Dr Sanchari Sinha Dutta, Ph.D.

Les hospitalisations pour infection sont-elles associées à l’incidence de la démence ?

Une étude récente publiée dans Réseau ouvert JAMA suggère que les patients hospitalisés infectés courent un risque accru de développer une démence.

Étude : Incidence de la démence après une hospitalisation pour infection chez les adultes de la cohorte de l'étude Atherosclerosis Risk in Communities (ARIC).  Crédit d'image : Gorodenkoff/Shutterstock
Étude : Incidence de la démence après une hospitalisation pour infection chez les adultes de la cohorte de l’étude Atherosclerosis Risk in Communities (ARIC). Crédit d’image : Gorodenkoff/Shutterstock

Arrière-plan

La démence est un groupe d’affections liées à des troubles de la mémoire, de la pensée et des aptitudes sociales. Selon des estimations récentes, environ 50 millions de personnes sont touchées par la démence dans le monde. Le nombre de personnes touchées est estimé à 152 millions d’ici 2050.

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence. Des études impliquant des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont identifié la neuroinflammation comme un facteur causal possible de la démence. L’hyperactivation des cellules immunitaires dans le cerveau est responsable de la neuroinflammation. Des preuves récentes suggèrent que l’inflammation systémique causée par une infection périphérique pourrait également être associée à une neuroinflammation.

Dans la présente étude, les scientifiques ont évalué si l’hospitalisation pour infection augmentait le risque de démence incidente.

Étudier le design

Les données de la présente étude proviennent d’une étude américaine sur le risque d’athérosclérose dans les communautés de plus de 32 ans. L’étude actuelle comprenait une période de suivi de 2017 à 2019.

Un total de 15 688 participants qui n’avaient pas de démence au départ ont été inclus dans l’analyse. Les dossiers médicaux des participants ont été examinés pour identifier les hospitalisations avec infection.

Lire aussi  La raideur artérielle pourrait être un nouveau facteur de risque de maladie métabolique chez l'enfant et l'adolescent

Les cas de démence survenus moins de trois ans ou plus de 20 ans après l’hospitalisation pour infection ont été exclus de l’analyse sensible afin d’éliminer les cas qui pourraient ne pas être directement liés à un événement infectieux.

remarques importantes

Au cours de la période de suivi de 32 ans, la démence a été diagnostiquée chez 19 % des participants, ce qui a entraîné un taux d’incidence de 8,2 événements pour 1 000 personnes-années. Participants plus âgés, participantes, membres de la communauté noire ou apoeLes porteurs de -ε4 (facteur de risque génétique de la maladie d’Alzheimer) se sont avérés plus susceptibles de développer une démence.

En tenant compte de divers paramètres vasculaires au départ, l’hypertension artérielle et l’incidence antérieure d’accident vasculaire cérébral ou d’accident ischémique transitoire ont été identifiés comme des facteurs de risque de démence.

Il a été identifié qu’environ 38% des participants ont été hospitalisés pour infection. Les infections les plus fréquentes étaient les voies respiratoires (19 %) et les voies urinaires (12 %).

Association entre exposition aux infections et risque de démence

Le taux d’incidence de la démence chez les participants exposés à des infections a été estimé à 23,6 événements pour 1 000 années-personnes. En revanche, les participants non exposés avaient un taux de démence de 5,7 événements pour 1 000 années-personnes.

Plus précisément, les participants hospitalisés pour une infection présentaient un risque presque deux fois plus élevé de développer une démence. Les résultats de l’analyse sensible ont révélé que les participants exposés à l’infection présentaient un risque presque 6 fois plus élevé de démence incidente.

Lire aussi  La réponse des microbes intestinaux à la digestion peut aider à expliquer le risque de maladie cardiovasculaire lié à la consommation de viande rouge

La comparaison entre le type d’infection et le risque de démence a révélé que les participants souffrant d’infections respiratoires, urinaires, cutanées, sanguines, circulatoires ou nosocomiales présentaient un risque accru de démence incidente.

Une analyse statistique plus approfondie a identifié le système sanguin et circulatoire, les voies urinaires et les infections nosocomiales comme les principaux facteurs de risque de démence incidente. Les résultats de l’analyse des sous-groupes ont révélé une association significative entre l’hospitalisation pour infection et le risque de démence.

En outre, l’hospitalisation pour infection s’est avérée être associée à un âge plus avancé, au tabagisme actuel ou antérieur, à un niveau d’éducation inférieur, à apoe-Statut de non-porteur de ε4 et de divers facteurs vasculaires.

Importance de l’étude

Cette vaste étude observationnelle suggère que les personnes hospitalisées pour une infection ont un risque accru d’environ 70 % de développer une démence. Le risque est plus élevé chez les personnes atteintes d’infections sanguines et circulatoires, urinaires ou nosocomiales.

Les infections augmentent le risque de maladies vasculaires et métaboliques, y compris les maladies coronariennes, l’insuffisance cardiaque, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète. Ces maladies sont des facteurs de risque connus de démence.

Comme les scientifiques l’ont mentionné, d’autres études sont nécessaires pour établir le lien entre l’infection et la démence. Les études futures devraient évaluer l’impact de l’hospitalisation sans infection, fragilité ou comorbidités sur le risque de démence. De plus, la relation entre les infections et les biomarqueurs connus de la démence devrait être étudiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *