Suchandrima Bhowmik

Qu’est-ce qui cause l’insomnie et comment la traiter ?

L’insomnie, caractérisée par des difficultés à dormir, est un problème de santé courant qui cause de la détresse et de l’insatisfaction quant à la qualité et à la quantité de sommeil. L’insomnie est différente de la privation intentionnelle de sommeil, car les personnes souffrant d’insomnie veulent non seulement dormir, mais peuvent même essayer de forcer le sommeil.

Des estimations récentes indiquent que 10 à 20 % des personnes souffrant d’insomnie souffrent également de troubles psychosociaux, médicaux, psychiatriques et du sommeil sous-jacents. Le fonctionnement diurne est affecté par l’insomnie à court et à long terme, tandis que l’insomnie chronique peut avoir de graves répercussions sur la santé et la société.

Étude : Insomnie. Crédit d’image : Kleber Cordeiro / Shutterstock.com

Un nouvel article dans Cliniques médicales nord-américaines journal par Eliza L. Sutton MD, Département de médecine, Université de Washington évalue les symptômes de l’insomnie et leur traitement tels que rapportés par les patients dans les établissements de soins primaires.

modèles d’insomnie

L’insomnie est classée selon son schéma et sa durée pendant la nuit.

L’insomnie aiguë peut être traitée en s’attaquant aux facteurs qui la causent ou en prenant des médicaments sédatifs-hypnotiques pour prévenir le développement de l’insomnie chronique. Comparativement, l’insomnie chronique peut conduire à des croyances dysfonctionnelles concernant le sommeil, notamment l’impuissance, le désespoir et la peur des conséquences de la perte de sommeil.

L’insomnie peut également être classée en trois types, selon le moment de son apparition. Ceux-ci comprennent l’insomnie d’endormissement, l’insomnie de maintien du sommeil et l’insomnie terminale.

Physiopathologie de l’insomnie et du sommeil

Le sommeil consiste en deux états physiologiques, à savoir le sommeil à mouvements oculaires rapides (REM) et le sommeil non REM (NREM). Pendant le sommeil REM et NREM, le corps et le cerveau se comportent de différentes manières. Par exemple, NREM se compose de quatre étapes, les étapes 3 et 4 étant plus profondes et connues sous le nom de sommeil « à ondes lentes ».

Les troubles du sommeil dans lesquels une personne se réveille partiellement d’un sommeil profond ou d’un sommeil paradoxal à un stade de sommeil plus léger, ou à un bref réveil, peuvent se présenter comme un sommeil interrompu (insomnie) ou un sommeil non réparateur.

Les états d’éveil et de sommeil sont sous contrôle homéostatique et circadien. L’horloge interne, qui régit le rythme circadien des cycles veille-sommeil, peut être influencée par des facteurs génétiques et environnementaux. Par exemple, une augmentation du temps écoulé depuis le dernier sommeil augmente le lecteur homéostatique, tandis que la qualité rafraîchissante du sommeil le diminue.

Lire aussi  L'UC recrute des patients dans des essais cliniques de nouveaux traitements contre le SSPT

Le schéma quotidien de fatigue et de vigilance, également connu sous le nom de « chronotype », est déterminé par de nombreux gènes présentant des polymorphismes. Le chronotype d’un individu fluctue tout au long de l’enfance et de l’adolescence jusqu’à ce qu’il se stabilise finalement à l’âge de 25 ans.

L’insomnie peut être causée par l’influence de facteurs qui favorisent l’éveil des heures avant de dormir. Ceux-ci peuvent inclure l’exposition à une lumière vive, une position corporelle droite, la consommation de caféine ou la pratique d’une activité mentalement stimulante. De plus, l’insomnie peut provenir d’un sommeil forcé, qui peut être contre-productif et, au contraire, conduire à l’éveil.

Troubles du sommeil se présentant comme de l’insomnie

Il reste peu d’informations sur les raisons pour lesquelles l’insomnie apparaît comme un symptôme d’autres problèmes de santé. Certains troubles du sommeil courants qui se présentent souvent sous forme d’insomnie comprennent le syndrome des jambes sans repos (SJSR), les troubles du rythme circadien et l’apnée du sommeil.

Le SJSR est un trouble courant avec une prévalence d’environ 10 %. Cette condition est le plus souvent observée chez les personnes âgées, les femmes, pendant la grossesse et les personnes souffrant de maladies chroniques.

Les patients atteints du SJSR ont signalé des taux deux à trois fois plus élevés de difficulté à rester et à s’endormir par rapport à la population générale. Les mouvements périodiques des membres (PLMS) se sont également avérés aussi répandus que le SJSR et causent des difficultés à rester endormi.

Les troubles du rythme circadien se caractérisent par des sensations occasionnelles de somnolence 24 heures sur 24 et d’être trop éveillé à d’autres moments de la journée qui ne correspondent pas à la norme sociale.

Lire aussi  Les médecins prescrivent moins d'analgésiques pendant la nuit que pendant la journée

Le syndrome de retard de phase du sommeil (DSPS) est un type de trouble du rythme circadien dans lequel les gens se couchent et se réveillent plus tard que les autres. Le DSPS est associé à des taux plus élevés de tabagisme, de consommation de caféine, de consommation d’alcool, de dépression et de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). D’autres troubles du rythme circadien courants comprennent le trouble du rythme circadien autre que sur 24 heures et le syndrome du sommeil en phase avancée (ASPS).

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) peut se présenter sous forme d’insomnie due à de brèves périodes d’éveil entre les sommeils. Le SAOS peut également coexister avec certains types d’insomnie, comme l’insomnie psychophysiologique.

L’AOS est assez fréquente dans la population générale et est principalement associée à des maladies chroniques telles que l’obésité et l’hypertension, et le risque de cette maladie augmente avec l’âge et l’indice de masse corporelle (IMC). L’apnée centrale du sommeil (ASC) peut également se présenter sous forme d’insomnie ; cependant, sa prévalence n’est pas entièrement décrite dans la population générale.

OSA et CSA peuvent coexister chez le même patient. Cependant, le CSA peut devenir un problème après un traitement par pression positive continue (CPAP) pour l’AOS s’il survient chez le même patient.

Évaluation de l’insomnie

Comprendre les antécédents médicaux d’un patient est important pour l’évaluation de l’insomnie. Les questionnaires sur la gravité de l’insomnie, le risque d’OSA, le SJSR et le chronotype sont couramment utilisés dans la recherche et la pratique de la médecine du sommeil. Les caractéristiques du SJSR, du trouble du rythme circadien et de l’apnée du sommeil doivent également être examinées.

Les travaux de laboratoire, un examen physique et des tests de sommeil ne sont pas particulièrement utiles pour évaluer l’insomnie. Cependant, dans certains cas, la polysomnographie (PSG) peut être utile pour évaluer l’insomnie, par exemple lorsque le PLMS ou l’apnée du sommeil est suspecté ou lorsque les patients ont des antécédents de perturbation du rythme circadien.

Traitement

La pharmacothérapie de l’insomnie repose sur 2 approches générales : stimuler un système favorisant le sommeil (via les récepteurs GABAA ou mélatonine) ou supprimer un ou plusieurs systèmes favorisant l’éveil (notamment via les récepteurs de l’histamine, de l’acétylcholine et/ou de la sérotonine).

Ramelteon est un agoniste des récepteurs de la mélatonine qui a reçu l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour le traitement de l’insomnie. Les agonistes des récepteurs des benzodiazépines (BDZ), également connus sous le nom de médicaments Z, sont également utiles dans le traitement de l’insomnie aiguë et chronique.

Lire aussi  Comprendre comment le cerveau apprend de nouveaux concepts a le potentiel de résoudre les problèmes cognitifs

L’hygiène du sommeil est une intervention non pharmacologique importante qui peut aider les personnes souffrant d’insomnie. La thérapie cognitivo-comportementale pour l’insomnie (TCC-I) s’est également avérée efficace pour les personnes souffrant d’insomnie comorbide, d’insomnie primaire et d’insomnie conditionnée. En fait, la TCC-I est plus efficace que la méditation du sommeil et la thérapie de relaxation.

Les agonistes dopa ou les ligands a(2)d sont également efficaces dans le traitement du SJSR ou du SPM. L’apnée du sommeil peut être traitée en réduisant l’obstruction des voies respiratoires, la pression positive à deux niveaux ou la pression positive continue (CPAP) étant le traitement standard.

Éviter la position couchée pour dormir peut également aider à réduire l’apnée du sommeil. Les cas chroniques d’apnée du sommeil nécessitent une intervention chirurgicale pour retirer les tissus obstruants.

Les troubles du rythme circadien peuvent être traités avec une approche à quatre volets qui comprend la gestion des attentes, la chronothérapie, la luminothérapie et la supplémentation en mélatonine.

conclusion

L’insomnie est un trouble largement répandu qui affecte les gens partout dans le monde. La gravité de cette affection diffère d’une personne à l’autre et apparaît plus souvent en conjonction avec d’autres affections médicales et chez les personnes âgées.

Les antécédents médicaux du patient, ainsi que l’existence de tout autre trouble du sommeil, doivent être évalués avec précision pour diagnostiquer de manière concluante un patient souffrant d’insomnie. Les deux approches les plus courantes pour traiter l’insomnie sont le maintien de l’hygiène du sommeil et les médicaments sédatifs. Certains changements de mode de vie peuvent également prévenir les cas chroniques d’insomnie.

Référence du magazine :
  • Sutton, E.L. (2022). Insomnie. Cliniques médicales d’Amérique du Nord. c:10.1016/j.mcna.2014.01.008.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.