Dr Liji Thomas, MD

L’alimentation diurne peut-elle prévenir la vulnérabilité de l’humeur chez les travailleurs de nuit ?

La vie moderne exige une disponibilité instantanée et constante des biens et services, de jour comme de nuit. Cela a obligé les gens à travailler de nuit en nombre croissant. Cependant, les travailleurs de nuit sont plus à risque de troubles de l’humeur, en particulier d’anxiété et de dépression.

Étude : Manger pendant la journée prévient la vulnérabilité de l'humeur dans le travail de nuit.  Crédit d'image : Gorodenkoff/Shutterstock
Étude : Manger pendant la journée prévient la vulnérabilité de l’humeur dans le travail de nuit. Crédit d’image : Gorodenkoff/Shutterstock

Une nouvelle étude explore l’effet de l’alimentation diurne sur l’incidence des troubles affectifs dans ce sous-groupe de travailleurs. « Ces résultats offrent une démonstration de preuve de concept d’une intervention fondée sur des données probantes au moment des repas qui peut prévenir la vulnérabilité de l’humeur dans les milieux de travail par quarts..”

Introduction

Le risque de dépression et d’anxiété chez les travailleurs de nuit est plus élevé jusqu’à 40 %, et les troubles de santé mentale contribuent à 1 000 milliards de dollars de perte de productivité, en plus d’autres coûts. Cette prédisposition aux sautes d’humeur pathologiques est attribuée à l’asynchronisme des rythmes biologiques (l’horloge circadienne) avec les cycles quotidiens de comportement et les variations cycliques de l’environnement.

Sachant cela, il est possible d’explorer des interventions pour stabiliser l’humeur de cette population active et ainsi produire des preuves pour identifier les mesures les plus valables. Des recherches antérieures montrent que manger pendant la journée peut surmonter le sommeil au mauvais moment, pour harmoniser les horloges internes et externes. Il en résulte une meilleure tolérance au glucose pendant le travail de nuit, ce qui prévient un facteur de risque connu de sautes d’humeur durant cette période.

Lire aussi  Une étude estime l'impact environnemental des produits alimentaires et des boissons de manière standardisée

L’étude actuelle, publiée dans le PNAS, ont utilisé deux heures de repas pour un groupe de 19 personnes dont les rythmes circadiens avaient été désynchronisés par une intervention de dyssynchronie forcée (FD). Au terme de ce protocole, les participants étaient déphasés de 12 heures par rapport au premier jour, suite à une journée de 28 heures et simulant ainsi un travail de nuit.

Dans le groupe témoin, toutes les activités physiologiques, y compris les cycles veille/sommeil, les cycles repos/activité, la posture couchée/debout et les légères variations avec le sommeil/éveil, ont été basculées vers ce nouveau cycle. Les repas étaient donc pris de jour comme de nuit, comme le font souvent les travailleurs de nuit.

Dans le premier groupe d’intervention, avec repas de jour uniquement (IMD), les cycles de jeûne/alimentation ont été définis sur un cycle de 24 heures, le reste de leurs cycles suivant le cycle de 28 heures. Cela signifiait que les repas n’étaient pris que pendant la journée.

Qu’a montré l’étude ?

Les scientifiques ont découvert qu’avec des degrés plus élevés de désalignement entre les rythmes internes et externes, exprimés par le changement de la différence de phase entre le niveau de glucose maximal et la température corporelle la plus basse au cours d’un cycle, la dépression et l’anxiété augmentaient pendant le travail de nuit.

Lire aussi  Une étude révèle une différence significative dans le microbiote intestinal des hommes atteints d'un cancer de la prostate

Le groupe DMI a montré des niveaux inférieurs de dépression et d’anxiété, démontrant l’impact significatif de la modification des heures de repas chez les travailleurs de nuit. Dans l’autre groupe, les caractéristiques dépressives ont augmenté de plus d’un quart par rapport au départ, contrairement au groupe DMI.

La synchronisation des repas pendant la journée a également empêché l’augmentation de 16 % des symptômes d’anxiété observée dans le groupe témoin. Des études antérieures ont montré qu’une alimentation de mauvaise qualité, riche en glucides, est liée à une mauvaise qualité du sommeil et à une mauvaise santé mentale. En revanche, le régime méditerranéen est lié à une meilleure santé mentale.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre comment ils sont liés, dans quelle direction et pourquoi. Certaines preuves suggèrent que la consommation d’aliments riches en sucre la nuit et pendant la journée entraîne une intolérance au glucose chez les travailleurs de nuit. Cet effet est absent lorsqu’ils sont limités à ne manger que pendant la journée.

En d’autres termes, manger pendant la journée peut affecter le métabolisme du glucose mais aussi la stabilité de l’humeur. Une glycémie élevée est sujette à la dépression et les signaux des récepteurs de l’insuline sont profondément impliqués dans le fonctionnement du cerveau et les sautes d’humeur négatives. Éviter les fluctuations de la glycémie pourrait aider à stabiliser l’humeur dans les conditions de travail de nuit, et cela pourrait être réalisé en limitant les repas pendant la journée.

De plus, la nourriture affecte le microbiome intestinal, qui est un élément essentiel dans la régulation du tryptophane et de la sérotonine, qui sont tous deux importants dans la régulation de l’humeur, le contrôle du stress oxydatif et la neuroplasticité. La perturbation de l’horloge circadienne affecte la santé du microbiome et peut faire évoluer cette communauté vers un profil inflammatoire, ainsi que réduire les niveaux de métabolites importants tels que le tryptophane. Cela pourrait entraîner une diminution de la sérotonine dans le cerveau, ce qui prédispose aux humeurs dépressives.

Lire aussi  Le potentiel de la consommation de raisin pour moduler l'érythème cutané induit par les UV

« En résumé, notre étude offre une preuve de concept selon laquelle manger pendant la journée peut prévenir la vulnérabilité de l’humeur dans les horaires de travail par quarts..” Des études complémentaires pourraient permettre de valider l’intérêt de cette intervention dans des conditions réelles de quart de nuit.

Référence magazine :
  • Qian, J. et al. (2022). Manger pendant la journée prévient la vulnérabilité de l’humeur dans le travail de nuit. PNAS. est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *