La consommation d’opioïdes à long terme est plus fréquente chez les patients souffrant de troubles rhumatismaux et musculo-squelettiques

Les patients souffrant de troubles rhumatismaux et musculo-squelettiques sont vulnérables à l’utilisation à long terme d’opioïdes, avec jusqu’à 1 personne sur 3 souffrant de polyarthrite rhumatoïde ou de fibromyalgie, prenant ces médicaments pour la première fois, potentiellement à risque, selon les conclusions d’une lettre, un article de recherche, publié en ligne dans le Annales des maladies rhumatismales.

Les personnes souffrant de troubles rhumatismaux et musculo-squelettiques se voient souvent prescrire des opioïdes pour gérer leur douleur, et une partie d’entre elles deviendront des utilisateurs à long terme avec des risques de dépendance et des effets secondaires nocifs, notent les auteurs.

La plupart des recherches définissent la consommation d’opioïdes à long terme comme 90 jours ou plus, bien que les définitions varient et qu’il n’y ait pas d’estimations contemporaines de l’ampleur de la consommation d’opioïdes à long terme, ajoutent-ils.

Pour évaluer la proportion de patients en transition vers une utilisation à long terme parmi ceux qui viennent de commencer un opioïde, ils se sont appuyés sur les dossiers médicaux anonymes de 841 047 adultes dont les détails ont été saisis dans le Clinical Practice Research Datalink (CPRD), un représentant national dans tout le Royaume-Uni. base de données de recherche sur les soins primaires.

Parmi ceux-ci, 12 260 avaient reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, 5 195 de rhumatisme psoriasique, 3 046 de spondylarthrite axiale, 3 081 de lupus érythémateux disséminé (LES), 796 276 d’arthrose et 21 189 de fibromyalgie.

Chaque patient s’était vu prescrire un nouvel opioïde jusqu’à 6 mois avant, ou à tout moment après, son diagnostic entre janvier 2006 et fin octobre 2021 et avait été suivi pendant au moins un an.

Lire aussi  L'étude met en évidence l'interdépendance de l'auto-immunité et du cancer

L’utilisation à long terme a été définie comme standard (3 ordonnances d’opioïdes ou plus rédigées sur une période de 90 jours, ou plus d’un approvisionnement d’opioïdes de 90 jours au cours de la première année); o Strict (10 ordonnances d’opioïdes ou plus remplies pendant plus de 90 jours, ou plus d’un approvisionnement d’opioïdes de 120 jours au cours de la première année); ou extensive (plus de 3 prescriptions d’opioïdes à intervalle mensuel au cours des 12 premiers mois).

Au total, 1 081 216 nouveaux épisodes d’utilisation d’opioïdes ont été identifiés parmi tous les patients, dont un peu moins de 17 % sont passés à une utilisation à long terme avec des définitions standard, 11 % avec des définitions strictes et 22 % avec des définitions larges.

La majorité (plus de 97 %) des nouveaux épisodes de prescription qui répondaient à l’une des définitions étaient inclus dans la définition large. Un peu moins de la moitié ont rencontré les trois.

La plus grande proportion d’utilisateurs d’opioïdes à long terme étaient des patients atteints de fibromyalgie (27,5 %, 21 % et 34 % pour chacune des définitions respectives), suivis par ceux atteints de polyarthrite rhumatoïde (26 %, 18,5 % et 32 %) et ceux avec spondyloarthrite axiale : 24 %, 17 % et 30 %.

La plus faible proportion de transitoires a été observée chez les personnes souffrant d’arthrose : 16,5 %, 11 % et 21,5 %, pour chacune des définitions respectives.

Lire aussi  Pour les jeunes avec Medicare, une hystérectomie est parfois plus abordable que le contrôle des naissances

La proportion de patients atteints de LED et de fibromyalgie devenus consommateurs d’opioïdes à long terme a nettement augmenté entre 2006 et 2019, passant de 22 % à 33 % et atteignant 29 % en 2020.

Une tendance à la baisse statistiquement significative a été observée pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, bien que la proportion globale soit restée élevée à 24,5 % en 2020.

Selon la définition stricte, 1 patient sur 5 atteint de fibromyalgie et 1 patient sur 6 atteint de polyarthrite rhumatoïde ou de spondyloarthrite axiale répondaient aux définitions de l’utilisation à long terme d’opioïdes dans les 12 mois suivant le début d’un opioïde.

Mais ce ratio pourrait atteindre 1 sur 3 pour les personnes atteintes de fibromyalgie ou de polyarthrite rhumatoïde, et 1 sur 3,5 pour les personnes atteintes de spondylarthrite axiale, en utilisant la définition large, selon les chercheurs.

« Les résultats justifient la vigilance dans la pratique de prescription d’opioïdes pour [rheumatoid and musculoskeletal conditions] car la thérapie aux opioïdes à long terme est associée à de mauvais résultats (par exemple, la dépendance aux opioïdes et les événements indésirables liés aux opioïdes) », préviennent-ils.

Et ils conseillent aux médecins de promouvoir l’examen ou la déprescription des médicaments et d’envisager des traitements non médicamenteux pour le soulagement de la douleur afin de minimiser les risques de «préjudices évitables» chez ce groupe de patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *