Tarun Sai Lomté

COVID prolongé lié à un taux plus élevé de congés de maladie

Dans une étude récente publiée dans le medRxiv*serveur de préimpression, des chercheurs au Danemark ont ​​examiné les associations entre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et l’infection post-aiguë après un congé de maladie.

Étude : Covid-19 et congé de maladie post-aigu : une étude hybride d'enregistrement-questionnaire dans la population adulte danoise.  Crédit d'image : OlivierLeMoal / Shutterstock.com

Étude: Covid-19 et arrêt de travail post-aigu : une étude hybride par enregistrement et questionnaire dans la population adulte danoise. Crédit d’image : OlivierLeMoal / Shutterstock.com

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Arrière-plan

Le COVID prolongé est défini comme la persistance des symptômes post-aigus chez les personnes précédemment infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). On estime que jusqu’à 20 % des personnes infectées développent une COVID prolongée.

Une étude antérieure a identifié les congés de maladie comme un indicateur potentiel de symptômes prolongés de COVID au Danemark. Pourtant, la mesure dans laquelle ces symptômes se traduisent par une capacité de travail n’est pas bien définie.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont évalué les associations entre le COVID-19 et les congés de maladie après une infection aiguë dans la population adulte danoise.

Les données de l’enquête nationale EFTER-COVID (AFTER-COVID), lancée en août 2021, ont été utilisées pour évaluer la santé publique pendant la pandémie de COVID-19, en mettant l’accent sur le COVID prolongé.

Les résidents danois ont été invités à participer via un système national de messagerie numérique basé sur les résultats des tests de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR) du SRAS-CoV-2 dans la base de données de la microbiologie danoise.

Lire aussi  La Californie dit qu'elle ne peut plus se permettre d'aider les tests covid, les vaccins pour les migrants

Les témoins de test négatifs sans résultat positif dans la base de données à tout moment avant l’enquête ont été sélectionnés au hasard. Cette analyse a inclus les participants qui ont répondu à l’enquête neuf mois après leur test RT-PCR. Les données de l’enquête ont été intégrées aux données du registre sur l’âge, le sexe, la vaccination, les résultats des tests COVID-19, les réinfections et les comorbidités.

Le questionnaire a été conçu pour obtenir des informations sur les caractéristiques de base des participants et les congés de maladie entre les dates du test et de l’enquête. L’équipe a obtenu des données sur les diagnostics des patients hospitalisés et ambulatoires du registre national danois des patients (DNPR).

On a demandé à tous les participants s’ils avaient pris un congé de maladie au moment du test ou après. Ceux qui ont répondu par l’affirmative ont été invités à indiquer la durée et s’il s’agissait d’un congé à temps partiel ou à temps plein.

La prévalence d’importants congés de maladie à temps plein ou à temps partiel, c’est-à-dire des congés de maladie à temps plein ou à temps partiel pendant plus de quatre semaines après l’infection, a été comparée entre les sujets positifs et négatifs au test en utilisant les différences de risque.

recommandations

Dans l’ensemble, 106 917 des 294 035 invités ont répondu à l’enquête neuf mois après avoir été testés pour le COVID-19. Après exclusions, la population de l’étude était composée de 88 818 participants, dont 37 482 individus positifs au SRAS-CoV-2. Ils avaient en moyenne 45 ans ; la plupart des participants (64,3 %) étaient des femmes.

Lire aussi  Les patients atteints de MICI sont plus susceptibles d'avoir un AVC que les personnes non atteintes de la maladie

Moins de 1 % ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19. Environ 16,6% des participants étaient obèses. La dépression, l’anxiété et l’hypertension artérielle étaient les autres affections préexistantes courantes. La prévalence des congés de maladie importants était plus élevée chez les sujets positifs au test à 4,5 % contre 1,4 % chez les témoins.

Il était similaire dans tous les groupes d’âge chez les témoins, mais augmentait avec l’âge chez les participants infectés. Il convient de noter que 21% des personnes testées positives qui ont pris un congé de maladie important ont reçu un diagnostic de COVID prolongé, contre 1,6% des personnes infectées qui n’ont pas pris de congé. Les personnes infectées étaient plus à risque de prendre des congés de maladie à temps plein que les témoins.

La différence de risque était atténuée lorsque les congés de maladie étaient considérablement augmentés et définis comme étant d’au moins six mois. Les différences de risque étaient plus importantes pour les femmes que pour les hommes et pour les personnes âgées de 50 ans et plus que pour la population générale. Les différences de risque les plus importantes concernaient les personnes atteintes de fibromyalgie, de maladie pulmonaire obstructive commune (MPOC) ou d’autres maladies pulmonaires, et de diabète.

Les travailleurs de la santé étaient exposés à un risque accru différent de celui de la population générale. Les personnes infectées étaient également plus susceptibles de prendre des congés de maladie à temps partiel substantiels que les témoins.

Cependant, le risque d’arrêt de travail important à temps partiel est plus faible chez les personnes âgées de 50 ans et plus que celui d’arrêt de travail important à temps plein, mais similaire à celui de la population générale.

Lire aussi  Étude : Près d'une personne sur cinq pourrait souffrir d'apnée obstructive du sommeil

conclusion

L’équipe a noté que les personnes infectées par le SRAS-CoV-2 couraient un risque plus élevé de prendre un congé de maladie considérable. Plus d’un cinquième des personnes infectées avaient également un diagnostic à long terme de COVID. Les principales limites de l’étude comprennent la conception de l’auto-évaluation et le possible biais de rappel.

De plus, la durée du congé de maladie n’a pas été attribuée uniquement à la longue durée du COVID, car le questionnaire a capturé l’état du congé de maladie en général. De plus, un biais de participation était également probable, car les personnes ayant des problèmes de santé ou des symptômes ont exprimé plus d’intérêt à participer.

Pris ensemble, les résultats suggèrent que parmi les sujets infectés par le SRAS-CoV-2, 33 personnes supplémentaires sur 1 000 ont pris un congé de maladie important entre un et neuf mois après une infection aiguë par rapport aux témoins. Les femmes, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes telles que la fibromyalgie, l’obésité et la MPOC étaient les plus touchées.

*Nouvelles importantes: medRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique/les comportements liés à la santé, ou traités comme des informations établies.

Référence magazine :
  • Rapport scientifique préliminaire.
    O’Regan, E. et al. (2023) « Covid-19 et congé de maladie post-aigu : une étude hybride registre-questionnaire dans la population adulte danoise ». medRxiv., faire: 10.1101/2023.03.31.23288004.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *