Dr Liji Thomas, MD

L’effet de la consommation de café sur la calcification de l’aorte abdominale chez l’adulte

Le café et les boissons contenant de la caféine font partie des boissons les plus populaires au monde. Environ sept personnes sur huit aux États-Unis consomment de la caféine quotidiennement, à raison de 135 mg/jour.

Cependant, la plus forte concentration de caféine se trouve dans le café, parmi les boissons couramment consommées, qui est devenue un centre de recherche parmi les scientifiques qui étudient comment la consommation de café affecte les taux de diverses maladies.

Une nouvelle étude publiée dans Nutrition, métabolisme et maladies cardiovasculaires explore comment la consommation de café affecte l’incidence de la calcification de l’aorte abdominale (CAA), en comparant les adultes souffrant d’hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires (MCV) et ceux qui n’en ont pas.

Étude : Consommation de café et calcification de l'aorte abdominale chez les adultes souffrant ou non d'hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires.  Crédit d'image : NOBUHIROASADA / Shutterstock.comÉtude: Consommation de café et calcification de l’aorte abdominale chez les adultes souffrant ou non d’hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires.. Crédit d’image : NOBUHIROASADA / Shutterstock.com

Introduction

Une consommation modérée de café est associée à un risque moindre de plusieurs maladies, appelées syndrome métabolique, maladie de Parkinson (MP), diabète de type 2 et certains types de cancer. En particulier, une seule tasse de café par jour était associée à un risque de mortalité plus faible.

À l’inverse, l’augmentation aiguë de la pression artérielle après la consommation de café peut sous-tendre l’association d’une consommation élevée de café avec un risque de MCV chez les personnes souffrant d’hypertension sévère.

Le café induit également une insensibilité à l’insuline, et une consommation plus élevée peut augmenter le risque de mortalité toutes causes confondues ainsi que de maladies cardiovasculaires, en particulier chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires.

Ces données indiquent des avantages différentiels du café, en fonction de la présence antérieure d’hypertension, d’hyperglycémie et de maladies cardiovasculaires.

Lire aussi  Des chercheurs créent un matériau respirant pour un moniteur cardiaque portable et multifonctionnel

La calcification des artères coronaires est liée à une moindre consommation de café. Dans la présente étude, la calcification artérielle abdominale a été utilisée comme marqueur précoce de l’athérosclérose, précédant le développement réel de la maladie clinique.

L’objectif était de voir si le café modifiait le profil AAC dans ces deux groupes d’adultes.

Les chercheurs ont utilisé les données de l’enquête nationale sur la santé et la nutrition (NHANES) de 2013-2014, comprenant plus de 2 500 participants. Ils ont évalué la gravité de l’AAC à l’aide de l’absorptiométrie à rayons X à double énergie (DXA).

Trois groupes ont été classés : sans consommation totale de café, faible et élevée, avec un seuil de 390 g/jour ou plus. Les mêmes catégories ont également été formées pour les buveurs de café caféiné. Les buveurs de café décaféiné étaient peu nombreux, donc seuls deux groupes ont été formés à cet égard, à savoir ceux qui buvaient du café décaféiné et les autres.

Le CAA a été noté par le système Kauppila sur la base d’une évaluation visuelle de la gravité de la calcification de la paroi aortique dans chacun des huit segments, quatre postérieurs et quatre antérieurs, obtenus par imagerie DXA de la colonne latérale. Enfin, les scores sont additionnés. Un score> 6 est considéré comme indicatif d’une CAA sévère.

Le tabagisme, les habitudes alimentaires, les maladies rénales, les lipides plasmatiques et d’autres métabolites précieux ont été pris en compte lors de l’analyse des facteurs de risque afin d’atténuer les effets de confusion potentiels.

Lire aussi  Patients atteints de maladies auto-immunes à risque accru de complications après un infarctus

Qu’a montré l’étude ?

La plupart des buveurs de café étaient des fumeurs âgés, blancs et actuels, mais moins étaient diabétiques. Ils avaient également des niveaux moyens de vitamine D et des revenus plus élevés, mais une fonction rénale plus faible et une alimentation de moins bonne qualité.

Aucune association significative n’a été observée entre la consommation de café et les scores CAA dans l’ensemble. Cependant, en présence de l’un de ces facteurs de risque (hypertension, diabète et maladies cardiovasculaires), les personnes ayant une consommation moyenne de café de 390 g/j ou plus (consommation élevée) avaient des scores AAC plus élevés.

Dans le groupe hypertendu, le score AAC était supérieur de 0,72, avec une consommation élevée par rapport à aucune. Cette différence n’a pas été observée chez les patients non hypertendus.

Pour le diabète, la différence était de 1,2 unité, tandis qu’avec les maladies cardiovasculaires, les scores AAC étaient supérieurs de deux unités avec une forte consommation de café. Cela n’était pas observable chez les adultes sans ces maladies.

Ces associations se sont reflétées lorsque les buveurs de café décaféiné et caféiné ont été comparés. Ceux qui buvaient du café décaféiné ne risquaient pas d’avoir des scores AAC plus élevés. Pourtant, les buveurs de café contenant de la caféine présentaient un risque accru, tant qu’ils présentaient l’un des trois facteurs de risque énumérés ci-dessus.

Le risque de CAA sévère était augmenté de 50% chez les personnes ayant une forte consommation. Le risque augmentait à 70 % lorsque l’hypertension était également présente. Les risques de CAA sévère étaient augmentés avec le diabète ou les maladies cardiovasculaires ainsi qu’une consommation excessive de café, bien que la différence avec ceux sans ces conditions soit négligeable.

Lire aussi  Contraceptifs oraux combinés associés à un risque accru de thromboembolie veineuse chez les femmes obèses

Quelles sont les implications ?

Cette étude pionnière montre que…

… les patients souffrant d’hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires devraient se concentrer sur la consommation de café, en particulier de café contenant de la caféine, pour réduire la charge de CAA.”

Le café produit une augmentation aiguë de la pression artérielle, une fonction endothéliale réduite, des réponses plus faibles à l’absorption du glucose, une activation sympathique accrue et des habitudes de sommeil perturbées. Il peut potentiellement aggraver le métabolisme du cholestérol.

Ceux-ci sont généralement compensés par les bienfaits métaboliques de la caféine, mais pourraient avoir des effets délétères en présence de facteurs de risque CAA dans certains sous-groupes. Ceci est corroboré par certaines études montrant un risque de décès par maladie cardiovasculaire chez les personnes hypertendues ou cardiovasculaires qui boivent trop de café.

Boire du café augmente également les risques de mort cardiaque subite chez les personnes atteintes de maladie coronarienne. Cependant, ces résultats ne sont pas concluants, car d’autres recherches montrent des résultats contradictoires.

D’autres études seront nécessaires pour déterminer si ces différences sont dues à des variations dans le type de café, l’origine ethnique ou la durée du suivi.

De manière générale, il est essentiel de noter que les résultats antérieurs démontrant un bénéfice de la consommation de café sur la calcification des artères coronaires ne peuvent être extrapolés aux autres artères, notamment l’aorte abdominale.

Référence magazine :
  • Fan, H. et al. (2023). Consommation de café et calcification de l’aorte abdominale chez les adultes souffrant ou non d’hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires. Nutrition, métabolisme et maladies cardiovasculaires. faire:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *