-Bas. Le financement a été fourni par la Commission européenne Horizon 2020 et la Fundação para a Ciência e Tecnologia (FCT).

Fontaine:

Institut des sciences Gulbenkian (IGC)

Référence magazine :

Chora, AF, et coll. (2022) Inhibition indépendante des dommages à l’ADN de la transcription de NF-κB par les anthracyclines. eLife. doi.org/10.7554/eLife.77443.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *