Tarun Sai Lomté

Le risque d’infection par le SARS-CoV-2 et la gravité de la maladie dans une cohorte d’asthmatiques sévères traités avec des produits biologiques

Dans une étude récente publiée dans Le Journal of Allergy and Clinical Immunology: En pratiqueLes chercheurs ont évalué le risque d’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) chez les patients asthmatiques prenant des produits biologiques.

Étude : Infection par le SRAS-Cov-2 chez des patients asthmatiques sévères traités avec des produits biologiques.  Crédit d'image : Prostock-studio/Shutterstock
Étude : Infection par le SRAS-Cov-2 chez des patients asthmatiques sévères traités avec des produits biologiques. Crédit d’image : Prostock-studio/Shutterstock

Arrière plan

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) reste un risque majeur de santé publique entraînant une morbidité et une mortalité importantes. La cause la plus fréquente de décès par maladie grave est associée à une atteinte pulmonaire, ce qui explique peut-être pourquoi l’asthme et d’autres maladies respiratoires ont été considérés comme des facteurs de risque de COVID-19 grave au début de la pandémie.

Il a été initialement supposé que l’infection par le SRAS-CoV-2 déclencherait une exacerbation de l’asthme car de nombreuses infections respiratoires virales sont des facteurs de risque de crises d’asthme. Cependant, différentes études ont rapporté des résultats controversés sur le risque de COVID-19 sévère chez les patients asthmatiques.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont observé de manière prospective une cohorte de patients souffrant d’asthme sévère traités avec des produits biologiques pour évaluer le risque d’infection par le SRAS-CoV-2 et la gravité et les résultats du COVID-19. Avec les rapports de cas initiaux de COVID-19 en Grèce en mars 2020, les cliniciens respiratoires de tout le pays ont été invités à fournir des données sur les patients asthmatiques prenant des produits biologiques. Les participants éligibles étaient des adultes avec un diagnostic confirmé d’asthme sévère traité avec des produits biologiques pendant au moins quatre mois.

Lire aussi  Une intervention alimentaire précoce peut réduire le risque d'allergie chez les enfants

Les médecins ont suivi les patients de manière prospective (jusqu’en avril 2021) et les ont testés pour le SRAS-CoV-2 s’ils présentaient des symptômes associés au COVID-19. Des données sur la gravité, les résultats et la détérioration de l’asthme lié au COVID-19 ont été recueillies auprès de cas positifs. En outre, des informations sur la démographie, la durée de la maladie, le volume expiratoire maximal en une seconde (FEV1), les traitements de l’asthme et le type et la durée de la thérapie biologique ont été recueillis auprès de tous les participants.

Ils ont défini l’exacerbation de l’asthme comme une aggravation des symptômes asthmatiques, tels que toux, dyspnée, oppression thoracique ou respiration sifflante, nécessitant une utilisation accrue de bronchodilatateurs et un traitement avec des antibiotiques ou des corticostéroïdes systémiques. Pour les cas hospitalisés de COVID-19, ils ont recueilli des données sur la pneumonie associée au SRAS-CoV-2, la durée du séjour, l’admission en unité de soins intensifs (USI) et les besoins en ventilation mécanique.

Résultats

Les médecins de 23 cliniques ont fourni des données sur 591 patients souffrant d’asthme sévère. Plus de 63% des sujets étaient des femmes et l’âge moyen des participants était de 57 ans. La durée moyenne de l’asthme était de 24 ans. La plupart des patients (60,6 %) étaient traités par mépolizumab, 37,1 % par omalizumab et 2,4 % par benralizumab. Plus de la moitié des sujets étaient atopiques ; tous les receveurs d’omalizumab étaient atopiques, tandis que 22,9 % et 28,6 % des receveurs de mépolizumab et de benralizumab étaient atopiques.

Lire aussi  La bronchite infantile augmente le risque de maladies pulmonaires à l'âge adulte

Le délai moyen de traitement biologique était de 36 mois. L’infection par le SRAS-CoV-2 a été enregistrée chez 26 patients ; neuf ont été hospitalisés en raison d’une maladie grave. Les patients prenant du mépolizumab étaient significativement plus âgés, tandis que ceux prenant de l’omalizumab avaient une durée d’asthme plus longue avec une plus longue période de traitement biologique et recevaient moins fréquemment des antagonistes muscariniques à longue durée d’action (LAMA).

Les cas de COVID-19 avaient une durée de traitement biologique plus courte (12 mois) que les personnes sans traitement préalable (28 mois). Neuf cas ont été traités par omalizumab, un par benralizumab et 16 par mépolizumab. Neuf patients ont été admis à l’hôpital en raison d’une maladie grave et huit étaient des femmes. Les patients hospitalisés avaient une manifestation radiologique et clinique de pneumonie et une durée d’asthme plus longue que les patients non hospitalisés. Tous les cas hospitalisés ont été traités par mépolizumab et un patient est décédé du COVID-19.

La thérapie biologique a été retardée d’une semaine chez deux patients atteints de COVID-19 recevant du mépolizumab, sur décision du médecin. L’un d’eux était un homme de 71 ans présentant des signes cliniques d’exacerbation de l’asthme. Le patient a été hospitalisé et a nécessité une supplémentation en oxygène. L’autre patiente était une femme de 58 ans présentant des symptômes d’exacerbation mais n’a pas nécessité d’hospitalisation. Un traitement biologique était prévu dans d’autres cas de COVID-19. De plus, trois patients COVID-19 ont également eu une exacerbation de l’asthme mais n’ont pas été hospitalisés.

conclusion

Les chercheurs ont noté que la thérapie biologique chez les asthmatiques n’était pas associée à un risque accru d’infection par le SRAS-CoV-2. Cependant, s’ils étaient infectés, ils couraient un risque élevé d’hospitalisation. Ils ont suggéré que les produits biologiques soient administrés selon le calendrier initial, quelle que soit l’infection par le SRAS-CoV-2. Les cas de COVID-19 constituaient 4,4 % de la population étudiée, conformément aux estimations nationales de 1,9 % à 6,01 %.

Lire aussi  L'UIC se concentre sur le développement d'une thérapie antivirale pour les filovirus

En résumé, ces résultats ont révélé que l’utilisation de produits biologiques pour les patients souffrant d’asthme sévère pendant la pandémie de COVID-19 était sans danger et que le COVID-19 n’était pas aussi répandu chez les asthmatiques traités avec des produits biologiques qu’initialement spéculé. Bien que peu de cas de COVID-19 aient connu une exacerbation de l’asthme, la maladie n’a pas entraîné de perte de contrôle.

Référence magazine :
  • Papaioannou AI, et al. 2022. Infection par le SRAS-Cov-2 chez des patients asthmatiques sévères traités avec des produits biologiques, TLe Journal de l’allergie et
    Immunologie clinique : en pratique.
    est ce que je:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *