Bhavana Kunkalikar

La consommation de bière peut-elle améliorer la santé cardiaque après une lésion oxydative ?

Dans une étude récente publiée dans la revue Antioxidants, les chercheurs ont examiné l’impact des antioxydants présents dans les boissons fermentées sur la transcriptomique tissulaire et la progression des maladies cardiovasculaires au niveau moléculaire.

L’étude visait à analyser l’association entre la consommation de bière et la modulation de la réponse transcriptomique du cœur à un défi de stress oxydatif induit par l’ischémie myocardique (IM).

Étude : Effets des antioxydants dans les boissons fermentées sur la transcriptomique tissulaire : effet de la consommation de bière sur le tissu myocardique après une lésion oxydative.  Crédit d'image : Viiviien/Shutterstock.comÉtude: Effets des antioxydants dans les boissons fermentées sur la transcriptomique tissulaire : effet de l’ingestion de bière sur le tissu myocardique après une lésion oxydative. Crédit d’image : Viiviien/Shutterstock.com

Arrière-plan

Il a été démontré que les polyphénols présents dans les boissons fermentées telles que le vin et la bière offrent une protection contre le stress oxydatif. Les maladies cardiovasculaires sont fortement affectées par le stress oxydatif, qui est responsable de leur développement et de leur progression.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour explorer pleinement les effets au niveau moléculaire des boissons fermentées sur la santé cardiovasculaire malgré leurs avantages potentiels.

À propos de l’étude

Dans la présente étude, les chercheurs ont examiné comment la consommation de bière affecte la réponse transcriptomique du cœur à un défi de stress oxydatif causé par l’ischémie myocardique (IM) dans un modèle porcin préclinique d’hypercholestérolémie.

Les truies ont été nourries avec un régime hypercholestérolémiant et réparties en différents groupes. Le groupe de bière à faible dose a reçu 12,5 g d’alcool par jour, le groupe de bière à dose modérée a reçu 25 g d’alcool par jour et le groupe témoin a reçu un régime hypercholestérolémique sans bière.

Lire aussi  Patients atteints de maladies auto-immunes à risque accru de complications après un infarctus

Les animaux ont été nourris pendant 10 jours avant de les soumettre à une occlusion par ballonnet de l’artère coronaire interventriculaire antérieure gauche fermée jusqu’au thorax pendant 90 minutes. Ils ont ensuite été euthanasiés 21 jours après avoir subi un IM.

De la bière a été administrée au sujet deux fois par jour, le matin et l’après-midi, pendant l’heure du repas. Des échantillons myocardiques ont été prélevés 21 jours après l’IM pendant le sacrifice. L’étude a comparé les effets de différentes doses de bière sur le transcriptome cardiaque post-IM.

Les chercheurs ont effectué une analyse d’enrichissement de l’ensemble de gènes (GSEA) pour classer les gènes en fonction de leur changement entre les régimes de bière à faible dose et à dose modérée.

L’équipe a mené une évaluation de pointe des termes « phosphorylation oxydative » et « épissage de l’acide ribonucléique (ARN) » de Gene Ontology pour examiner les impacts potentiels de la dose sur ces ensembles de gènes.

Une analyse de pointe a été réalisée pour évaluer l’effet de différents niveaux de consommation de bière sur la réponse immunitaire. L’analyse s’est concentrée sur les termes « réponse immunitaire humorale » et « régulation à la hausse de la réponse inflammatoire » de Gene Ontology.

Résultats

Le transcriptome cardiaque était altéré de manière dose-dépendante par la consommation de bière. La bière à faible dose a eu un impact mineur sur l’expression des gènes cardiaques, mais la bière à dose modérée a eu un effet significatif sur le transcriptome par rapport au témoin.

Lire aussi  Une intervention précoce est essentielle pour contrôler le diabète et les maladies cardiorénales et métaboliques

La consommation de quantités modérées de bière a provoqué une diminution de l’activité des gènes liés au traitement de l’ARN et au spliceosome. Un effet dose-dépendant direct a été trouvé pour les deux ensembles de gènes.

L’étude a examiné les différences d’expression génique entre les régimes de bière à faible dose et à dose modérée en fonction du changement de pli. Une détection significative d’enrichissements positifs d’ensembles de gènes liés à la réponse immunitaire a été observée.

L’équipe a également découvert des résultats contrastés pour une consommation de bière faible et modérée lors de l’exploration des termes « régulation à la hausse de la réponse inflammatoire » et « réponse immunitaire humorale » de Gene Ontology.

La consommation de bière à faible dose a inhibé les gènes liés à la réponse immunitaire, tandis qu’une consommation modérée a stimulé leur expression.

conclusion

Les résultats de l’étude ont montré comment la consommation de bière peut affecter la réponse du cœur aux dommages oxydatifs. L’étude a révélé que la consommation de bière avait des effets variables sur l’expression des gènes, ainsi que sur l’inflammation et la réponse immunitaire.

Ces effets dépendaient de la dose de bière consommée. Les données présentées suggèrent que la consommation de boissons fermentées en quantités faibles à modérées peut avoir des effets positifs sur la santé cardiovasculaire.

Comprendre comment une consommation faible à modérée de bière protège le cœur pourrait conduire à de nouvelles options thérapeutiques et interventions nutritionnelles pour améliorer la récupération après un infarctus du myocarde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *