La TCC de groupe soulage la détresse psychologique et améliore la qualité de vie des jeunes patients cardiaques

Selon une étude publiée aujourd’hui dans revue européenne du coeur une revue de la Société européenne de cardiologie (ESC).

Environ 20 % de tous les patients cardiaques présentent des signes de détresse psychologique, atteignant un tiers des patients en emploi. Les symptômes psychologiques tels que les palpitations et l’inconfort thoracique peuvent être difficiles à distinguer des symptômes cardiaques. Cela peut conduire à un cercle vicieux, avec une détresse supplémentaire limitant la capacité du patient à mener une vie normale à la maison et au travail. »

Annette Holdgaard, auteur de l’étude, infirmière à l’hôpital universitaire de Copenhague – Bispebjerg et Frederiksberg, Danemark

Les programmes précédents pour traiter les problèmes psychologiques chez les patients cardiaques étaient longs et enseignés par un thérapeute ou un psychologue, ce qui les rendait difficiles à utiliser dans la vie réelle. Cette étude a examiné l’effet de cinq séances de groupe de thérapie cognitivo-comportementale (TCC), dispensées par des infirmières en complément d’une réadaptation cardiaque régulière, sur les symptômes d’anxiété et de dépression.

L’étude a inclus 147 patients cardiaques en âge de travailler souffrant de détresse psychologique, définie comme un score de 8 ou plus sur l’échelle d’anxiété et de dépression hospitalière (HADS) pour l’anxiété et/ou la dépression. L’âge moyen était de 54 ans et 67 % étaient des hommes. Les participants ont été randomisés pour cinq séances de groupe TCC plus réadaptation cardiaque habituelle (groupe TCC) ou réadaptation cardiaque seule (groupe témoin). Les personnes souffrant de détresse grave ou d’un diagnostic psychiatrique ont été exclues. La rééducation cardiaque a été assurée pendant 8 semaines, avec deux séances de groupe de 90 minutes par semaine. Les séances comprenaient des exercices, l’ajustement des médicaments et une éducation sur l’alimentation, le tabagisme, l’activité physique, le poids corporel, la glycémie, la tension artérielle, les lipides sanguins et les problèmes psychologiques.

Lire aussi  Une bonne nuit de sommeil favorise l'immunité.

Les infirmières cardiaques ont dirigé les séances de TCC après une brève formation et ont été supervisées par un psychologue. Cinq séances de 2 heures chacune ont été réalisées pour des groupes de 3 à 4 patients. Lors de la session 1, les patients ont clarifié leurs valeurs, par exemple, la famille et le travail, et ont signalé des difficultés causées par les maladies cardiaques, telles que le manque de sommeil et l’épuisement. La session 2 comprenait un examen du cercle d’anxiété, où une menace peut provoquer des pensées et des réactions physiques catastrophiques, suivi d’une discussion sur les stratégies d’adaptation, telles que l’exposition progressive à des situations anxiogènes et des exercices de respiration pour calmer le système nerveux.

La troisième session a abordé l’analyse et les conséquences du comportement actuel. Par exemple, travailler 50 heures par semaine peut procurer une satisfaction à court terme, mais ne laisse pas suffisamment de temps pour se remettre d’une maladie cardiaque, ce qui pourrait avoir de graves conséquences à long terme. La session 4 s’est concentrée sur les stratégies d’adaptation aux préoccupations. Bien que l’inquiétude puisse conduire à la résolution de problèmes, elle peut également conduire à une réflexion excessive et les patients apprennent un comportement plus constructif. Enfin, lors de la session 5, les patients ont vu comment leurs stratégies d’adaptation avaient changé tout au long du cours, ont appris à utiliser de manière optimale leurs forces et ont reçu un plan d’entretien individuel pour faire face à la détresse future.

Le critère principal de changement du score total HADS entre le départ et 3 mois s’est amélioré significativement plus dans le groupe TCC (8,0 points) que dans le groupe témoin (4,1 points). Les deux sous-échelles (anxiété et dépression) se sont également améliorées de manière significative dans le groupe d’intervention. Les améliorations du groupe CBT dans le score total et les sous-échelles ont été maintenues à 6 mois.

Comparativement au groupe témoin, le groupe TCC avait une plus grande amélioration de la qualité de vie à 6 mois et un risque de réadmission cardiaque inférieur de 57 % à 12 mois. Des recherches antérieures ont montré que les patients anxieux ou déprimés sont moins susceptibles d’assister à des séances d’éducation et d’exercices en réadaptation cardiaque, et cette étude a montré que ceux qui ont reçu une TCC étaient plus susceptibles de participer que ceux du groupe témoin.

Mme Holdgaard a déclaré: « Les résultats indiquent que tous les patients en réadaptation cardiaque devraient subir un dépistage des troubles psychologiques et se voir proposer une TCC si nécessaire. Les membres du groupe de thérapie ont déclaré que c’était un soulagement d’être avec d’autres personnes confrontées aux mêmes problèmes. Ils ont appris à évaluer et défier leurs propres pensées (par exemple, il peut y avoir d’autres raisons pour lesquelles mon cœur bat plus vite que je ne meurs) et les infirmières les ont aidés à faire la distinction entre les symptômes cardiaques et psychologiques. Les patients ont également réalisé qu’ils pouvaient choisir l’attention à accorder à une pensée, et au lieu d’entrer dans la pensée (fusionner avec elle), ils peuvent garder leur distance (défusion) et laisser passer les pensées. »

Lire aussi  Les personnes présentant des symptômes d'insomnie peuvent présenter un risque accru d'AVC

Le porte-parole de l’ESC, le professeur Christi Deaton, de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, a déclaré: « Cette étude est importante pour plusieurs raisons. Elle démontre la valeur des interventions en cas de détresse psychologique et que les infirmières peuvent dispenser une TCC de groupe dans le cadre des programmes de réadaptation cardiaque existants avec des résultats positifs. et des effets significatifs sur les résultats. L’étude illustre également l’importance d’individualiser les programmes de réadaptation pour répondre aux besoins des différents groupes de patients. Les résultats de cette étude et d’autres montrent que le groupe CBT est une intervention prometteuse chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires et de détresse psychologique.

Fontaine:

Société Européenne de Cardiologie

Référence magazine :

Holdgard, A. et coll. (2023).La thérapie cognitivo-comportementale réduit la détresse psychologique chez les jeunes patients atteints de maladies cardiaques : un essai randomisé. revue européenne du coeur. doi.org/10.1093/eurheartj/ehac792.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *