Pooja Toshniwal Paharia

IRM cardiaque des personnes atteintes de COVID-19 aiguë ou post-aiguë

Dans une étude récente publiée dans le Magazine d’échographie cliniqueDes enquêteurs en Italie ont rapporté des résultats d’imagerie par résonance magnétique cardiaque (IRM) chez des personnes atteintes d’un syndrome de type myocardite pendant la phase aiguë de l’infection par le SRAS-CoV-2 (AMCovS) et la phase post-aiguë (cPACS).

Étude : Résultats de l'IRM cardiaque chez les patients COVID-19 aigus et post-aigus avec une myocardite suspectée.  Crédit d'image : Image radiologique/ShutterstockÉtude : Résultats de l’IRM cardiaque chez les patients COVID-19 aigus et post-aigus avec une myocardite suspectée. Crédit d’image : Image radiologique/Shutterstock

La lesión cardiovascular se ha observado con frecuencia entre las personas con SARS-CoV-2 positivo, ya que los receptores de la enzima convertidora de angiotensina 2 (ACE2), esenciales para la entrada del SARS-CoV-2 en el huésped, están presentes dans le coeur. De plus, les mécanismes indirects associés à la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), y compris l’excès de cytokines, l’inadéquation de l’offre et de la demande en oxygène, l’inflammation endothéliale et la thrombose, pourraient entraîner une inflammation, un dysfonctionnement et une ischémie du myocarde. L’IRM permet une caractérisation non invasive des anomalies myocardiques.

À propos de l’étude

Dans la présente étude rétrospective, les chercheurs ont rapporté des résultats de RMC chez des patients atteints d’AMCovS et de cPACS.

Les données ont été obtenues auprès d’individus infectés par le SRAS-CoV-2 confirmés par RT-PCR (réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse) avec suspicion clinique de myocardite dans les phases aiguës et post-aiguës de COVID-19, pour lesquels une imagerie CMR de 1,5 tesla a été réalisée entre septembre 2020 et janvier 2022. Les données ont été obtenues à partir des dossiers médicaux électroniques de tous les patients, y compris les variables anthropométriques, les données d’analyse de laboratoire, les affections cardiaques comorbides et pendant l’infection par le SRAS-CoV-2 pour les patients atteints d’AMCoVS et de cPACS.

Lire aussi  Nouveau modèle d'évaluation protéomique du risque cardiovasculaire chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique

Deux observateurs indépendants ont examiné les conclusions du CMR par consensus. La suspicion clinique de lésions cardiovasculaires était basée sur (i) des symptômes tels que des douleurs thoraciques, un essoufflement, des palpitations, des arythmies et une dyspnée, (ii) une augmentation du taux de hs-cTnT (troponine T cardiaque hautement sensible) qui ne répondait pas aux critères les critères diagnostiques de l’infarctus du myocarde, et (iii) des résultats électrocardiographiques (ECG) et/ou échocardiographiques anormaux non évocateurs d’un infarctus du myocarde.

Les images Cine-SSFP (ciné à précession libre à l’état d’équilibre) ont été analysées pour évaluer les anomalies du mouvement de la paroi et la fonction et les volumes de la chambre cardiaque. Les images STIR (short tau inversion-recovery) et T2 ont été analysées pour évaluer l’étendue de l’œdème, et les images LGE (late gadolinium enhancement) ont été analysées pour identifier les cicatrices myocardiques. Les images T1 natives et T1 post-contraste ont été analysées pour évaluer la fraction volumique extracellulaire. Le type et l’étendue des anomalies cardiovasculaires sur les images CMR ont été signalés.

Résultats

L’échantillon de l’étude était composé de 39 patients (respectivement 17 et 22 patients atteints d’AMCoVS et de cPACS), dont 62 % (n = 24) d’hommes. Les patients atteints d’AMCoVS étaient principalement des hommes (59 %, n = 10), l’âge médian des patients était de 57,0 ans et présentaient des taux élevés de hs-cTnT (pic médian de 122 ng/L) associés à des douleurs aiguës à la poitrine (71 %, n =12) avec des anomalies du segment ST-T (53 %, n = 9). La plupart des patients (76 %) avaient ≥1 comorbidité. Parmi les patients atteints d’AMCoVS, 35 % ont été admis en unité de soins intensifs (USI) en raison d’un choc cardiogénique associé à un SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) ou à une pneumonie légère.

Chez les patients avec AMCovS, la fonction systolique ventriculaire gauche (VG) était normale chez 88 % (n = 15) des patients (fraction d’éjection VG (FE) 65 %), et les valeurs moyennes de l’indice de volume VG étaient normales. La función sistólica del ventrículo derecho (VD) fue normal en el 94% (n=16) de los casos[FE-ventrículoderecho(VD)del63%)convaloresnormalesparalosíndicesdevolumendelVDexceptoenunpacienteingresadoenUCIconleveDilatacióndelVD(valordelíndicedevolumendiastólicofinaldelVD(EDVi)de970mlpormetrocuadrado)yalteraciónsistólicamoderadadelVD(FE-VDdel40%)conLGEyedemadetipodifusodelaparedlibredelVDindicativodemiocarditisElexamenhistopatológicoarrojóundiagnósticodemiocarditisnecrotizanteparaelpaciente[ventriculairedroit(VD)-FEde63 %)avecdesvaleursnormalespourlesindicesdevolumeVDsaufchezunpatientadmisenUSIavecunelégèredilatationduVD(valeurdel’indicedevolumetélédiastoliqueVD(EDVi)de970 mlparmètrecarré)etuntroublesystoliqueVDmodéré(VD-FEde40 %)avecLGEetunœdèmedetypediffusdelaparoilibreduVDindiquantunemyocarditeL’examenhistopathologiqueapermisdediagnostiquerunemyocarditenécrosantepourlepatient[FE-ventrículoderecho(VD)del63%)convaloresnormalesparalosíndicesdevolumendelVDexceptoenunpacienteingresadoenUCIconleveDilatacióndelVD(valordelíndicedevolumendiastólicofinaldelVD(EDVi)de970mlpormetrocuadrado)yalteraciónsistólicamoderadadelVD(FE-VDdel40%)conLGEyedemadetipodifusodelaparedlibredelVDindicativodemiocarditisElexamenhistopatológicoarrojóundiagnósticodemiocarditisnecrotizanteparaelpaciente[rightventricular(RV)-EFof63%)withnormalvaluesfortheRVvolumeindicesexceptinoneICU-admittedpatientwithmildRVdilation(RV-enddiastolicvolumeindex(EDVi)valueof970mlpersquaremeter)andmoderateRVsystolicderangement(RV-EFof40%)withLGEanddiffuse-typeedemaofRVfreewallindicativeofmyocarditisHistopathologicalexaminationyieldedadiagnosisofnecrotizingmyocarditisforthepatient

Plus de 52 % (n=9) des individus présentaient des critères diagnostiques de myocardite et d’œdème de type focal chez 78 % (n=7) des patients, compromettant principalement la partie inférieure de la paroi médio-basale et le septum (67 % , n=5). ). Les images T2 de tous les patients ont montré des valeurs élevées de 55 ms. De plus, tous les individus (sauf un patient) avaient une LGE non ischémique impliquant la paroi inférieure et le septum (63 %, n = 5), avec une charge cicatricielle mineure impliquant 1,0 % de la masse myocardique. Chez 24 % (n = 4) des patients, un œdème de type focal avec LGE ischémique a été observé dans quatre segments myocardiques, indiquant un infarctus aigu du myocarde.

Dans le groupe cPACS, 22 personnes (64 % d’hommes, l’âge médian des patients était de 38 ans) ont subi une RMC pour des symptômes cardiaques persistants tels que la dyspnée (45 %, n = 10) et des douleurs thoraciques récurrentes (55 %, n = 10). 12). Dix personnes avaient des antécédents d’hospitalisation associés au COVID-19 avec des taux élevés de hs-cTnT parmi sept personnes (pic médian de 238 ng/L) sans antécédent de coronaropathie de type obstructif (maladie coronarienne). Plus de 58% des patients avaient une arythmie ventriculaire. D’autres changements comprenaient des anomalies du mouvement des parois et un dysfonctionnement ventriculaire.

Parmi les patients atteints de cPACS, les résultats de la CMR comprenaient une myocardite de type actif, une myocardite cicatrisée et une péricardite chez 36 % (n = 8), 14 % (n = 3) et 9,0 % (n = 2) des patients, respectivement. . Plus de 26 % (n = 6) des patients ont reçu un diagnostic de cardiomyopathies diverses, y compris une cardiomyopathie dilatée (DCM), un prolapsus de la valve mitrale avec des caractéristiques arythmogènes et une non-compaction du myocarde chez trois, deux et un patient, respectivement. Les résultats CMR étaient normaux chez trois patients.

Lire aussi  Les anciens utilisateurs de stéroïdes anabolisants sont plus susceptibles de développer une maladie cardiaque

Six personnes atteintes de myocardite de type actif ont présenté un œdème focal impliquant deux segments, avec des valeurs de T2 supérieures à 55 ms. Des profils de LGE non ischémiques ont été observés dans la paroi basale médiale sur la face latérale (63 % des cas, n = 5) impliquant deux segments myocardiques avec une charge cicatricielle de 2,0 %. Les trois personnes atteintes de myocardite guérie n’ont montré aucun œdème, LGE dans quatre segments de la paroi inférieure et latérale et des valeurs de T2 dans la plage normale.

Dans l’ensemble, les résultats de l’étude ont montré que parmi les personnes ayant présenté des symptômes de type myocardite dans les phases aiguës et post-aiguës de COVID-19, l’imagerie CMR a permis une caractérisation non invasive des lésions cardiaques ischémiques et non ischémiques et des cardiomyopathies non démêlées. Par conséquent, la technique devrait être intégrée au travail de diagnostic des patients COVID-19 pour permettre des soins personnalisés et avancés aux patients et réduire le fardeau sanitaire des infections par le SRAS-CoV-2.

Référence magazine :
  • Palmisano A, Vignale D, Bruno E, et al. Résultats de l’IRM cardiaque chez les patients COVID-19 aigus et post-aigus avec suspicion de myocardite. Échographie J Clin. 2022;1-9. doi : 10.1002/jcu.23416, DOI :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *