Les enfants victimes de violence physique sont plus susceptibles d’éprouver des problèmes de santé physique et mentale

Selon une étude récemment publiée par des chercheurs de l’Université de Toronto, les personnes âgées qui ont subi des violences physiques dans l’enfance étaient beaucoup plus susceptibles de développer des douleurs chroniques et des maladies physiques chroniques à l’âge adulte. Ils étaient également deux fois plus susceptibles de développer une dépression et des troubles anxieux que ceux qui n’avaient pas ce traumatisme précoce.

« Malheureusement, nos résultats suggèrent que l’expérience traumatisante de la violence physique pendant l’enfance peut influencer à la fois la santé physique et mentale plusieurs décennies plus tard. Cela souligne également l’importance d’évaluer les expériences négatives de l’enfance chez les patients de tous âges, y compris les adultes plus âgés », a déclaré Anna Buhrman. , qui a commencé cette recherche pour sa thèse de premier cycle dans le programme de baccalauréat ès arts et sciences de l’Université McMaster, à Hamilton, en Ontario, et est assistant de recherche au Life Course and Aging Institute de l’Université de Toronto.

Les maladies physiques qui se sont développées comprenaient le diabète, le cancer, les migraines, l’arthrite, les maladies cardiaques, le diabète et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). Les liens entre la maltraitance des enfants et une mauvaise santé physique et mentale persistaient même après avoir pris en compte le revenu, l’éducation, le tabagisme, la consommation excessive d’alcool et d’autres causes de mauvaise santé.

Les professionnels de la santé qui s’occupent de personnes âgées doivent être conscients qu’il n’est jamais trop tard pour orienter les personnes vers des services de conseil. Une intervention prometteuse, la thérapie cognitivo-comportementale [CBT]a été testé et s’est avéré efficace pour réduire le trouble de stress post-traumatique et les symptômes dépressifs et anxieux chez les survivants d’abus pendant l’enfance. »

Esme Fuller-Thomson, co-auteur de l’étude et professeur, superviseur de recherche de thèse Buhrmann, Université de Toronto

Fuller-Thomson est directrice du Life Course and Aging Institute à la Factor-Inwentash School of Social Work de l’Université de Toronto.

L’étude transversale n’a pas été en mesure de déterminer les voies spécifiques par lesquelles le fait d’être victime de violence physique dans l’enfance affecte la santé d’un individu plus tard dans la vie. Les études actuelles suggèrent que la violence physique pendant l’enfance entraîne un certain nombre de changements physiologiques, y compris une dérégulation des systèmes qui régulent la réponse du corps au stress.

De futures recherches prospectives sur les perturbations de ces systèmes qui sont déjà liées à diverses maladies physiques et mentales, telles que des niveaux anormaux de cortisol, pourraient aider à faire la lumière sur l’expérience des victimes de maltraitance d’enfants.

Les données de cette étude ont été tirées d’un échantillon représentatif d’adultes âgés de 60 ans et plus dans la province canadienne de la Colombie-Britannique. Elle a comparé 409 personnes âgées qui ont signalé des antécédents de violence physique dans l’enfance avec 4 659 de leurs pairs qui n’ont signalé aucune violence physique dans leur jeunesse. Les données ont été extraites de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Police de caractère:

Université de Toronto

Référence du magazine :

Buhrmann, AS & Fuller-T, E (2022) Aggravation de la santé physique et mentale chez les personnes âgées des décennies après la violence physique pendant l’enfance. Recherche sur le vieillissement et la santé. doi.org/10.1016/j.ahr.2022.100088

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.