Bhavana Kunkalikar

Le rôle de la qualité/durée du sommeil avant l’infection et de la gravité de l’insomnie sur l’incidence à long terme des symptômes post-COVID-19

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv*serveur de préimpression, les chercheurs ont évalué le rôle de la mauvaise qualité du sommeil, de la courte durée du sommeil et de l’insomnie dans la prédiction des symptômes à long terme de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Étude : La mauvaise qualité du sommeil, l'insomnie et la courte durée du sommeil avant l'infection prédisent les symptômes à long terme après le COVID-19.  Crédit d'image : Films de Motortion/Shutterstock
Étude : La mauvaise qualité du sommeil, l’insomnie et la courte durée du sommeil avant l’infection prédisent les symptômes à long terme après le COVID-19. Crédit d’image : Films de Motortion/Shutterstock

Arrière-plan

Le sommeil est essentiel pour l’immunité humaine, car une mauvaise qualité du sommeil et une durée de sommeil insuffisante entraînent une sensibilité accrue aux infections virales. De plus, des preuves récentes ont associé une courte durée de sommeil et des troubles du sommeil à un risque élevé de troubles inflammatoires. Ceci est le résultat du lien entre les problèmes de sommeil et la courte durée du sommeil et la génération persistante de cytokines pro-inflammatoires ainsi que d’autres biomarqueurs circulants de l’inflammation.

Selon ces hypothèses, les troubles du sommeil avant l’infection peuvent prédisposer les individus à des effets à long terme après une infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2).

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué la pertinence de la durée du sommeil, de la qualité et de la gravité de l’insomnie avant l’infection sur les symptômes à long terme après COVID-19.

Au cours de la première période de confinement en avril 2020, 13 989 personnes ont été interrogées à l’aide de questionnaires en ligne. En décembre 2020, près de 2 013 répondants ont été examinés longitudinalement. En avril 2022, l’échantillon de l’enquête d’avril 2020 a été réinvité à participer à une autre évaluation longitudinale. Chaque examen a évalué la durée/la qualité du sommeil et estimé la gravité de l’insomnie, en utilisant respectivement l’indice de gravité de l’insomnie (ISI) et l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh (PSQI).

Lire aussi  Un nouveau livre blanc décrit les problèmes liés aux retards dans le diagnostic des maladies pulmonaires interstitielles

L’équipe a obtenu des données démographiques et autres pour chaque vague d’enquêtes. En avril 2022, on a demandé aux répondants s’ils avaient déjà été testés positifs au COVID-19. Si tel est le cas, les participants ont été invités à répondre à une série de questions ad hoc sur leur infection et leurs symptômes.

L’équipe a recueilli des données sur le mois où la positivité de l’écouvillon a été détectée ainsi que la gravité du COVID-19 dans la phase aiguë de la maladie, le temps de récupération au niveau de fonctionnement quotidien de pré-infection et la présence de symptômes de COVID-19 à long terme. observé un et trois mois après l’infection initiale.

Pour déterminer la pertinence de la qualité du sommeil, du temps total de sommeil (TST) et de la gravité de l’insomnie dans l’évaluation des symptômes à long terme un mois après l’infection au COVID-19, des études ont été menées sur 713 personnes qui ont déclaré avoir été infectées entre avril 2020 et février 2022.

Un total de 333 personnes qui ont signalé un résultat d’écouvillonnage positif entre février 2020 et décembre 2021 ont été analysées pour déterminer l’impact des facteurs de sommeil sur la prédiction des symptômes du SRAS-CoV-2 à long terme trois mois après l’infection.

Résultats

La plupart des participants étaient de jeunes femmes dans la fourchette de poids santé et avaient un baccalauréat ou plus. Au stade aigu de la COVID-19, la plupart des répondants ont signalé une gravité modeste de la COVID-19 et sont revenus à leur niveau de fonctionnement quotidien d’avant l’infection en moins d’un mois.

Lire aussi  Les vaccins COVID-19 peuvent réduire les symptômes COVID à long terme

Une qualité de sommeil plus médiocre, une plus grande gravité des symptômes d’insomnie et une durée de sommeil plus courte prédisaient des symptômes nettement plus durables un et trois mois après l’infection par le SRAS-CoV-2. Une augmentation d’une seule unité des scores ISI et PSQI et une diminution d’une heure de la durée du sommeil ont prédit des augmentations de 4,9 %, 7,0 % et 11,1 % du nombre de symptômes observés un mois après l’infection par le SRAS-CoV-2 et de 5,4 %, 9,1 % et augmentation de 14,7 % du nombre de symptômes trois mois après l’infection par le SRAS-CoV-2, respectivement.

Des scores PSQI plus élevés ont considérablement augmenté la probabilité de chaque incidence des symptômes à long terme étudiés un mois et trois mois après l’infection au COVID-19, à l’exception des dysfonctionnements des sens du goût et de l’odorat et des difficultés cardiovasculaires un mois après l’infection. De plus, des symptômes d’insomnie plus graves étaient associés de manière significative à des probabilités plus élevées pour tous les symptômes à long terme testés, à l’exception des dysfonctionnements de l’odorat et du goût.

Une diminution d’une heure de la durée du sommeil était associée à un risque accru de tous les symptômes à long terme, à l’exception de l’asthénie, des problèmes de mémoire, des dysfonctionnements de l’odorat/du goût, une diminution de la faim et des anomalies cardiovasculaires. De plus, une durée de sommeil plus courte était associée à un risque élevé de tous les symptômes signalés trois mois après l’infection, à l’exception de la fatigue excessive, des difficultés de concentration/attention, de la dépression, de l’anxiété et des dysfonctionnements de l’odorat et du goût.

Lire aussi  Une étude révèle que les désasomes sont des marqueurs d'insuffisance chronique du système glymphatique

En avril 2020, une qualité de sommeil inférieure, une gravité d’insomnie plus élevée et une durée de sommeil plus courte prédisaient des temps de récupération plus longs pour revenir aux niveaux de fonctionnement quotidien d’avant l’infection après COVID-19. De manière prospective, une augmentation d’une unité des scores ISI et PSQI et une diminution d’une heure de la durée du sommeil ont été associées à une probabilité accrue de récupération sur quatre semaines de 9,3 %, 13,1 % et 14,4 %, respectivement, et après douze semaines dans 9,3 %, 13,1 % et 14,4 %, respectivement. 12,0 %, 21,3 % et 20,0 %, respectivement.

conclusion

Les résultats de l’étude ont révélé que les troubles du sommeil préexistants et le manque de sommeil sont liés au risque ultérieur de symptômes de COVID-19 à long terme après l’infection. Les chercheurs pensent que l’étude pourrait avoir des ramifications à grande échelle compte tenu de l’épidémie de perte de sommeil dans la culture mondiale d’aujourd’hui, de la forte incidence des troubles de l’insomnie et des symptômes occasionnels de l’insomnie. Des recherches futures sont nécessaires pour évaluer si des interventions axées sur l’amélioration de la qualité et de la quantité de sommeil pourraient améliorer les effets à long terme du COVID-19.

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Rapport scientifique préliminaire.
    Salfi, F. et al. (2023) « La mauvaise qualité du sommeil, l’insomnie et la courte durée du sommeil avant l’infection prédisent des symptômes à long terme après COVID-19. » medRxiv. est ce que je: 10.1101/2023.02.13.23285859.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *