Dr Priyom Bose, Ph.D.

Les conséquences dévastatrices du COVID-19 prolongé : une étude révèle que les symptômes persistants affectent gravement la qualité de vie, en particulier chez les femmes

À ce jour, plus de 692 millions de personnes ont été infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), l’agent causal de la pandémie actuelle de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

La plupart des personnes infectées par le SRAS-CoV-2 présentent des symptômes légers à modérés qui ne nécessitent pas d’hospitalisation. Dans certains cas, les symptômes du COVID-19 persistent pendant une longue période après la guérison initiale de l’infection. Cette condition a été appelée syndrome post-COVID-19 ou COVID à long terme.

Étude : Qualité de vie liée à la santé altérée dans le syndrome COVID-19 prolongé après COVID-19 léger à modéré.  Crédit d'image : tommaso79/Shutterstock.com Étude: Altération de la qualité de vie liée à la santé dans le syndrome COVID de longue date après COVID-19 léger à modéré. Crédit d’image : tommaso79/Shutterstock.com

Arrière-plan

Certains symptômes courants du COVID à long terme comprennent les maux de tête, l’anosmie, la fatigue et l’essoufflement. Des études antérieures ont identifié certains facteurs pouvant être responsables d’une COVID prolongée, notamment une activation immunitaire prolongée due à la persistance du SRAS-CoV-2 dans l’organisme et des dysfonctionnements lymphocytaires similaires aux maladies auto-immunes.

Un degré élevé de variation a été observé dans l’estimation de la prévalence du COVID à long terme en raison de différentes méthodes de recrutement et de moments d’évaluation dans les études. De manière générale, les informations sur les mécanismes physiopathologiques responsables de la longue durée du COVID continuent de faire défaut.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini la qualité de vie comme « la perception qu’a un individu de sa position dans la vie dans le contexte de la culture et des systèmes de valeurs dans lesquels il vit et par rapport à ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses préoccupations » .

Lire aussi  Les goulots d'étranglement serrés de boîte de vitesses peuvent limiter l'évolution des variantes SARS-CoV-2

Plusieurs études ont évalué l’influence des maladies chroniques sur la qualité de vie liée à la santé (HRQoL).

Des recherches antérieures ont montré que la HRQoL est affectée après une hospitalisation en raison d’une infection grave par le SRAS-CoV-2. Cependant, ces études n’ont pas expliqué comment la QVLS est affectée par un COVID prolongé après une infection légère ou modérément aiguë.

À propos de l’étude

une récente rapports scientifiques L’étude a déterminé HRQoL dans une cohorte suisse composée de patients COVID à long terme après avoir éprouvé des symptômes légers à modérés du SRAS-CoV-2. L’hôpital universitaire de Zurich a créé une clinique externe interdisciplinaire pour les patients présentant des symptômes prolongés de COVID. Chaque patient a rempli des questionnaires HRQoL après la consultation.

Les patients qui souffraient de COVID à long terme ou qui risquaient de développer un COVID à long terme après une infection légère ou modérée ont été sélectionnés pour cette étude. Ces patients souffraient de symptômes systémiques, tels que fièvre et fatigue récurrentes, ou de symptômes spécifiques à certains organes, tels que palpitations et toux. Les patients qui ont nécessité une hospitalisation prolongée, une admission en unité de soins intensifs (USI) ou de l’oxygène supplémentaire pendant la phase aiguë de COVID-19 ont été exclus de la cohorte.

Lire aussi  La sensation de température dans la main fantôme offre une touche plus réaliste pour les amputés

Résultats de l’étude

Un total de 112 patients COVID à long terme identifiés entre février 2021 et août 2021 ont rempli les questionnaires HRQoL. La plupart des participants étaient des femmes dont l’âge médian était de 43 ans et la valeur de l’indice de masse corporelle (IMC) était de 24,4 kg/m2.

Certains des patients souffraient d’asthme, de problèmes de santé mentale pré-pandémiques ou avaient au moins une comorbidité. La plupart des patients ont présenté une infection aiguë légère par le SRAS-CoV-2. Le COVID à long terme a principalement affecté la santé physique par rapport à la santé mentale.

Mécaniquement, les symptômes COVID-19 de longue date après une infection grave et légère diffèrent considérablement. La plupart des patients atteints de COVID à long terme survenant après une infection bénigne souffraient de problèmes liés à la douleur et à l’anxiété, tandis que leur mobilité n’était pas significativement affectée.

Les résultats de cette étude ont été comparés aux données sur la santé physique et mentale obtenues auprès d’une cohorte suisse qui s’est développée lors du premier confinement en Suisse (étude CoWell). Au cours des deuxième et troisième vagues de COVID-19 en Suisse, des degrés similaires de détérioration physique et mentale ont été observés chez des patients qui s’étaient remis d’une infection par le SRAS-CoV-2. En particulier, les restrictions liées à la pandémie qui visaient à empêcher une nouvelle propagation du SRAS-CoV-2 peuvent avoir contribué à certains de ces symptômes.

Conformément à ces observations, une étude précédente a signalé une réduction dans tous les domaines de la santé après une COVID-19 aiguë légère, modérée ou sévère. Le même degré de symptômes COVID prolongés liés à la santé physique et mentale qui se produisent après un COVID-19 sévère et léger/modéré.

Lire aussi  Des chercheurs signalent des différences dans la substance blanche chez les patients atteints de la maladie de Lyme après le traitement

Les symptômes respiratoires tels que la dyspnée avaient un impact plus important sur l’activité physique du patient. Cependant, la plupart des patients de l’étude actuelle présentaient une intensité et/ou une fréquence plus faible des symptômes respiratoires. Notamment, par rapport aux hommes, les femmes étaient plus à risque de développer une COVID prolongée après une infection légère/modérée par le SRAS-CoV-2.

conclusions

L’étude actuelle est la première à comparer la HRQoL chez les patients souffrant de COVID prolongé après une infection légère à modérée par le SRAS-CoV-2 entre les cohortes pré-pandémiques et pandémiques.

Des symptômes COVID prolongés après une infection légère/modérée par le SRAS-CoV-2 ont affecté la qualité de vie de ce groupe de patients. Par conséquent, une COVID prolongée a augmenté le fardeau global de la maladie.

De futures études sont nécessaires pour déterminer combien de temps le COVID affecte les conditions sociales et économiques.

Référence magazine :
  • Malesevic, S., Sievi, N.A., Baumgartner, P., et coll. (2023) Qualité de vie liée à la santé altérée dans le syndrome COVID-19 prolongé après une COVID-19 légère à modérée. rapports scientifiques 13(7717). doi:10.1038/s41598-023-34678-8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *