Dr Liji Thomas, MD

Les espaces verts réduisent le risque de dépression post-partum

La dépression post-partum (DPP) touche environ une femme sur sept en post-partum aux États-Unis, mais environ une sur cinq dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. La dépression post-partum est une maladie mentale grave qui affecte le cerveau et peut affecter le comportement et la santé physique. Les personnes souffrant de dépression peuvent éprouver des sentiments de tristesse, de découragement ou de vide qui ne disparaissent pas et peuvent interférer avec leur vie quotidienne. Des sentiments comme ceux-ci peuvent varier de légers à graves.

La recherche sur la relation entre les espaces verts et la DPP post-partum est limitée. Par conséquent, le but d’une nouvelle étude était d’étudier la relation entre le PPD et l’exposition aux espaces verts et le rôle que l’activité physique (AP) joue dans la médiation de ces relations.

Étude : Association entre les espaces verts urbains et la dépression post-partum, et le rôle de l'activité physique : une étude de cohorte rétrospective dans le sud de la Californie.  Crédit d'image : FotoDuets/ShutterstockÉtude : Association entre les espaces verts urbains et la dépression post-partum, et le rôle de l’activité physique : une étude de cohorte rétrospective dans le sud de la Californie. Crédit d’image : FotoDuets/Shutterstock

Introduction

Certains scientifiques pensent que les humains ont besoin de se connecter avec la nature pour devenir émotionnellement stables et se détendre. Sans aucun doute, l’exposition aux espaces verts est connue pour être bénéfique pour la santé mentale, améliorant les résultats chez les patients souffrant de dépression ou de stress.

La plupart de ces résultats provenaient de personnes jeunes ou âgées, généralement dans la population générale. Certaines études montrent que l’exposition à plus d’espaces verts est liée à un risque moindre de dépression post-partum. L’activité physique est un lien significatif entre l’exposition aux espaces verts et la santé mentale. Cependant, d’autres mécanismes pourraient être à l’œuvre, notamment la réduction du stress, le sentiment d’appartenance à un groupe et la réduction de la pollution.

Des recherches antérieures montrent que la relation entre les espaces verts et le DPP est un domaine négligé. Peu d’études ont examiné cette association, et celles-ci se sont limitées à des évaluations satellitaires d’espaces verts.

Le rôle de la végétation basse n’a pas été pris en compte dans la plupart des études, même si c’est ainsi que les gens voient généralement la végétation qui les entoure plutôt que la vue vers le bas des satellites. De plus, le rôle de l’activité physique n’a pas été mesuré.

« Il est concevable que l’espace vert au niveau des yeux puisse être perçu et expérimenté pour susciter des réponses physiologiques qui pourraient induire une relaxation et réduire le stress.« 

De plus, différents types de végétation peuvent affecter différemment la santé mentale, comme le montre une étude de New York, qui a montré une meilleure santé perçue avec une densité d’arbres plus élevée.

Lire aussi  L'IA pourrait rendre le travail des médecins plus simple, plus rapide et plus précis

La présente étude, publiée dans The Lancet Regional Health – Amériques, ont utilisé les données de la base de données électronique Kaiser Permanente Southern California. Ils ont mesuré les espaces verts disponibles pour les femmes enceintes à l’aide de divers outils, notamment des vues sur la rue, les types de végétation et des mesures par satellite, ainsi que la couverture de la canopée des arbres et la distance par rapport au parc le plus proche.

Qu’a montré l’étude ?

L’étude a inclus plus de 400 000 participants avec un âge moyen de 30 ans. La moitié de la population était hispanique. Environ un sur dix a développé une PPD, le plus souvent chez les mères de plus de 35 ans, les mères noires ou blanches (non hispaniques), celles à revenu moyen ou élevé et celles qui ont moins de quatre ans d’études collégiales. D’autres facteurs de risque comprennent le tabagisme et des niveaux d’activité physique plus faibles pendant la grossesse.

Ceux qui étaient exposés à plus d’espaces verts au niveau de la rue avaient un risque plus faible de PPD, tel que mesuré par les vues sur la rue. Le risque a diminué de 2 % par augmentation interquartile de l’exposition. D’autres mesures, telles que l’indice de végétation par différence normalisée (NDVI), la couverture végétale verte ou la proximité d’un parc, n’ont pas montré cet effet.

Lire aussi  La découverte indique une nouvelle compréhension de la progression de la maladie de Stargardt

Les espaces verts à la vue de la maison ou de la rue sont plus susceptibles d’être vus et expérimentés au cours de la vie quotidienne et facilement accessibles pendant la journée. De plus, en plus de l’étendue de l’activité physique, ils sont plus susceptibles d’être associés à des contacts sociaux, à un quartier plus sûr et à des niveaux de stress plus faibles.

L’effet était plus fort avec le couvert arboré, à la fois avec vue sur la rue et plein, par rapport aux autres types d’espaces verts, bien que la taille de l’effet soit la même avec une réduction du risque de 2 % par augmentation de l’exposition interquartile.

Les arbres fournissent de l’ombre, bloquent le bruit et réduisent considérablement la pollution de l’air. Ils sont plus grands, offrent une plus grande quantité de verdure et ajoutent de la beauté à une rue. Ils abritent également une diversité d’autres formes de vie et sont souvent le centre de l’activité sociale.

L’herbe et les petits arbustes ou arbustes ne semblaient pas avoir le même effet protecteur à moins qu’ils ne se trouvent à moins de 200 m de la maison. Cela pourrait être fourni par des patios et des jardins, à condition qu’ils soient bien entretenus.

La couleur et la beauté d’espaces verts bien entretenus pourraient être anti-stress, améliorer l’humeur et prévenir la détérioration de la santé mentale. À son tour, cela pourrait réduire les activités criminelles et les comportements à risque.

Alors, quelle était la raison de cette amélioration du risque ? Les chercheurs ont découvert que l’activité physique contribuait entre ~3% et 7% de l’effet sur tous les indicateurs d’espaces verts. L’effet était le plus fort pour les espaces verts dans les zones résidentielles dans un espace tampon de 1000 m.

Lire aussi  Un nouveau programme réduit le risque d'accidents de voiture pour les adolescents atteints de TDAH

Le NDVI total était lié à une augmentation potentielle du risque de PPD, mais cela peut être inévitable étant donné qu’il inclut toute la couverture verte, y compris de vastes zones de terrains vacants qui sont souvent associées à des taux de criminalité plus élevés par rapport aux rues avec des arbres et autres espaces verts.

Les mères plus âgées, les mères blanches et asiatiques, et celles qui ont des revenus et des niveaux d’éducation plus élevés sont susceptibles d’être exposées à plus d’espaces verts avec vue sur la rue. Les arbres et les arbustes étaient plus susceptibles d’être trouvés ensemble, mais la couverture herbacée n’était pas répartie de la même manière.

Quelles sont les implications ?

« À notre connaissance, il s’agit de la première étude à examiner la relation entre diverses mesures des espaces verts, la dépression post-partum et le rôle de l’activité physique.. »

L’étude implique que la grossesse est susceptible d’être suivie moins fréquemment pour la PPD si la femme a une vue sur un espace vert couvert d’arbres. Le mécanisme de protection peut être la probabilité accrue d’activité physique lorsqu’il y a un espace vert disponible pour marcher à proximité pendant la grossesse.

Cette étude fournit un aperçu unique de la relation entre les espaces verts et la santé mentale pendant la grossesse. « Les chercheurs, les urbanistes et les professionnels de la santé publique doivent travailler ensemble pour développer des politiques et des interventions qui augmentent le nombre d’arbres, en particulier les arbres de rue, pour créer un environnement bâti sain et optimiser les avantages potentiels des espaces verts pour promouvoir l’activité physique et la santé mentale maternelle. . santé. » Cela pourrait être plus utile pour améliorer la santé mentale des nouvelles mères que de planter de l’herbe ou des arbustes bas.

Référence magazine :
  • Sun, Y. et al. (2023). Association entre les espaces verts urbains et la dépression post-partum, et le rôle de l’activité physique : une étude de cohorte rétrospective dans le sud de la Californie. The Lancet Regional Health – Amériques. faire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *