L’élargissement du dépistage pourrait aider à prévenir la mort cardiaque subite chez les jeunes atteints de CMH

Près de neuf cas sur dix de mort cardiaque subite (SCD) due à une cardiomyopathie hypertrophique (CMH) chez les jeunes sont précédés de symptômes, d’anomalies de l’ECG ou d’antécédents familiaux positifs, selon une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue en libre accès UN DE PLUS par Erik Börjesson de l’hôpital universitaire Sahlgrenska, Suède, et ses collègues. Ces résultats suggèrent que l’élargissement du dépistage cardiaque au-delà des athlètes de compétition pourrait contribuer à la prévention de la drépanocytose chez les jeunes HCM.

La HCM est une maladie cardiovasculaire génétique qui toucherait une personne sur 500 dans la population générale. Bien que la mort subite due à la CMH soit rare, elle reste l’une des principales causes de mort naturelle chez les jeunes. L’identification des patients à risque peut réduire le risque de drépanocytose chez les jeunes personnes atteintes de CMH, par exemple, grâce à la restriction de l’exercice et aux thérapies médicamenteuses. Les défibrillateurs automatiques implantables (DAI) peuvent également prévenir des décès et améliorer la qualité de vie. Par exemple, après avoir subi un arrêt cardiaque sur le terrain l’année dernière, le footballeur danois Christian Eriksen a pu rejouer huit mois plus tard avec un ICD.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont examiné tous les cas de SCD avec HCM entre 2000 et 2010 en Suède chez les personnes de moins de 35 ans, ainsi que des témoins. Ils ont caractérisé les symptômes cliniques, les antécédents médicaux, les antécédents familiaux et les résultats de l’ECG avant l’apparition de la drépanocytose à l’aide de données provenant de registres nationaux, de rapports d’autopsie, de dossiers médicaux et d’entretiens familiaux post-mortem.

Lire aussi  Fumer des cigarettes tout en portant un masque peut affecter la fonction des vaisseaux sanguins

Parmi les 38 cas de SCD identifiés, qui comprenaient 31 hommes et 7 femmes, 71 % avaient des symptômes cardiaques possibles, y compris des douleurs thoraciques et des palpitations, avant le décès, et 69 % ont reçu des soins médicaux dans les 180 jours précédant le décès (contre seulement 21 % des témoins qui ont reçu des soins médicaux au cours de cette période). Trente-neuf pour cent avaient un trouble cardiaque connu avant le décès et 50 % avaient des antécédents familiaux positifs de maladie cardiaque. Au total, 28 personnes ont subi une évaluation ECG à un moment donné de leur vie. Parmi ceux-ci, 23 (82 %) présentaient des résultats ECG considérés comme anormaux, mais le nombre total d’enregistrements ECG anormaux est d’environ 60 % lorsque tous les cas sont analysés.

Les auteurs concluent qu’il est possible de prédire et de prévenir la drépanocytose chez les jeunes atteints de CMH. Le dépistage ECG, par exemple, pourrait être étendu au-delà des athlètes de compétition, et un programme de dépistage scolaire de routine pourrait assurer un dépistage égal chez les hommes et les femmes.

Les auteurs ajoutent : « La plupart des jeunes qui meurent de mort cardiaque subite due à la CMH présentent une ou plusieurs anomalies qui peuvent être reconnues lors d’un examen cardiaque. »

Police de caractère:

s’il vous plaît

Référence du magazine :

Borjesson, E. et coll. (2022).Les symptômes et les modifications de l’ECG précèdent la mort cardiaque subite dans la cardiomyopathie hypertrophique : une étude nationale chez les jeunes en Suède. UN DE PLUS. doi.org/10.1371/journal.pone.0273567.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *