Neha Mathur

L’exposition antérieure aux polluants atmosphériques et la charge de carbone noir prédisent les résultats chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19

Dans une étude récente publiée dans Magazine respiratoire européenLes chercheurs ont cherché à savoir si l’accumulation de particules de carbone noir (BC) dans le sang augmentait le risque de gravité de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), y compris un risque accru d’admission en unité de soins intensifs (USI) et d’hospitalisation prolongée.

À cette fin, ils ont utilisé un nouveau marqueur d’exposition au BC qui a permis de quantifier la charge interne de carbone noir dans le sang total à l’aide d’une méthode de détection basée sur la génération de lumière blanche par des particules de carbone sous un éclairage pulsé.

En outre, l’équipe a estimé les coûts des soins de santé associés à l’exposition à la pollution de l’air.

Étude : La pollution de l'air ambiant avant l'admission et les particules de suie sanguine prédisent les résultats d'hospitalisation chez les patients atteints de COVID-19.  Crédit d'image : MicheleUrsi/Shutterstock.comÉtude: La pollution de l’air ambiant avant l’admission et les particules de suie sanguine prédisent les résultats d’hospitalisation chez les patients atteints de COVID-19. Crédit d’image : MicheleUrsi/Shutterstock.com

Arrière-plan

Des études épidémiologiques suggèrent que la génétique et la pollution de l’air modulent les résultats de la maladie en augmentant la sensibilité des patients au COVID-19.

in vitro Des études ont montré qu’une exposition à long terme à des particules de moins de 2,5 µm de diamètre (PM2.5) augmente l’expression de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) et des protéines transmembranaires sérine protéase de type 2 (TMPRSS2) essentielles à l’entrée du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) dans les cellules hôtes, un corrélat de la sensibilité à COVID 19.

De plus, plusieurs études utilisant des données au niveau des patients ont montré des associations entre la pollution de l’air à long terme et le risque d’hospitalisation, le risque d’admission aux soins intensifs et la mortalité.

Cependant, il y a peu d’études de cohorte évaluant la pression financière sur les systèmes de santé due à l’hospitalisation prolongée des patients COVID-19.

Lire aussi  Le deuil lié à un risque accru de décès chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque

Cependant, certaines études récentes ont montré que l’exposition à court et à long terme à la pollution atmosphérique particulaire et gazeuse avant l’hospitalisation prolongeait la durée de la ventilation mécanique chez les patients gravement malades non infectés par le COVID-19, ce qui soulève la possibilité que la pollution de l’air puisse être associée à la la gravité de la maladie COVID-19 également.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les enquêteurs ont recruté 328 patients hospitalisés avec une réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR) confirmé COVID-19 en Belgique entre mai 2020 et mars 2021, dont 233 ont demandé une admission à l’hôpital et 50 ont nécessité une admission en USI.

L’équipe a enregistré leurs caractéristiques démographiques et cliniques et des informations sur l’éducation et la profession. Ils ont utilisé leurs échantillons de sang et d’urine pour effectuer des mesures biochimiques et hématologiques, y compris la protéine C-réactive (CRP) et le nombre absolu de globules blancs (WBC). Les critères de jugement principaux de l’essai étaient la durée de l’hospitalisation et la nécessité d’une admission en USI.

Les critères d’évaluation secondaires comprenaient l’utilisation de vasopresseurs et la saturation en oxygène du sang. De plus, les chercheurs ont recueilli des données sur les paramètres de comorbidité (indice de comorbidité de Charlson) pour identifier les patients à risque de détérioration clinique supplémentaire.

Lire aussi  L'IMC sous le feu alors que l'AMA appelle à une nouvelle approche pour lutter contre le poids

Enfin, ils ont utilisé des modèles de régression linéaire multiple pour évaluer l’association entre les résultats d’étude prédéfinis et la charge interne de carbone noir.

Résultats

La population étudiée était composée de 328 patients âgés en moyenne de 65,7 ans, dont 148 femmes, et souffraient de diverses comorbidités ; par exemple, 179, 73 et 63 avaient respectivement une insuffisance cardiaque congestive, un diabète et un cancer.

Les auteurs ont noté que pour ces personnes, même des améliorations minimes de la qualité de l’air entraînaient des avantages pour la santé de 40 à 80 % grâce aux nouvelles thérapies pour le COVID-19, par exemple, le traitement médicamenteux remdesivir.

Ces résultats rétablissent l’urgence de réduire les niveaux de pollution de l’air pour améliorer la santé respiratoire à l’échelle mondiale. En outre, ils ont souligné que le Premier ministre à court et à long terme2.5, PMdixet non2 l’exposition a augmenté la durée d’hospitalisation d’environ autant qu’une augmentation de 10 ans de l’âge.

Notamment, la durée moyenne d’hospitalisation pour la cohorte de l’étude était de 16,9 jours, l’âge du patient étant le facteur démographique le plus puissant l’affectant. De plus, en moyenne, les hommes ont une durée d’hospitalisation plus longue que les femmes (+3,99 jours).

La modélisation du décalage distribué (DLM) a aidé les chercheurs à identifier que la semaine précédant l’hospitalisation était la fenêtre temporelle la plus importante pour l’exposition aux polluants de l’air ambiant, par exemple, les PM2.5, BC, et NON2, liés à la durée d’hospitalisation.

Le sexe du patient a également modifié l’association entre PM à court terme2.5 l’exposition et la durée d’hospitalisation, l’effet étant plus prononcé chez les hommes que chez les femmes, probablement parce que les comorbidités sous-jacentes sont plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes, bien que d’autres facteurs biologiques puissent également intervenir.

Lire aussi  La kétamine est prometteuse dans le traitement des troubles liés à la consommation de cocaïne

Les effets des particules environnementales2.5 et PMdix est resté significatif pour l’exposition à court terme aux polluants atmosphériques (l’exposition moyenne sept jours avant l’admission à l’hôpital), tandis que l’exposition au noir de carbone est restée significative pour l’exposition à long terme dans les modèles d’étude ajustés mutuellement.

De plus, ils ont noté une association entre l’exposition à long terme et les chances d’admission aux soins intensifs. Une augmentation de l’intervalle interquartile (IQR) du NO à long terme2, et l’exposition au BC était corrélée avec un rapport de cotes de 2,54 et 2,26, respectivement.

De plus, une augmentation de l’IQR dans la moyenne de NO2 l’exposition sept jours avant l’admission à l’hôpital a augmenté la probabilité d’admission en USI, avec OR = 2,06.

conclusions

En résumé, les résultats de l’étude soutiennent le concept selon lequel même une pollution atmosphérique minimale était préjudiciable aux patients hospitalisés atteints de COVID-19, surchargeant les hôpitaux et augmentant les coûts des soins de santé pendant la pandémie.

Une autre découverte notable était que l’amélioration de la qualité de l’air représenterait environ 50% de l’effet conféré par les nouvelles interventions cliniques pour COVID-19.

De futures études devraient valider ces observations en ce qui concerne les résultats hospitaliers liés au COVID-19, en plus d’évaluer l’effet de la pollution de l’air sur la longue durée du COVID-19. De plus, des études devraient explorer l’impact de la pollution de l’air sur les récepteurs ACE2, en particulier du point de vue de la progression de la maladie.

Référence magazine :
  • Vous, S. et al. (2023) « La pollution de l’air ambiant avant l’admission et les particules de suie sanguine prédisent les résultats d’hospitalisation chez les patients atteints de COVID-19 », Magazine respiratoire européen, p. 2300309. faire: 10.1183/13993003.00309-2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *