Neha Mathur

Le boost d’ARNm bivalent amplifie l’immunité humorale contre les sous-variants Omicron du SARS-CoV-2

Dans une étude récente publiée dans le bioRxiv*serveur, des chercheurs de l’Université Emory, de l’Université de Stanford et de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses ont évalué si les rappels de la maladie à coronavirus bivalent 2019 (COVID-19) conféraient une protection contre les nouvelles sous-variantes d’Omicron.

Étude : Le boost d'ARNm bivalent améliore la neutralisation contre BA.2.75.2 et BQ.1.1.  Crédit d'image : NIAIDÉtude : Le boost d’ARNm bivalent améliore la neutralisation contre BA.2.75.2 et BQ.1.1. Crédit d’image : NIAID

Arrière plan

Deux nouvelles sous-variantes du coronavirus-2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) Omicron, BA.2.75.2 et BQ.1.1, partagent la mutation R346T. Il est particulièrement préoccupant car il réduit considérablement l’efficacité des boosts d’acide ribonucléique messager bivalent (ARNm) COVID-19. Ces nouveaux vaccins de rappel ont été récemment introduits aux États-Unis après l’émergence du COV Omicron hautement muté. Ils utilisent l’ancestral et la pointe Omicron BA.5 (S) comme immunogènes.

Cependant, après son autorisation et son acceptation, davantage de sous-variants d’Omicron ont été identifiés avec des mutations du domaine de liaison au récepteur (RBD) qui confèrent le potentiel de s’échapper des sérums vaccinaux. En effet, la mutation R346T, qui est apparue dans de nombreuses sous-variantes d’Omicron, leur donne le potentiel d’échapper aux anticorps monoclonaux induits par le vaccin approuvés.

À propos de l’étude

La présente étude a évalué des échantillons de sérum provenant de receveurs du vaccin de rappel répartis en trois cohortes. Les première, deuxième et troisième cohortes d’étude comprenaient un rappel monovalent, deux rappels monovalents et des receveurs de rappel bivalents. L’équipe a prélevé des échantillons de sérum 7 à 28 jours, 70 à 100 jours et 16 à 42 jours après les vaccinations de rappel de ces trois cohortes.

Lire aussi  L'UC San Diego participe à un essai national pour évaluer le traitement potentiel du monkeypox humain

ils ont utilisé un in vitro test de neutralisation des foyers de virus vivants (FRNT) pour quantifier la réponse des anticorps neutralisants parmi ces trois cohortes. Plus précisément, ils ont comparé FRNTcinquante Titres moyens géométriques (GMT) des sous-variantes d’Omicron, y compris BA.1, BA.5, BA.2.75.2 et BQ.1.1. contre la souche SARS-CoV-2 de type sauvage. Pour les échantillons avec une faible limite de détection (LoD) de 1:20, les enquêteurs ont attribué un FRNT arbitrairecinquante à partir de 10

Résultats et conclusion de l’étude

Les individus des cohortes d’étude qui ont reçu un ou deux rappels monovalents ont montré des titres de FRNT nettement réduits contre les sous-variants d’Omicron. L’effet était le plus profond contre BA.2.75.2 et BQ.1.1, qui ont la mutation R346T. En revanche, les récepteurs de rappel bivalents contenant BA.5 présentaient une bonne activité neutralisante contre tous les sous-variants d’Omicron.

Dans la cohorte de rappel monovalent, le FRNTcinquante GMT pour la souche WT, BA.1, BA.5, BA.2.75.2 et BQ.1.1. ils étaient respectivement 758, 60, 50, 23 et 19. Pour les deux cohortes de rappel monovalent, le FRNTcinquante Les MGT étaient de 1812, 205, 142, 65 et 53 pour la souche WT, BA.1, BA.5, BA.2.75.2 et BQ.1.1, respectivement. Par rapport à WT, la réduction globale des titres de neutralisation variait pour différentes sous-variantes d’Omicron. Diminué de neuf à 15 et de 28 à 39 fois pour BA.1 et BA.5, et BA.2.75.2 et BQ.1.1., respectivement.

De même, par rapport à la souche WT, les auteurs ont observé une diminution par quatre des titres de neutralisation contre BA.1 et BA.5 et 11 et 21 fois contre BA.2.75.2 et BQ.1.1, respectivement, dans la cohorte de rappel bivalent. Les récepteurs de rappel bivalents contenant BA.5 neutralisaient le plus efficacement tous les sous-variants d’Omicron. Cette observation était cohérente avec les résultats chez les personnes atteintes d’infections percées par Omicron. Ils ont également montré une activité neutralisante étendue contre d’autres sous-variants d’Omicron.

Lire aussi  La bronchite infantile augmente le risque de maladies pulmonaires à l'âge adulte

Les résultats de l’étude suggèrent que le vaccin bivalent de rappel d’ARNm amplifie l’immunité humorale contre les sous-variants d’Omicron. En fait, les immunisations bivalentes de rappel présentent un avantage sérologique substantiel.

*Nouvelles importantes

bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Le boost d’ARNm bivalent améliore la neutralisation contre BA.2.75.2 et BQ.1.1, Meredith E Davis-Gardner, Lilin Lai, Bushra Wali, Hady Samaha, Daniel Solis, Matthew Lee, Andrea Porter-Morrison, Ian Thomas Hentenaar, Fumiko Yamamoto, Sucheta Godbole, Daniel C Douek, Frances Eun-Hyung Lee, Nadine Rouphael, Alberto Moreno, Benjamin A Pinsky, Mehul S Suthar, bioRxiv preprint 2022, DOI :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *