Suchandrima Bhowmik

Effets neuronaux du COVID-19 sur les symptômes dépressifs

Le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2), l’agent pathogène responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), a infecté plus de 550 millions de personnes et causé plus de 6,3 millions de décès dans le monde.

Étudier: L’homogénéité cérébrale régionale altérée est associée à des symptômes dépressifs dans le COVID-19. Crédit d’image : Stivog/Shutterstock.com

Arrière plan

Certains des symptômes courants associés au COVID-19 comprennent la fièvre, la faiblesse, la toux, la dyspnée, la fatigue, la diarrhée, les vomissements, l’hypogueusie et l’hyposmie. Bien que la plupart des patients atteints de COVID-19 présenteront des symptômes bénins, environ 15 % souffriront d’une maladie grave et 5 % connaîtront des conditions potentiellement mortelles.

Outre les symptômes cliniques, divers symptômes neuropsychiatriques ont également été signalés chez des patients atteints de COVID-19. En effet, plusieurs méta-analyses ont mis en évidence que ces patients sont plus susceptibles de développer des neuropathies aiguës, une dépression, des troubles du sommeil, de l’anxiété, une encéphalite, une fatigue chronique, des troubles liés au stress et des accidents vasculaires cérébraux.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les symptômes cognitifs et psychiatriques associés au COVID-19 pourraient être dus aux effets neuronaux de cette infection ou de ses traitements. Cependant, ces symptômes peuvent également se développer en raison de préoccupations concernant l’infection, l’isolement social, les changements de mode de vie et la détérioration des conditions de vie. Bien que ces facteurs surviennent généralement pendant la phase aiguë de l’infection, ils peuvent également persister plusieurs mois après la guérison.

Les progrès récents de la littérature sur la neuroimagerie ont permis aux chercheurs d’étudier les altérations cérébrales structurelles liées au COVID-19. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a par exemple mis en évidence des anomalies du lobe médiotemporal, ainsi que la détection de microhémorragies dans la substance blanche, chez des patients atteints de COVID-19.

Une autre étude impliquant des participants de la UK Biobank (UKB) a rapporté une réduction significative de l’épaisseur de matière grise dans le cortex orbitofrontal, ainsi que dans le gyrus parahippocampique. Une réduction globale de la taille du cerveau a également été observée chez les patients COVID-19 par rapport aux témoins sains.

De plus, l’hypométabolisme de la tomographie par émission de positrons (TEP) dans le gyrus olfactif, ses régions limbiques/paralimbiques connectées, ainsi que le thalamus droit et le gyrus parahippocampique droit, ont également été signalés chez des patients COVID-19. Malgré de nombreuses anomalies cérébrales signalées, une seule étude utilisant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle à l’état de repos (rs-fMRI) a été menée chez des patients atteints de COVID-19.

un nouveau Journal des troubles affectifs L’étude a utilisé l’homogénéité régionale (ReHo) pour identifier les anomalies cérébrales chez les patients qui se sont remis du COVID-19 sans aucun symptôme psychiatrique ou neurologique majeur. L’étude actuelle impliquait trois hypothèses, dont la première supposait que les patients COVID-19 montreraient une anxiété, des symptômes dépressifs et une fatigue plus élevés que les HC.

De plus, les chercheurs ont émis l’hypothèse que le COVID-19 présenterait des altérations de l’homogénéité régionale dans les zones cérébrales associées à ces conditions et que ses symptômes psychopathologiques seraient associés à des altérations de la connectivité fonctionnelle régionale.

Lire aussi  Les médecins découvrent les causes génétiques et virales des végétations adénoïdes élargies chez les enfants

À propos de l’étude

L’étude actuelle comprenait un total de 85 patients COVID-19 et 17 témoins sains. Les patients atteints de COVID-19 n’ont été inclus dans l’étude que s’ils avaient un test d’écouvillonnage moléculaire SARS-CoV-2 positif. Les patients ayant déjà reçu un diagnostic de troubles neurologiques, ainsi que ceux recevant actuellement des traitements psychopharmacologiques, ont été exclus de l’étude.

Des IRM ont été obtenues dans les neuf mois suivant un test positif au SRAS-CoV-2, suivi d’une imagerie. Une analyse d’homogénéité régionale (ReHo) a été réalisée pour déterminer les anomalies cérébrales locales lorsque le cerveau est au repos.

Les symptômes d’anxiété, les symptômes dépressifs et la fatigue ont été évalués cliniquement à l’aide de l’échelle des troubles anxieux généraux (GAD-7), du questionnaire sur la santé du patient (PHQ-9) et de l’inventaire de la fatigue multidimensionnelle (MFI), respectivement.

Résultats de l’étude

La plupart des patients ont signalé cinq symptômes au cours de la phase aiguë de leur infection, les symptômes les plus courants étant la fatigue, la fièvre, les maux de tête, les douleurs musculaires et la toux. Au total, 28 patients ont été hospitalisés et 44 ont signalé des symptômes persistants lors de leur IRM.

Les patients COVID-19 avaient des scores PHQ-9 plus élevés que les témoins sains, tandis qu’aucune différence dans les scores GAD-7 et MFI n’a été observée entre les deux groupes. Les patients COVID-19 ont également présenté une ReHo plus élevée dans l’hippocampe droit et une ReHo réduite dans le gyrus temporal supérieur/moyen droit, le gyrus angulaire gauche et le gyrus temporal inférieur gauche. Aucune différence dans les valeurs de ReHo n’a été observée entre les patients COVID-19 avec et sans fièvre.

Lire aussi  Le nouvel énoncé de position de la Sleep Research Society préconise l'élimination de l'heure d'été

Une corrélation négative a été observée entre les scores PHQ-9 et ReHo dans le gyrus angulaire gauche. Comparativement, une corrélation positive a été observée entre les scores PHQ-9 et ReHo dans l’hippocampe droit.

conclusion

La présente étude a démontré que la connectivité fonctionnelle locale anormale observée dans les régions pariéto-temporales du cerveau des patients atteints de COVID-19 peut entraîner des symptômes dépressifs. Cette observation peut être utilisée pour aider au développement de stratégies thérapeutiques spécifiques contre les symptômes psychopathologiques qui amélioreraient la qualité de vie générale des patients COVID-19. Des recherches supplémentaires dans une population plus large et plus homogène sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Limites

L’étude comporte certaines limites. Premièrement, la durée entre le premier test SARS-CoV-2 positif et l’acquisition de l’IRM variait significativement. Deuxièmement, les patients COVID-19 ont montré une hétérogénéité des symptômes.

Troisièmement, les résultats de la présente étude ne peuvent être généralisés en raison de sa nature transversale. Enfin, l’évaluation rétrospective des symptômes psychopathologiques pourrait entraîner un biais de rappel.

Référence du magazine :
  • Cattarinussi, G., Miola, A., Trevisan, N., et coll. (2022). L’homogénéité cérébrale régionale altérée est associée à des symptômes dépressifs dans le COVID-19. Journal des troubles affectifs. doi:10.1016/j.jad.2022.06.061.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *