Dr Liji Thomas, MD

Le COVID-19 entraîne-t-il des résultats défavorables pour la grossesse et le nouveau-né ?

Au début de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), on pensait que les femmes enceintes présentaient un risque inhabituellement élevé de coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) par rapport à la population générale ou aux femmes non enceintes. Cependant, des études ultérieures n’ont pas réussi à s’accorder sur l’étendue et la nature du danger posé par l’infection. Une étude récente fait état des effets indésirables de l’infection par le SRAS-CoV-2 sur la mère et le bébé pendant la grossesse.

Étude : Résultats maternels, fœtaux et néonatals indésirables chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2 : une méta-analyse des données individuelles des participants.  Crédit d'image : Professionnel d'ESB/ShutterstockÉtude : Résultats maternels, fœtaux et néonatals indésirables chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2 : une méta-analyse des données individuelles des participants. Crédit d’image : Professionnel d’ESB/Shutterstock

Introduction

Des études antérieures ont montré des résultats contradictoires sur les effets de cette condition pendant la grossesse. Une vaste revue de 2021 a montré une association entre le COVID-19 pendant la grossesse et un risque accru de décès, l’admission en unité de soins intensifs (USI), la prématurité et la mortinatalité, et l’admission en unité de soins néonatals. Un défaut important de cette étude était qu’il y avait moins de dix études examinées par résultat dans la plupart des cas.

D’autres études plus récentes ont indiqué des risques accrus de troubles hypertensifs de la grossesse, ainsi que de césarienne et d’issues néonatales indésirables. Cependant, ces conclusions restent controversées en raison de la conception hétérogène des études, de la mauvaise sélection des sujets et des témoins et des défauts méthodologiques. De plus, ceux-ci n’étaient souvent pas généralisables car ils contenaient peu de données sur les pays à faible revenu.

La présente étude, publiée dans Santé mondiale BMJ, destiné à produire des conclusions plus définitives. Les chercheurs ont entrepris un effort de collaboration en utilisant des données individuelles de haute qualité sur les participants provenant de 12 études actuellement en cours. Celles-ci ont été menées dans une dizaine de pays et ont concerné plus de 13 000 femmes enceintes.

La présente étude a tenté d’effectuer une méta-analyse prospective séquentielle (sPMA) pour identifier les résultats du COVID-19 pendant la grossesse de manière prospective. Les chercheurs ont utilisé les données de près de 1 000 grossesses (en cours ou dans les sept jours suivant l’accouchement) avec COVID-19 (confirmées ou probables). Toutes les femmes ont été testées négatives pour le virus et/ou l’anticorps au moment de l’accouchement.

L’âge moyen des femmes était de 31 ans, avec une prévalence de l’obésité de 10 à 15 %.

Qu’a montré l’étude ?

Sur la base de trois études qui ont enregistré des décès au cours de la période d’étude (les autres n’ont eu aucun décès), les chercheurs ont démontré un risque accru de décès maternel chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2, et le risque de mortalité maternelle a été multiplié par huit. De même, ils avaient un risque presque quatre fois plus élevé d’admission en unité de soins intensifs (USI), avec un risque absolu de 3 %.

Lire aussi  Interactions immunologiques entre asthme, obésité et microbiote

Leur risque de ventilation mécanique a été multiplié par 15, alors qu’ils avaient un risque 5,5 fois plus élevé de recevoir tout type de soins intensifs, à 4 %. Le risque de diagnostic de pneumonie était 32 à 5 fois plus élevé, tandis que celui des complications thromboemboliques augmentait de 5,5 fois.

Le risque de maladie hypertensive a augmenté d’environ 25 %, tandis que le risque de prééclampsie/éclampsie a augmenté d’environ 40 %. Les raisons sous-jacentes pourraient être liées à la différence d’expression de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), avec ses effets vasculaires ; inflammation systémique et hypercoagulabilité du COVID-19 ; o Facteurs de risque communs pour le COVID-19 et les troubles hypertensifs de la grossesse. Alternativement, ces cas peuvent ne pas tous être une véritable éclampsie ou prééclampsie, mais plutôt des syndromes similaires causés par la COVID-19 concomitante.

Dans cette étude, les nouveau-nés étaient deux fois plus susceptibles d’être admis dans une unité de soins néonatals s’ils étaient nés de mères infectées par le SRAS-CoV-2. De plus, le risque d’accouchement prématuré ou modérément prématuré a été multiplié par 1,7 et 2,9, respectivement, à la suite d’antécédents de SRAS-CoV-2 pendant la grossesse.

Lorsque seules les infections symptomatiques étaient incluses par rapport aux femmes enceintes sans COVID-19, les résultats étaient similaires mais plus forts, tels qu’un risque accru de décès maternel, de soins intensifs, de ventilation et d’autres complications maternelles/néonatales. Les bébés étaient plus susceptibles d’être petits pour l’âge gestationnel et de très faible poids à la naissance ou prématurés.

Fait intéressant, il n’y avait aucune association entre l’infection par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse et les mortinaissances ou la restriction de croissance intra-utérine (faible poids à la naissance). Cependant, des études antérieures ont montré un tel lien avec un double risque de mortinaissance. Les raisons de cette incohérence restent inexpliquées.

Quelles sont les implications ?

Les conclusions de cette étude appuient celles d’autres revues récentes et d’études multinationales.

Ces résultats peuvent renforcer les arguments en faveur de la vaccination des femmes enceintes avec des vaccins COVID-19 sûrs et efficaces, mais en outre, ils indiquent la nécessité de renforcer les systèmes de santé à l’échelle mondiale pour fournir des soins préventifs et thérapeutiques contre le COVID-19 pendant la grossesse.

référence de la revue

Smith, E.R. et al. (2023). Résultats maternels, fœtaux et néonatals indésirables chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2 : une méta-analyse des données individuelles des participants. Santé mondiale BMJ. doi : 10.1136/bmjgh-2022-009495.

Lire aussi  Les chercheurs constatent que les résultats de l'étude convergent vers une relation cohérente entre les niveaux d'anticorps et la protection contre le COVID-19

Au début de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), on pensait que les femmes enceintes présentaient un risque inhabituellement élevé de coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) par rapport à la population générale ou aux femmes non enceintes. Cependant, des études ultérieures n’ont pas réussi à s’accorder sur l’étendue et la nature du danger posé par l’infection. Une étude récente fait état des effets indésirables de l’infection par le SRAS-CoV-2 sur la mère et le bébé pendant la grossesse.

Introduction

Des études antérieures ont montré des résultats contradictoires sur les effets de cette condition pendant la grossesse. Une vaste revue de 2021 a montré une association entre le COVID-19 pendant la grossesse et un risque accru de décès, l’admission en unité de soins intensifs (USI), la prématurité et la mortinatalité, et l’admission en unité de soins néonatals. Un défaut important de cette étude était qu’il y avait moins de dix études examinées par résultat dans la plupart des cas.

D’autres études plus récentes ont indiqué des risques accrus de troubles hypertensifs de la grossesse, ainsi que de césarienne et d’issues néonatales indésirables. Cependant, ces conclusions restent controversées en raison de la conception hétérogène des études, de la mauvaise sélection des sujets et des témoins et des défauts méthodologiques. De plus, ceux-ci n’étaient souvent pas généralisables car ils contenaient peu de données sur les pays à faible revenu.

La présente étude, publiée dans Santé mondiale BMJ, destiné à produire des conclusions plus définitives. Les chercheurs ont entrepris un effort de collaboration en utilisant des données individuelles de haute qualité sur les participants provenant de 12 études actuellement en cours. Celles-ci ont été menées dans une dizaine de pays et ont concerné plus de 13 000 femmes enceintes.

La présente étude a tenté d’effectuer une méta-analyse prospective séquentielle (sPMA) pour identifier les résultats du COVID-19 pendant la grossesse de manière prospective. Les chercheurs ont utilisé les données de près de 1 000 grossesses (en cours ou dans les sept jours suivant l’accouchement) avec COVID-19 (confirmées ou probables). Toutes les femmes ont été testées négatives pour le virus et/ou l’anticorps au moment de l’accouchement.

L’âge moyen des femmes était de 31 ans, avec une prévalence de l’obésité de 10 à 15 %.

Qu’a montré l’étude ?

Sur la base de trois études qui ont enregistré des décès au cours de la période d’étude (les autres n’ont eu aucun décès), les chercheurs ont démontré un risque accru de décès maternel chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2, et le risque de mortalité maternelle a été multiplié par huit. De même, ils avaient un risque presque quatre fois plus élevé d’admission en unité de soins intensifs (USI), avec un risque absolu de 3%.

Lire aussi  Une étude montre que seulement 75,8% des enfants de moins de 15 ans ont des anticorps contre la rougeole

Leur risque de ventilation mécanique a été multiplié par 15, alors qu’ils avaient un risque 5,5 fois plus élevé de recevoir tout type de soins intensifs, à 4 %. Le risque de diagnostic de pneumonie était 32 à 5 fois plus élevé, tandis que celui des complications thromboemboliques augmentait de 5,5 fois.

Le risque de maladie hypertensive a augmenté d’environ 25 %, tandis que le risque de prééclampsie/éclampsie a augmenté d’environ 40 %. Les raisons sous-jacentes pourraient être liées à la différence d’expression de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), avec ses effets vasculaires ; inflammation systémique et hypercoagulabilité du COVID-19 ; o Facteurs de risque communs pour le COVID-19 et les troubles hypertensifs de la grossesse. Alternativement, ces cas peuvent ne pas tous être une véritable éclampsie ou prééclampsie, mais plutôt des syndromes similaires causés par la COVID-19 concomitante.

Dans cette étude, les nouveau-nés étaient deux fois plus susceptibles d’être admis dans une unité de soins néonatals s’ils étaient nés de mères infectées par le SRAS-CoV-2. De plus, le risque d’accouchement prématuré ou modérément prématuré a été multiplié par 1,7 et 2,9, respectivement, à la suite d’antécédents de SRAS-CoV-2 pendant la grossesse.

Lorsque seules les infections symptomatiques étaient incluses par rapport aux femmes enceintes sans COVID-19, les résultats étaient similaires mais plus forts, tels qu’un risque accru de décès maternel, de soins intensifs, de ventilation et d’autres complications maternelles/néonatales. Les bébés étaient plus susceptibles d’être petits pour l’âge gestationnel et de très faible poids à la naissance ou prématurés.

Fait intéressant, il n’y avait aucune association entre l’infection par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse et les mortinaissances ou la restriction de croissance intra-utérine (faible poids à la naissance). Cependant, des études antérieures ont montré un tel lien avec un double risque de mortinaissance. Les raisons de cette incohérence restent inexpliquées.

Quelles sont les implications ?

« Cette analyse indique que l’infection par le SRAS-CoV-2 à tout moment de la grossesse augmente le risque de décès maternel, de morbidité maternelle sévère et de morbidité néonatale, mais pas de mortinaissance ou de restriction de croissance intra-utérine..”

Les conclusions de cette étude appuient celles d’autres revues récentes et d’études multinationales.

Ces résultats peuvent renforcer les arguments en faveur de la vaccination des femmes enceintes avec des vaccins COVID-19 sûrs et efficaces, mais en outre, ils indiquent la nécessité de renforcer les systèmes de santé à l’échelle mondiale pour fournir des soins préventifs et thérapeutiques contre le COVID-19 pendant la grossesse.

Référence magazine :
  • Smith, E.R. et al. (2023). Résultats maternels, fœtaux et néonatals indésirables chez les femmes enceintes infectées par le SRAS-CoV-2 : une méta-analyse des données individuelles des participants. Santé mondiale BMJ. doi : 10.1136/bmjgh-2022-009495.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *