Suchandrima Bhowmik

Fatigue persistante post-COVID-19 chez les femmes enceintes

Initialement, l’infection par le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère de type 2 (SRAS-CoV-2) était associée à des symptômes pseudo-grippaux, notamment la toux, la fièvre, l’essoufflement et la fatigue. Cependant, de nombreuses personnes ont également souffert d’hypoxie, de dyspnée et de certains symptômes radiologiques après avoir contracté la maladie.

Étudier: Fatigue postvirale après infection par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse : une étude comparative longitudinale. Crédit image : Photoroyalty/Shutterstock.com

longue convoitise

Il a été découvert que de nombreuses personnes qui s’étaient remises de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) avaient développé un syndrome post-viral connu sous le nom de « syndrome post-COVID-19 » ou « COVID à long terme ». Ces personnes ont été signalées comme souffrant de fatigue persistante, de troubles du cycle veille/sommeil, d’un malaise excessif, ainsi que de symptômes neurocognitifs.

Des études récentes ont mis en évidence que 15 à 87 % des personnes qui se remettent de la COVID-19 souffrent de fatigue persistante, 12 à 44 % ressentent des douleurs ou une oppression thoracique, 10 à 71 % souffrent de dyspnée et 17 à 34 % souffrent de toux. Bien que la fatigue disparaisse d’elle-même, ce symptôme peut persister pendant trois mois ou plus, en particulier chez les survivants des soins intensifs.

Les symptômes de fatigue associés à une COVID prolongée peuvent être dus à une maladie prolongée, à un dysfonctionnement d’organe ou à d’autres facteurs physiologiques. La fatigue chronique après avoir contracté des maladies infectieuses, en particulier des maladies virales, peut entraîner le développement d’une encéphalomyélite myalgique (EM) ou d’un syndrome de fatigue chronique (SFC). De plus, la fatigue survient fréquemment dans la population générale et touche davantage les femmes que les hommes.

Lire aussi  La prévalence du long-COVID chez les enfants et les adolescents

À propos de l’étude

Un document de recherche en cours d’examen dans le BMC Grossesse et Accouchement magazine et actuellement disponible dans le Poste de recherche* Le serveur de prétirage visait à déterminer les facteurs et la durée associés à la fatigue chez les femmes enceintes qui avaient une sérologie positive pour le SARS-CoV-2 lors de l’accouchement par rapport aux femmes qui avaient une sérologie négative pour le SARS-CoV-2 lors de l’accouchement à Sao Paulo , Brésil.

L’étude actuelle a été menée entre le 1er mai 2020 et le 31 mai 2021. Elle était composée de trois groupes de femmes, y compris celles qui ont présenté une infection symptomatique par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse (G1), celles qui n’ont signalé aucun symptôme mais avaient une sérologie positive pour le SRAS-CoV-2 à l’accouchement (G2), et celles qui n’ont pas eu d’infection symptomatique par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse et avaient une sérologie négative à l’accouchement (G3). Les femmes enceintes vaccinées n’ont pas été incluses dans l’étude.

Tous les participants à l’étude ont répondu à des questionnaires pour l’évaluation de la fatigue ; cependant, le moment de ces enquêtes était différent pour chaque groupe. Les participants au G1, par exemple, ont été interrogés six semaines, trois mois et six mois après le diagnostic du SRAS-CoV-2, puis à l’accouchement, et de nouveau à six semaines, trois mois et six mois après l’accouchement. . Les participants G2 et G3 ont été interrogés au moment de l’accouchement, ainsi qu’à six semaines, trois mois et six mois après l’accouchement.

Quatre différents types de questionnaires ont été utilisés pour confirmer la présence de fatigue et ses symptômes associés. Ces enquêtes comprenaient également des systèmes d’auto-évaluation qui pouvaient identifier comment les participants se sentaient au cours des sept jours précédant l’entretien. Des informations sur les antécédents démographiques, obstétricaux et médicaux des patients ont également été recueillies. De plus, le diagnostic de SARS-CoV-2 a été confirmé par une réaction en chaîne par polymérase en temps réel (RT-PCR) en conjonction avec un test sérologique.

Résultats de l’étude

Sur les 588 femmes incluses dans l’étude, 259, 131 et 198 appartenaient respectivement aux groupes G1, G2 et G3. L’âge gestationnel médian était de 27,4 semaines au moment du diagnostic du SRAS-CoV-2 en G1.

Le nombre total de visites d’évaluation de la fatigue déclarées par participant variait de un à sept. De plus, 30,1 % des participants auraient assisté à au moins trois visites.

La prévalence de la fatigue à six semaines après le diagnostic de COVID-19 était de 40,6 %, tandis qu’à trois et six mois, la prévalence était de 33,1 % et 27,5 %, respectivement. Le risque de fatigue persistante était associé à la sévérité de la maladie. La présence de comorbidités ou le trimestre de grossesse n’a eu aucun impact sur la durée de la fatigue post-COVID-19 chez les femmes G1.

De plus, le risque de fatigue persistante était associé à la présence de symptômes au moment de l’infection. En particulier, l’anosmie s’est révélée être un facteur protecteur du risque de fatigue persistante.

La prévalence de la fatigue était plus élevée au moment de l’accouchement, ainsi que six semaines, trois mois et six mois après l’accouchement chez les participants G1 par rapport aux participants G2 et G3 au cours de la même période.

Lire aussi  Les médecins prescrivent moins d'analgésiques pendant la nuit que pendant la journée

conclusion

L’étude actuelle a démontré la fréquence de fatigue la plus élevée et la plus persistante après une infection par le SRAS-CoV-2 chez les femmes enceintes. La durée et le risque de fatigue étaient associés à la sévérité de la maladie.

D’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre les symptômes persistants post-COVID-19 et leur gravité afin d’améliorer la qualité de vie des personnes diagnostiquées avec cette maladie.

Limites

Le taux actuel d’achèvement des visites d’étude était faible, ce qui pourrait avoir entraîné une surestimation du risque.

Une deuxième limite de l’étude actuelle était que le moment exact de l’infection chez les femmes qui étaient séropositives à l’accouchement n’a pas pu être déterminé. Par conséquent, la durée de la fatigue ou son estimation de l’incidence ne pouvaient pas être précises.

*Nouvelles importantes

Research Square publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et ne doivent donc pas être considérés comme concluants, guider la pratique clinique ou les comportements liés à la santé, ou être traités comme des informations établies.

Référence du magazine :
  • da Silva Sousa Oliveira, AM, Carvalho, MA, Nacul, L., et coll. (2022). Fatigue postvirale après infection par le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse : une étude comparative longitudinale. carré de la recherche. est ce que je:10.21203/rs.3.rs-1629974/v1.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *