La pression artérielle diastolique associée au névrosisme

La pression artérielle diastolique, le moindre des deux chiffres dans une lecture de la pression artérielle, est la plus susceptible de provoquer un trait de personnalité névrotique, selon une recherche publiée dans la revue en libre accès. Psychiatrie générale.

Et le garder sous contrôle peut aider à freiner les comportements névrotiques, l’anxiété et les maladies cardiaques et circulatoires, concluent les chercheurs.

L’hypertension artérielle est un risque majeur de maladie cardiovasculaire et serait associée à des facteurs psychologiques, notamment l’anxiété, la dépression et le névrosisme, un trait de personnalité caractérisé par une sensibilité aux émotions négatives, notamment l’anxiété et la dépression.

Mais ce qui cause ce n’est pas tout à fait clair.

Pour tenter de le découvrir, les chercheurs ont utilisé une technique appelée randomisation mendélienne. Cela utilise des variantes génétiques comme proxy pour un facteur de risque particulier, dans ce cas la pression artérielle, pour obtenir des preuves génétiques soutenant une relation causale, réduisant les biais inhérents aux études observationnelles.

Entre 30 % et 60 % de la pression artérielle est due à des facteurs génétiques, et plus de 1 000 polymorphismes génétiques de nucléotides simples, ou SNP en abrégé, y sont associés. Les SNP aident à prédire la réponse d’une personne à certains médicaments, sa sensibilité à des facteurs environnementaux et son risque de développer une maladie.

Les chercheurs se sont appuyés sur 8 ensembles de données provenant d’études à grande échelle contenant de l’ADN à l’échelle du génome extrait d’échantillons de sang de personnes d’origine principalement européenne (études d’association à l’échelle du génome).

Lire aussi  Une étude révèle plus d'hyperintensités de la substance blanche chez les femmes ménopausées

Ils ont appliqué la randomisation mendélienne aux 4 traits de pression artérielle : pression artérielle systolique (736 650 échantillons), pression artérielle diastolique (736 650), pression différentielle (pression artérielle systolique moins diastolique ; 736 650) et hypertension artérielle (supérieure à 140/90 mm). Hg; 463 010) avec 4 états psychologiques – anxiété (463 010 échantillons), symptômes dépressifs (180 866), névrosisme (170 911) et bien-être subjectif (298 420).

L’analyse a révélé que l’hypertension artérielle et la pression artérielle diastolique avaient des effets causals significatifs sur le névrosisme, mais pas sur l’anxiété, les symptômes dépressifs ou le bien-être subjectif.

Mais après ajustement pour divers tests, seule la pression artérielle diastolique était significativement associée au névrosisme (plus de 90%), sur la base de 1074 SNP.

Les chercheurs reconnaissent certaines limites à leurs conclusions. Par exemple, il n’a pas été possible d’exclure complètement la pléiotropie, où un gène peut affecter plusieurs traits. Et les résultats peuvent ne pas être plus applicables au-delà des personnes d’origine européenne.

Mais la pression artérielle relie le cerveau et le cœur, elle peut donc favoriser le développement des traits de personnalité, expliquent-ils.

« Les personnes atteintes de névrosisme peuvent être sensibles aux critiques des autres, sont souvent autocritiques et développent facilement de l’anxiété, de la colère, de l’inquiétude, de l’hostilité, de la timidité et de la dépression.

« Le névrosisme est considéré comme un facteur causal clé de l’anxiété et des troubles de l’humeur. Les personnes atteintes de névrosisme éprouvent plus souvent un stress mental élevé, ce qui peut entraîner des niveaux élevés de [blood pressure] et les maladies cardiovasculaires », écrivent-ils.

Lire aussi  Compter les calories est meilleur pour perdre du poids que le jeûne intermittent

Et ils suggèrent: « Une surveillance et un contrôle appropriés de la pression artérielle peuvent être bénéfiques pour réduire le névrosisme, les troubles de l’humeur induisant le névrosisme et les maladies cardiovasculaires. »

Fontaine:

bmj

Référence magazine :

Cay, L. et coll. (2022) Étude des relations causales génétiques entre la tension artérielle et l’anxiété, les symptômes dépressifs, le névrosisme et le bien-être subjectif. Psychiatrie générale. doi.org/10.1136/gpsych-2022-100877.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *