Dr Liji Thomas, MD

Parcours parfumé vers une alimentation saine : une étude révèle l’influence des odeurs sucrées sur les préférences alimentaires

Avec l’augmentation des taux d’obésité et de maladies non transmissibles dans le monde, on se préoccupe beaucoup d’encourager les gens à faire des choix alimentaires sains dans le cadre d’une alimentation équilibrée et adéquate.

Un nouvel article publié dans le Food Quality and Preference Journal explore le rôle des signaux sensoriels, tels que les odeurs, dans la promotion de tels choix sains.

Étude : Comment les odeurs sucrées affectent les choix alimentaires sains : Une étude de suivi oculaire.  Crédit image : JuiceFlair/Shutterstock.comÉtude: Comment les odeurs sucrées affectent les choix alimentaires sains : une étude de suivi oculaire. Crédit image : JuiceFlair/Shutterstock.com

Introduction

Les choix alimentaires sains dépendent de diverses directives et traditions personnelles et environnementales ainsi que de la disponibilité, de l’accessibilité et de l’abordabilité des aliments.

Les aliments riches en énergie sont toujours plus disponibles et accessibles que les aliments sains qui ont des niveaux réduits de sel, de sucre et de matières grasses.

Cela soulève la question de savoir si les gens pourraient être préparés à faire des choix alimentaires sains en utilisant des signaux environnementaux sensoriels. Par exemple, un tableau nutritionnel plus attrayant visuellement encourage les gens à choisir des aliments plus nutritifs.

Les odeurs révèlent souvent à l’avance des informations sur la teneur en nutriments et le goût d’un aliment. De plus, les gens ont tendance à choisir et à manger de plus grandes quantités d’aliments congruents lorsqu’ils sont exposés à leurs odeurs au préalable, comme des desserts fruités après avoir senti des odeurs de poire et des desserts riches après avoir senti du chocolat.

Il est important de souligner que ces odeurs doivent être suffisamment subtiles pour que leur impact soit inconscient ; la perception consciente de l’odeur d’un aliment a tendance à être moins efficace en ce qui concerne les choix comportementaux, car elle entre en concurrence avec d’autres pensées conscientes.

Lire aussi  La molécule synthétique Pep19 aide à réguler et à équilibrer les fonctions métaboliques clés, selon une étude

Cependant, les collations sucrées reçoivent toujours plus d’attention visuelle et sont choisies plus fréquemment, quelle que soit l’exposition antérieure aux odeurs.

L’étude

La présente étude visait à évaluer l’impact des odeurs d’aliments sucrés sur les choix alimentaires ultérieurs effectués par les participants. La relation entre ces odeurs et l’attention visuelle à différents aliments était un domaine d’intérêt dans cette expérience.

Sur les 53 participants à l’étude, tous ont été exposés à deux odeurs d’aliments sucrés. Le premier concernait les odeurs associées aux aliments sains, à savoir la pomme et le melon. La deuxième catégorie était constituée d’odeurs identifiées comme des aliments malsains comme le chocolat ou le caramel.

Chaque participant a subi deux séances. Chaque individu a été exposé à ces odeurs pendant 10 minutes, chacune associée à un aliment sain et à un aliment malsain. Après cela, ils devaient chacun choisir l’un des huit aliments, dans le but d’évaluer les associations possibles entre les odeurs alimentaires saines et les choix alimentaires sains.

Qu’a montré l’étude ?

Étonnamment, l’exposition aux odeurs n’a eu aucun effet apparent sur les choix alimentaires sains ou malsains. Dans l’ensemble, les aliments sains avaient tendance à être choisis plus fréquemment, quelle que soit l’exposition antérieure aux odeurs.

Ceux qui ont senti des odeurs d’aliments sains ont montré une fixation visuelle sur les aliments de n’importe quelle catégorie pendant 0,11 seconde de plus. En revanche, aucune différence dans la durée de fixation n’a été observée entre les aliments congruents et non congruents.

Lire aussi  Une étude des effets des suppléments de bêta-alanine sur la performance des soldats

Après exposition à des odeurs saines, la fixation du premier aliment était également plus longue, qu’elle soit saine ou malsaine.

Lorsque le nombre de fixations a été mesuré, les odeurs saines étaient associées à 0,15 fois plus de fixations visuelles aux produits alimentaires que les odeurs malsaines. Là encore, il n’y a eu aucun effet sur la cohérence.

Comme prévu, la fixation visuelle était associée au choix alimentaire. Les personnes qui regardaient un aliment le plus longtemps étaient plus de 1,6 fois plus susceptibles de le choisir, tandis que celles qui le regardaient plus fréquemment étaient 53 % plus susceptibles de le choisir.

Quelles sont les implications ?

Les odeurs sont censées déclencher des réflexions sur les aliments correspondants et ainsi déclencher des choix alimentaires congruents. Cependant, cela n’a pas été observé dans l’étude actuelle, dans laquelle les participants avaient tendance à faire des choix alimentaires sains plus fréquemment, quelle que soit l’odeur sucrée à laquelle ils avaient été exposés pour la première fois.

Cette étude n’a pas choisi d’aliments aux saveurs congruentes avec l’odeur la plus fréquemment perçue auparavant. Cela pourrait être dû à la concentration extrêmement faible de l’odeur, qui a complètement échappé à la perception.

Malgré cela, il se peut qu’une certaine durée d’exposition soit nécessaire pour produire un effet spécifique sur le choix alimentaire. La période d’exposition de dix minutes a peut-être été trop longue pour préparer le participant. Cependant, une étude précédente a montré que des périodes allant jusqu’à 20 minutes étaient compatibles avec des modifications du comportement alimentaire dépendantes de l’odeur.

Lire aussi  Les régimes peuvent-ils inverser ou retarder le vieillissement ?

Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour identifier ces limites afin que les odeurs environnementales puissent être mieux manipulées pour aider à encourager des choix alimentaires sains. Ceci est particulièrement important car la plupart de ces études n’ont pas été bien reproduites et les méta-analyses ne montrent aucun effet significatif de l’odeur sur le choix des aliments.

Cependant, une fixation visuelle accrue après une exposition à des odeurs saines peut indiquer un traitement cognitif plus profond des informations visuelles sur les aliments, avec une prise de décision moins consciente.

Les participants étaient peut-être plus conscients de leur prise de décision lorsqu’ils étaient dans un « état d’esprit sain » en raison de l’exposition à des odeurs saines..”

D’autre part, le haut niveau d’éducation des participants, pour la plupart issus d’une université avec de fortes préférences alimentaires et de santé, peut avoir influencé leurs attitudes envers les choix alimentaires.

Des recherches futures sont nécessaires pour établir quels concepts alimentaires (sains ou sensoriels) peuvent être amorcés par les odeurs environnementales afin de mieux comprendre comment et dans quelles circonstances les odeurs peuvent affecter les comportements de choix alimentaires..”

Référence magazine :
  • Yang, X., Zandstra, E. et Boesveldt, S. (2023) « Comment les odeurs sucrées affectent les choix alimentaires sains : une étude de suivi des yeux », Qualité et préférence des aliments, p. 104922. faire: 10.1016/j.foodqual.2023.104922.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *